Place aux femmes, mais pas aux féministes

20 08 2009

Extraits d’un article publié par APA (agence de presse d’Azerbaïdjan) sur la nomination de trois femmes au gouvernement par Ahmadinejad :

En incluant des femmes dans son nouveau gouvernement, le président iranien a innové.

Même si leur présence est approuvée par les députés, ce qui est peu probable, elles ne devraient pas contribuer à améliorer la condition féminine, regrette Rooz.

Même s’il avait jusqu’au 19 août pour présenter tous ses ministres au Parlement, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait annoncé dès le 16 août une nouveauté dans la composition du gouvernement de son deuxième mandat. Pour la première fois depuis le début de la République islamique, plusieurs femmes pourraient devenir ministres, notamment Fatemeh Ajorlou au ministère de la Protection et des Affaires sociales et Marzieh Vahid Dastjerdi à celui de la Santé [ainsi que Soussan Keshavarz à l’Education]. Mais il est fort peu probable que ces femmes obtiennent la confiance du Parlement, le Majlis, une condition indispensable [le vote a lieu une semaine après les nominations]. Par le passé, Ahmadinejad avait déjà eu des nombreuses difficultés pour faire approuver ses ministres. Ahmad Tavakoli, un député conservateur influent, a déjà critiqué Fatemeh Ajorlou, titulaire d’un diplôme de psychologie, en demandant comment on pouvait « confier un ministère aussi important à quelqu’un dont la spécialité n’a aucun rapport avec celui-ci ».

Au-delà des critiques, on peut se demander pourquoi Ahmadinejad, qui pendant sa campagne électorale ne s’est pas du tout préoccupé des femmes, insiste soudain pour briser un tabou aussi fort dans la République islamique.

Lire le reste de cette entrée »





Nouvelles d’Iran, 20 août

20 08 2009

Quelques unes des informations publiées le 20 août par Revolutionary Road :

  • 40ème jour de deuil en mémoire de Sohrab Arabi au cimetière Behesht Zahra de Téhéran, 20 août 2009


  • Docteur Dadkhah, avocat torturé

Le docteur Mohammad Ali Dadkhah, qui est détenu depuis le 7 tir (8 juillet) a été violement battu en prison. Cet avocat, qui est aussi membre d’un groupe de défense des droits humains, a été mis sous d’énormes pressions pour le faire avouer que les membres de son groupe était des traitres. Selon une source, Monsieur Dadkhah a été sous pression et torturé pour le faire avouer. Les interrogateurs l’auraient jeter dans les escaliers depuis le troisième étage et battu pendant qu’il tombait. Selon la même source, ils auraient reproduit cette brutale torture à plusieurs reprises. En plus de cela, les officiers de la sécurité ont voulu le faire craquer en arrêtant une fois encore sa fille. Ils l’avaient même informé que sa fille avait été arrêtée. Malihe Dadkhah, la fille de Monsieur Dadkhah, avait été arrêtée avec son père et un grand nombre de ces collègues le mercredi 8 juillet (17 Tir) par des agents en tenue. A part Monsieur Dadkah, tous avaient été libérés la nuit même.

Lire le reste de cette entrée »





Campagne des femmes contre le viol et la torture dans les prisons de la République Islamique

20 08 2009

Texte publié le 20 août par Revolutionary Road :

Selon les rapports qui ont déjà été publiés depuis les prisons de la République Islamique, des manifestant(e)s récemment arrêté(e)s lors du soulèvement ont été violé(e)s, en particulier à Kahrizak, et les gardiens leur ont fait subir la pire des tortures médiévales. De nombreux prisonnier(e)s, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes, sont mort(e)s dans des salles de viol, à cause de viols répétés et de viols collectifs, suite à des ruptures de l’utérus ou à des blessures intestinales.

Actuellement, la République Islamique nie le viol dans ses prisons par peur de faire face à l’opinion publique du peuple d’Iran et des pays occidentaux. La diffusion de nouvelles sur le viol et la torture de récents détenus a provoqué une vague de dégout et de haine contre le régime islamique à travers le monde. Dénoncer et combattre le viol et la torture dans les prisons est une importante tâche du mouvement revendiquant la liberté du peuple iranien dans cette lutte.

