Neda était ma sœur

26 06 2009

n109491997248_2244Le 19 juin, jour du discours de Khamenei et veille de la manifestation du 20 juin , une habitante de Téhéran écrivait :

 » Je participerai aux manifestations demain. Elles seront peut-être violentes. Je serais peut-être une de celles qui seront tuées. J’écoute ma musique préférée. Je veux même danser sur certaines chansons. J’ai toujours voulu avoir les sourcils épilés. Oui, peut-être que j’irais au salon demain avant d’y aller ! Il y a quelques grandes scènes de cinéma que je dois voir. Je devrais faire un saut à la bibliothèque aussi. Il est nécessaire de lire encore une fois les poèmes de Forough(1) et de Shamloo. Toutes les photos de famille doivent être aussi re-regardées. Et je dois appeler mes amis pour leur dire au revoir. Tout ce que j’ai ce sont deux étagères et j’ai dit à ma famille qu’elle en hériterait. Je ne suis plus qu’à deux unités pour avoir mon baccalauréat, mais qui s’intéresse encore à ça. Mes pensées sont très chaotiques. J’écris ces phrases aléatoires pour la prochaine génération, pour qu’elle sache que nous étions pas que des personnes sensibles du même âge. Pour qu’elle sache que nous avons fait tout notre possible pour créer pour elle un futur meilleur. (…) »

Dans la nuit du 20 au 21, elle écrit à propos de Neda, qui vient d’avoir été assassinée. A ce moment, tout le monde pensait que l’homme au cheveux gris qui lui dit « n’aie pas peur Neda » alors qu’elle rend son dernier souffle était son père, on sait aujourd’hui que c’était son professeur de musique, et que Neda avait aussi un fiancé qu’elle aimait et qui la pleure en ce moment :

« Hier j’ai écris une note avec comme trame « demain est un grand jour et peut-être que demain je me ferais tuer. Je suis là pour vous faire savoir que je suis toujours en vie mais ma soeur a été assassinée… Je suis là pour vous dire que ma sœur est morte dans les bras de son père.

Je suis là pour vous dire que ma sœur avait de grands rêves.

Je suis là pour vous dire que ma sœur qui est morte était une personne décente… et que comme moi elle attendait le jour où ses cheveux voleraient au vent… et que comme moi elle lisait Forought… et qu’elle attendait de vivre libre et égale… qu’elle attendait de tenir sa tête droite et de dire « Je suis iranienne », qu’elle attendait le jour où elle tomberait amoureuse d’un homme aux cheveux longs, et d’avoir une fille à qui elle tresserait les cheveux et à qui elle chanterait des berceuses dans son lit.

Ma soeur est morte de ne pas avoir de vie… ma soeur est morte de l’injustice sans fin… ma soeur est morte d’aimer trop la vie… ma soeur est morte pour avoir pris soin du peuple avec amour. »

(1) NDT : Forough (1934-1967) est une des principales poétesses iraniennes contemporaines. Divorcée lorsqu’elle publie son premier receuil de poésies, La captive, parlant du désir féminin, elle scandalise alors l’ordre moral iranien.
« Je pense et je sais que jamais
Je ne pourrai me libérer de cette cage
Même si le geôlier me libérait
Je n’aurais plus la force de prendre mon envol « 


Actions

Information

One response

3 07 2009
Quelques visages de victimes de la répression « Révolution en Iran

[…] propos de Neda, voir les articles : Neda était ma soeur, le fiancé de Neda accuse la milice, Khamenei est responsable de l’assassinat de Neda et les […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :