Déclaration du Syndicat de la Compagnie de Transport Vahed

20 06 2009

La répression et les menaces contre les libertés civiles doivent être condamnées

Déclaration du Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus Vahed de Téhéran et de sa Banlieue

En lien avec la reconnaissance des droits des travailleurs, nous demandons que la journée d’action du 26 juin (Justice pour les travailleurs iraniens) revendique également les droits humains de tous les iraniens privés de leurs droits.


Ces derniers jours, nous sommes continuellement témoins des magnifiques manifestations de millions de gens de tout âge, genre et de toutes les minorités nationales et religieuses d’Iran. Ils demandent que leurs droits humains basiques, en particulier que le droit à la liberté et le droit d’élire de façon indépendante et sans tromperie soient reconnus. Ces droits ne sont pas seulement constitutionnels dans de nombreux pays, mais sont protégés contre toute remise en cause.

Dans une confusion particulière, nous sommes témoins de telles menaces, arrestations, assassinats et de répression brutale que l’on ne peut craindre qu’une escalade à tous les niveaux, avec encore plus de carnages d’innocents, plus de protestation, mais en aucun cas de repli. La société iranienne fait face à une profonde crise politique et économique. Des protestations silencieuses de millions de personnes, paradoxalement fortes par les mots qui ne sont pas dits, sont devenus un symbole et se développent de tous les côtés. Ces protestations appellent à une réaction de chacun et de tout individu ou organisation particulière.

Comme nous l’avions déclaré dans un communiqué publié en mai de cette année, comme le Syndicat Vahed considère qu’aucun des candidats ne soutien les activités des organisations ouvrières en Iran, il n’appuie aucun des candidats à l’élection. Les membres du syndicat ont néanmoins le droit de participer ou ne pas participer aux élections et de voter pour le candidat de leur choix.

De plus, il est un fait que les revendications d’une majorité quasi absolue des Iraniens dépassent de loin les revendications d’un groupe particulier. Dans le passé, nous avions souligné que tant que la liberté de choix et le droit de s’organiser ne seraient pas reconnus, parler de droits sociaux ou particuliers ne pourraient être qu’une blague et non la réalité.

Le syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus Vahed de Téhéran et de sa Banlieue soutien complètement ce mouvement du peuple iranien pour construire une société civile libre et indépendante et condamne toute forme de violence et d’oppression.

En lien avec la reconnaissance des droits ouvriers, le syndicat demande que le 26 juin, journée d’action « Justice pour les travailleurs iranien », appelée par les organisations syndicales internationales, revendique également les droits humains pour tous les Iraniens privés de leurs droits.

Avec espoir pour la liberté et l’égalité

Le Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus Vahed de Téhéran et de sa Banlieue, 18 juin 2009

Pour plus d’informations sur le syndicat des travailleurs de la compagnie de transport Vahed, voir ce site : Vahed Center.


Actions

Information

5 responses

23 06 2009
Khamenei jette le gant ; les travailleurs commencent à se mobiliser « Révolution en Iran

[…] avec sa propre identité. Le jeudi 18, le Syndicat des conducteurs de bus (Vahed) a publié un communiqué pour soutenir le mouvement. C’est d’autant plus significatif qu’il s’agit d’une des […]

23 06 2009
Rassemblement à Paris le 26 juin pour la libération des syndicalistes iraniens emprisonnés « La Bataille socialiste

[…] caricature de l’accompagnement à la sauce du “travail décent”). Pour autant, le syndicat Vahed des chauffeurs de bus de Téhéran soutient cette initiative et tant le contexte (occasion de manifester notre solidarité) que le mot d’ordre de […]

26 06 2009
Iran: Solidarité d’Inchiesta operaia « La Bataille socialiste

[…] mots d’ordre du Syndicats des travailleurs de la compagnie d’autobus Vahed de Téhéran et de sa banlieue expriment ces […]

26 06 2009
poli

Bonjour je suis un lecteur du journal Révolution internationale . Journal que publie le Courant Communiste International en France
Voici un article publié sur son site que je vous fait part

Al-Jazerra a bruyamment proclamé que les protestations en Iran constituent le « le plus grand trouble depuis la révolution de 1979 ». Ces « protestations » qui ont débuté dans Téhéran le samedi 13 juin sont, au fur et à mesure des annonces de résultats, devenues de plus en plus violentes. Dans trois universités de Téhéran, les manifestations ont rapidement été confrontées à la répression, et les protestataires ont attaqué la police et des gardiens de la révolution. La police a isolé les emplacements importants et à leur tour les protestataires ont attaqué des magasins, des bureaux du gouvernement, des commissariats de police, des véhicules de police, des stations service et des banques. Des rumeurs sortant de Téhéran suggéraient que quatre personnes ou plus étaient déjà mortes. L’Etat a également réagi en arrêtant quatre éminentes « figures anti-gouvernementales » et, plus important, en interrompant le réseau Internet, qui avait été utilisé, par l’intermédiaire des messageries SMS et des sites Web pour organiser les manifestations. Les journalistes occidentaux ont dit que « Téhéran ressemblait déjà presque à une zone de guerre ».