Dans le régime de la République Islamique, de nombreuses femmes ont, jusqu’à ce jour, été violées et assassinées dans les prisons, et celles qui ont survécu souffrent maintenant de graves blessures physiques et psychologiques. Zahra Kazemi, Zahra Bani Yaghoub, Azar Al Cana’an ou Roya Toloui font partie de ces femmes. Mais de jeunes garçons et des adolescents ont aussi été violés par le régime islamique d’Iran. Des étudiants qui ont été arrêtés et accusés d’avoir protesté ont été violés en prison, que ce soit par des individus ou qu’ils aient été agressés sexuellement avec des objets comme des bouteilles.

Lire le reste de cette entrée »





La grève générale du 28 Mordad au Kurdistan

20 08 2009

Informations publiées le 20 août par Revolutionary Road sur la grève générale du 28 Mordad (19 août) au Kurdistan d’Iran :

Hier, 28 Mordad (19 août), en mémoire des 30 ans de l’attaque contre le Kurdistan, de nombreux travailleurs de Sanandaj ne sont pas allés au travail et la grève a touché la cité industrielle, avec des dizaines d’ateliers de mécanique, les services publics, des entreprises et des magasins. Environ cinquante ateliers étaient fermés dès le matin.

Les nouvelles de Sanandaj indiquent qu’une partie de la ville industrielle, Meidan, Nabovat, Khiabane Hajij, Mahaleie Ghafoor, et Sharif Aaba, ont participé à la grève. A Mariwan, malgré toutes les menaces des forces de sécurité et de la police anti-émeute pour intimider la population et l’empêcher de participer à la grève, des magasins étaient fermés et on participé à la grève.

La nuit précédente, à Sanandaj, des jeunes ont allumé un grand feu au sommet de la montagne Abidar en mémoire de ceux qui sont mort dans les combats et la résistance du 28 mordad.

Lire le reste de cette entrée »





Sauver deux femmes de la lapidation

20 08 2009

Le Comité International contre la lapidation informe que deux femmes iraniennes sont menacées de lapidation.

  • Sakine Mohammadi Ashtiani

Sakine Mohammadi Ashtiani est une femme de 43 ans, mère de deux anfants âgés de 16 et 20 ans. Sakine et son amant sont accusés du meurtre de son mari. Son amant est condamné à mort pour le meurtre du mari et Sakine a été condamnée à la mort par lapidation pour adultère.

Les deux enfants de Sakine et son avocat tentent tout ce qui est possible pour empêcher l’application de la condamnation, même si le verdict a été confirmé par le tribunal d’Iran. Sakine est enfermée à la prison de Tabriz et attend sa lapidation qui peut être imminente.

Il faut en finir avec cette barbarie de la lapidation !

Le comité International contre la lapidation demande d’envoyer depuis cette adresse un message aux autorités judiciaires et au leader suprême d’Iran. Le message est le suivant : « Je suis consterné(e) par la condamnation à mort de Sakine Mohammadi Ashtiani pour adultère. J’exprime mon rejet total de la barbarie de la lapidation et je m’oppose fermement à la lapidation de  Sakine Mohammadi Ashtiani. La lapidation à mort d’une personne n’est qu’une mesure barbare et inhumaine, et doit être abolie dès maintenant ! »

Lire le reste de cette entrée »





Quatre hommes exécutés par pendaison

20 08 2009

Dépêche AFP du 20 août publiée par « Le Figaro » :

Quatre hommes reconnus coupables de meurtre et de trafic de drogue ont été exécutés par pendaison en Iran, a annoncé ce matin le journal gouvernemental Iran.

Deux hommes identifiés par leur seul prénom, Mehdi, 35 ans, et Moharam-Ali, 37 ans, ont été exécutés à la prison d’Evine à Téhéran mercredi. Le premier a été condamné pour avoir tué une vieille dame lors d’un cambriolage et le second pour le meurtre d’un enfant de 12 ans.

Les deux autres hommes ont été pendus mercredi à la prison d’Ispahan (centre) et sont également identifiés par leur seul prénom. Mansour, 51 ans, a été exécuté pour possession de 294 grammes d’héroïne et Meisam, 24 ans, pour avoir poignardé à mort un homme lors d’une rixe.

Ces nouvelles pendaisons portent à 225 le nombre de personnes exécutées dans la République islamique depuis le début de l’année, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir d’informations diffusées par la presse locale.

Lire le reste de cette entrée »