Dix revendications immédiates du peuple iranien

26 06 2009

Pour consolider encore le mouvement révolutionnaire du peuple, sécuriser ses acquis et faciliter son avance pour le renversement de la République Islamique d’Iran, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran défend ces dix revendications immédiates et minimums :

1) Arrestation et procès public de ceux qui sont responsables des meurtres actuels et de tous les crimes commis pendant ces trente dernières années.

2) Libération de tous les prisonniers politiques.

3) Abolition de la peine de mort.

4) Fin du voile obligatoire et de l’apartheid sexiste.

Lire le reste de cette entrée »





Nouvelles d’Iran, 26 juin 2009

26 06 2009

Quelques informations publiées le 26 juin par Revolutionary Road :

– Selon le Comité pour la Protection des Journalistes : 40 journalistes ont été arrêtés en Iran ces deux derniers jours.

– Les familles doivent payer une amende de 5.000 à 14.000 $ pour récupérer les corps de ceux qu’elles aiment. Elles doivent aussi signer une attestation comme quoi elle ne porteront pas plainte contre la police ou d’autres agresseurs. Dans la déclaration qu’elles doivent signer, elles doivent dire que Moussavi est le responsable et qu’elles n’ont rien à reprocher à la police.

– Aucun lieu n’est autorisé pour tenir les funérailles de ces morts.

– Dans son discours d’aujourd’hui à la prière du vendredi, Seyed Ahmad Khatami a dit que celui qui outrageait le leader, outrageait l’ordre de l’imam et que cela signifier outrager l’ordre de Dieu ! « Ces émeutres sont contre la loi et depuis que Khamenei les a interdites, elles sont contre l’Islam. » Parlant de Neda, il a dit : « une femme est morte dans les émeutes et toute personne sensée peut dire qu’elle a été tuée par des émeutiers. »

Lire le reste de cette entrée »





Les femmes en première ligne de la contestation

26 06 2009

Extrait d’un article du Monde, 26 juin 2009 :

Les images du mouvement de contestation iranien depuis le 12 juin ont montré que beaucoup de femmes avaient participé aux manifestations. Elles avaient déjà participé activement à la campagne électorale dans un pays où, juridiquement, elles ne valent que la moitié d’un homme. Le temps de la rébellion symbolique qui passait par les vêtements ou le maquillage est révolu.

Les témoins sur place le font remarquer, les femmes étaient présentes – presque d’égal à égal – avec les jeunes hommes lors des manifestations, même quand celles-ci prenaient un tour violent. Par exemple en ramassant des pierres à jeter, même lorsque les forces de sécurité ont employé des armes à feu pour réprimer les protestations. (…)

Lire le reste de cette entrée »





Neda était ma sœur

26 06 2009

n109491997248_2244Le 19 juin, jour du discours de Khamenei et veille de la manifestation du 20 juin , une habitante de Téhéran écrivait :

 » Je participerai aux manifestations demain. Elles seront peut-être violentes. Je serais peut-être une de celles qui seront tuées. J’écoute ma musique préférée. Je veux même danser sur certaines chansons. J’ai toujours voulu avoir les sourcils épilés. Oui, peut-être que j’irais au salon demain avant d’y aller ! Il y a quelques grandes scènes de cinéma que je dois voir. Je devrais faire un saut à la bibliothèque aussi. Il est nécessaire de lire encore une fois les poèmes de Forough(1) et de Shamloo. Toutes les photos de famille doivent être aussi re-regardées. Et je dois appeler mes amis pour leur dire au revoir. Tout ce que j’ai ce sont deux étagères et j’ai dit à ma famille qu’elle en hériterait. Je ne suis plus qu’à deux unités pour avoir mon baccalauréat, mais qui s’intéresse encore à ça. Mes pensées sont très chaotiques. J’écris ces phrases aléatoires pour la prochaine génération, pour qu’elle sache que nous étions pas que des personnes sensibles du même âge. Pour qu’elle sache que nous avons fait tout notre possible pour créer pour elle un futur meilleur. (…) »

Lire le reste de cette entrée »





Extraits de « Libération » sur les manifestations du 24 juin

26 06 2009

Extraits de l’article « Des scènes de guerre à Téhéran« , Libération, 25 juin 2009 :

Il est difficile actuellement d’avoir des informations fiables et vérifiées sur la situation à Téhéran, la capitale iranienne. Mais selon plusieurs médias britanniques et américains, qui s’appuient sur des témoignages recueillis sur place, des centaines de manifestants se sont de nouveau opposés hier (24 juin) aux forces de police.

Lire le reste de cette entrée »





Iran : Mythes et réalités

26 06 2009

Un regard sur la manière dont les médias présentent le mouvement de contestation par Azar Majedi,une des dirigeantes du Parti d’unité communiste-ouvrière.

L’Iran est en première des nouvelles internationales. Qu’est ce qui a conduit aux manifestations de masse ? Comment est-ce que la situation a changé si dramatiquement en une semaine ? Qu’est ce que veulent les gens ? Qu’est-ce que le mouvement de protestation va devenir ? Ces questions sont répétées de manière répétitive sur toutes les chaînes de télé et dans la presse. Différents analystes politiques et universitaires européens ou américains d’origine iranienne, avec des degrés d’allégeance variable au soi-disant camp réformiste, sont invités à faire la lumière sur la situation. Tous ces commentateurs partagent l’assomption suivante : « le peuple d’Iran ne veut pas la révolution ». Par là, ils veulent dire que la population ne veut pas jeter par-dessus bord le régime islamique. Ils disent que le peuple veut une évolution, un changement graduel. Ils insistent sur le fait que les gens veulent des changements mineurs dans le système politique, juste un peu plus de liberté. Ils expliquent qu’ils protestent contre Ahmadinejad et l’élection truquée, pas contre le régime islamique. Donc, que si Moussavi devient président, tout devient normal.

Voilà le noyau de toutes les analyses proposées par les médias internationaux. Depuis le soit disant « anti-impérialiste » de gauche Robert Fisk dans l’Independent, jusqu’aux journalistes de droite du Financial Times, ils répètent tous la même chose. Le premier proclame catégoriquement que le peuple d’Iran « est heureux du régime islamique ». Il répète incessamment le cliché « anti-impérialiste » selon lequel le peuple d’Iran « ne veut pas que l’Occident lui dise ce qu’il doit faire. Ils ne veulent pas être comme en occident » (cité d’après Aljazeera en anglais). Comme si vouloir en finir avec le régime islamique, vouloir en finir avec la tyrannie religieuse, avec l’apartheid sexuel, la répression, la pauvreté et la corruption étaient par défaut des aspirations occidentales et non des aspirations humaines universelles. Comme si, même si on les appelait occidentales, cela les discréditerait. Selon Fisk, le peuple d’Iran est loyal à la révolution « islamique ». Ils veulent seulement en finir avec Ahmadinejad.

Le reporter du Financial Times, aux new du matin sur GMTV, a exprimé son désaccord avec mon communiqué disant que « c’est le début de la fin pour le régime islamique ». Elle a maintenu que le peuple en Iran « ne voulait pas de révolution. Ils veulent une évolution et un peu de liberté. Ils veulent pouvoir mettre des T-shirts s’ils en ont envie ».

Lire le reste de cette entrée »