Que les gens ne soient pas satisfaits avec ce que la société a à leur offrir et qu’il y ait une volonté croissante de lutter est une chose très claire, non seulement au vu de ces événements, mais également à celui des luttes récentes en Grèce, en Egypte ou en France. Le simple fait de tourner les pages des journaux nous montre que la classe ouvrière est en train de retrouver sa volonté de lutter malgré les craintes provoquées par la brutalité de la crise économique.

Cependant, les communistes ne doivent pas se contenter de simplement encourager de loin les luttes. Il est nécessaire d’analyser, d’expliquer et de proposer une perspective. Jusqu’à présent, ce mouvement est d’un caractère très différent de celui de 1979. Dans les luttes qui ont conduit à la ‘révolution islamique’, la classe ouvrière a joué un rôle énorme. D’après tous les discours des gens dans les rues qui renversaient le régime, ce qui était clair en 1979 était que les grèves des ouvriers iraniens étaient l’élément politique majeur qui conduisait au renversement du régime du Shah. En dépit des mobilisations massives, quand le mouvement ‘populaire’, regroupant presque toutes les couches opprimées en Iran, a commencé à s’épuiser, l’entrée en lutte du prolétariat iranien au début d’octobre 1978, particulièrement dans le secteur pétrolier, a non seulement ravivé l’agitation, mais a posé un problème pratiquement insoluble pour le capital national, en l’absence d’un remplacement possible de la vieille équipe gouvernementale. La répression a été suffisante pour provoquer la retraite des petits négociants, des étudiants et des sans travail, mais elle a prouvé qu’elle était une arme inefficace de la bourgeoisie lorsqu’elle est confrontée à la paralysie économique provoquée par les grèves des ouvriers.

Ce n’est pas pour dire que le mouvement en cours ne peut pas se développer et ne peut pas entrainer la classe ouvrière en tant que classe dans la lutte. La classe ouvrière en Iran a été particulièrement combative ces dernières années, particulièrement avec la grève non officielle forte de 100 000 enseignants qui a eu lieu en mars 2007, à laquelle se sont joints des milliers d’ouvriers d’usines en signe de solidarité. 1 000 ont été arrêtés pendant cette grève. Ca a été la plus grande lutte ouvrière enregistrée en Iran depuis 1979. Cette grève a été suivie durant quelques mois de luttes faisant participer des milliers d’ouvriers dans les industries de canne à sucre, de pneus, des véhicules à moteur et de textiles. Aujourd’hui, bien entendu, il y a des ouvriers dans les rues, mais ils sont maintenant engagés dans la lutte en tant qu’individus et non comme force collective. Il est cependant important de souligner que le mouvement ne peut pas progresser sans cela, sans cette force collective de la classe ouvrière. Une grève nationale d’un jour a été réclamée pour Mardi [16 juin]. Ceci peut donner une indication sur le niveau de soutien dans la classe ouvrière.

Récemment, les discours des médias bourgeois nous ont abreuvé de soi-disant « révolutions » baptisées du nom de diverses couleurs ou plantes. Il y a eu la révolution ‘orange’, la révolution des ‘roses’, la révolution des ‘tulipes’ et la révolution des ‘cèdres’ etc, pendant tout ce temps, les médias ont bêlé comme des moutons au sujet de la ‘lutte’ pour la démocratie.

Ce mouvement a commencé en tant que protestation au sujet de la fraude dans les élections et les protestataires se sont à l’origine mobilisés en soutien à Mousavi. Cependant, les slogans se sont rapidement radicalisés. Il y a une différence énorme entre les faibles protestations de Mousavi auprès du chef suprême au sujet de l’injustice des élections et des chants de la foule qui criait « mort au dictateur et au régime ». Naturellement la clique de Mousavi est maintenant prise de panique et a décommandé une manifestation prévue pour Lundi [15 juin]. Il reste à voir si les gens respecteront cette décision. Par ailleurs, les appels au calme de Mousavi ont jusqu’ici suscité des slogans contre lui.

Contrairement à ce type de ‘révolutions’ colorées, le communisme pose la possibilité d’un type complètement différent de révolution, et d’un type complètement différent de système. Ce que nous préconisons n’est pas simplement un changement de gestion de la société avec de nouveaux patrons ‘démocratiques’, jouant exactement le même rôle que les vieux patrons ‘dictatoriaux’, mais une société de producteurs libres et égaux créée par la classe ouvrière elle-même et basée non sur les besoins du profit mais sur les besoins de l’humanité, une société dans laquelle les classes, l’exploitation et l’oppression politique seront éliminées.

Sabri, le 15 juin

27 06 2009
Le début de la fin « Révolution en Iran

[…] même, le syndicat des travailleurs des bus Vahed a déclaré le 19 juin : “Ces derniers jours, nous sommes continuellement témoins des […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :