Lettre au monde : que ferez-vous pour faire éclore les germes ?

30 06 2009

Texte de Saeed Valadbeygi publié le 30 juin sur Revolutionary Road :

J’écris cette lettre au nom d’une étoile doctorante interdite d’étude.

J’écris cette lettre au nom d’un travailleur fouetté le Premier Mai.

J’écris cette lettre au nom d’un adolescent condamné à mort.

J’écris cette lettre au nom d’une femme condamnée à mort par lapidation.

J’écris cette lettre au nom de Saeed Valadbeygi.

Cela fait tant d’années que nous luttons pour nos droits basiques.Vous nous emprisonnez, vous nous torturez et nous battez. Vous nous exécutez et nous exilez, mais nous sommes toujours debout.

Lire le reste de cette entrée »





Le jeune Ashkan assassiné par le régime islamique le même jour que Neda

30 06 2009

Ashkan Sohrabi est une autre jeune personne tuée par le régime islamique d’Iran le 20 juin, le même jour où Neda a été assassinée.

Il a été touché par deux balles dans la poitrine et est mort sur le chemin de l’hôpital. Il a été enterré à la section 257, rangée 50, numéro 19 du cimetière Behesht e Zahra.

Blog du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, 30 juin 2009





TV International, 29 juin

30 06 2009

Patty Debonitas interroge Fariborz Pooya sur la stratégie de relations publiques du gouvernement iranien à propos des violences contre les manifestants et l’assassinat de Neda Agha-Soltan. TV International jette aussi un coup d’oeil sur « Press TV », la chaine anglophone du régime iranien (en anglais).





Tirs des bassidji à Kermanshah

30 06 2009

Manifestation le 27 juin à Kermanshah (ouest de l’Iran, près de la frontière irakienne), comme à Téhéran et ailleurs, les bassidji et les agents du régime tirent sur la population.





En mémoire de ceux qui ont été assassinés par le régime

30 06 2009

26 juin 2009 devant l’université de Téhéran : Commémoration de ceux et celles qui ont été assassinés par le régime islamique.





Le témoignage accablant d’un médecin de Téhéran

30 06 2009

Il est médecin, et exerce dans l’un des hôpitaux publics de la capitale iranienne. Il affirme : « Nous avons eu pour consigne de déclarer les morts par balles comme étant décédés des suites d’opérations chirurgicales« .

Le témoignage de ce médecin, qui a voulu conserver l’anonymat pour des raisons évidentes de sécurité, et qui pour les mêmes raisons n’a pas souhaité être enregistré, a été recueilli aujourd’hui par la journaliste française d’origine iranienne Sepideh Farkhondeh.

« Depuis, le début de la répression, les miliciens Bassidjis ont traqué les blessés transportés vers les hôpitaux de Téhéran. D’abord, ils venaient demander la liste des admis à la réception de l’hôpital. Comme l’administration de l’hôpital et les médecins n’ont pas coopéré avec les miliciens, qu’ils sont restés vagues sur l’identité des personnes admises pour tenter de protéger les blessés, les miliciens ont commencé à investir les lieux et à prendre la place du personnel hospitalier chargé de l’admission des malades et, en l’occurrence, des personnes blessées dans les manifestations. »

– Les miliciens auraient ainsi, selon ce témoin direct, fiché l’identité de tous les blessés transportés par ambulance vers les hôpitaux.

Lire le reste de cette entrée »





Nouvelles du PCOI, 29 juin

30 06 2009

Informations publiées par le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran le 29 juin dans la soirée :

Selon le centre de presse du PCOI et les reporters sur place de New Channel TV, les affrontements entre protestataires et forces de sécurité du régime islamique ont continué jusqu’à 22 heures la nuit dernière. Ces affrontements se sont produits dans les rues Mohseni, Shariati et toutes celles menant vers Husseineh Ershah, qui se sont remplies de manifestants criant « mort au dictateur ». Les forces de sécurité ont attaqué les manifestants.

Les protestations de nuit sur les toits s’intensifient

Ces deux dernières nuits, les protestations nocturnes depuis les toits se sont intensifiées à la fois en durée et en matière de slogans anti-gouvernementaux. Les quartiers les plus actifs de Téhéran dans ce type de protestation sont Farahzad, Teheran Pars, Sa’adatAbad, Ekbatan, Janatabad, Place Ponak, et Ariashahr.

Lire le reste de cette entrée »