Message d’Ehsan Fattahian : « Je n’ai jamais eu peur de la mort »

9 11 2009

Message d’Ehsan Fattahian, prisonnier politique condamné à mort dont l’exécution est prévue pour le 11 novembre, publié par Militants des droits Humains en Iran le 9 novembre :

Les dernières lueurs du soleil au crépuscule
Me montrent le chemin sur lequel écrire
Le bruits des feuilles sous mes pas
Me disent « Laisse toi tomber
et tu découvriras le chemin de la liberté »

Je n’ai jamais eu peur de la mort. Même maintenant, alors que je sens sa présence étrange et honnête près de moi, je veux encore sentir son arôme et la redécouvrir ; la mort est le plus ancien compagnon de cette terre. Je ne veux pas parler de la mort, je veux poser les questions qui sont derrière elle. Aujourd’hui, lorsque le châtiment est la réponse à ceux qui cherchent la liberté et la justice, comment peut-on la craindre ? Ceux d’entre « nous » qui ont été condamnés à mort par « eux » ne sont coupables que de chercher l’ouverture vers un monde meilleur et plus juste. Est-ce que « ils » sont aussi conscients de leurs actes ?

J’ai commencé ma vie dans la ville de Kermanshah, dont le nom est toujours sur la langue de mes compatriotes pour sa grandeur, la ville dont on dit qu’elle est le berceau de la civilisation. Alors que mes pensées se développaient, j’ai pu voir et sentir l’injustice et la discrimination, une injustice qui me touchait pas seulement en tant qu’individu mais en tant que membre du genre humain. Je suis partis dans des milliers de directions différentes pour trouver les raisons de l’injustice. Hélas, ils avaient tellement fermé les perspectives pour ceux qui cherchaient la justice que je n’ai pu y trouver ma voix. J’ai migré vers un autre horizon, hors des limites superficielles, pour trouver les réponses à mes questions. Je suis devenu un membre de Komalah (1) pour trouver mon identité volée. Pourtant, je ne me suis jamais séparé de ma première maison et  j’y retournais par moments pour renouveler mes souvenirs. Et ensuite, un jour, ils m’y ont trouvé lors d’une de mes visites, m’ont arrêté et m’ont mis dans une cage. Dès le premier jour, l’accueil que m’ont réservé mes geôliers m’a convaincu que mon destin serait similaire à ceux qui ont marché avant moi le long de cette route :  torture, accusations fabriquées, tribunal biaisé, un verdict injuste et motivé politiquement et finalement la mort.

Lire le reste de cette entrée »





Prostestation étudiante à l’université de Khomeynishar

9 11 2009

9 novembre : Protestation des étudiant(e)s de l’Université de Khomeynishar, ville située dans la banlieue d’Ispahan.

Lire le reste de cette entrée »





Nouvelles menaces d’exécutions pour homosexualité

9 11 2009

Article publié par Têtu le 9 novembre 2009 :

Les associations s’alarment: peu après l’annonce de la condamnation à mort du jeune Nemat Safavi et de deux autres hommes, l’Iran compte encore deux nouveaux jeunes condamnés à mort pour homosexualité présumée.

Selon leur avocat, Mehdi P., originaire de Tabriz, et Moshen G., de Chiraz, sont innocents. Alors qu’ils étaient encore mineurs, ils ont pourtant été condamnés à mort il y a plus d’un an, pour avoir eu des relations homosexuelles. Un «crime» en Iran, nié sans relâche par les «accusés», qui ne veulent pas voir leurs noms de famille révélés dans la presse, par peur de représailles s’ils venaient à être graciés, et pour sauver l’honneur de leur famille. La date de leur exécution n’est pas arrêtée: elle peut avoir lieu à tout moment.

L’annonce des ces deux nouvelles mises à mort pour des «crimes sexuels» intervient après que TÊTU a révélé la peine prononcée pour le jeune Nemat Safavi (lire l’article), ainsi que pour deux hommes tout juste majeurs. Suite à nos informations, l’organisation de défense des droits de l’homme Human Right Watch a demandé à l’Iran d’annuler la sentence. Une pétition circule en ligne et un groupe de soutien facebook ont également été ouverts.

Lire le reste de cette entrée »





Une application encore plus stricte de la charia ?

9 11 2009

shariaDépêche AFP du 8 novembre :

Un haut responsable de la police iranienne a demandé l’application stricte de la loi islamique (charia), notamment pour lutter contre l’augmentation des vols dans le pays, a rapporté dimanche l’agence Ilna.

« Si la charia est appliquée, 90% des délits de vol ne se produiront plus », a déclaré le général Asghar Jafari, un haut commandant de la police nationale.

Selon la charia, en vigueur dans la République islamique, le vol est puni de l’amputation d’une main, et de la seconde en cas de récidive, mais ce genre de condamnation est plutôt rare.

Interrogé sur les critiques de la communauté internationale sur l’application de ces peines, il a déclaré: « même si nous reculons sur la charia, de toutes façons les instances internationales et en particulier l’Occident vont continuer à nous critiquer. Il vaut donc mieux appliquer les peines conformément à la charia ».

En raison des difficultés économiques rencontrées par l’Iran la délinquance et le nombre de vols ont fortement augmenté ces dernières années.





Manifestations en Iran : Violente répression menée par les forces de sécurité

9 11 2009

Communiqué d’Amnesty International publié par HNS-Infos le 9 novembre à propos de la répression des manifestations du 4 novembre :

Amnesty International a condamné la force excessive avec laquelle les forces de sécurité iraniennes ont réagi. Des dizaines de manifestants pacifiques ont en effet été battus et arrêtés mercredi.

Les forces de sécurité – y compris les bassidji (miliciens paramilitaires) – ont utilisé des matraques et du gaz lacrymogène pour disperser les sympathisants de l’opposition qui manifestaient ; certains des manifestants jetaient des pierres.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans plusieurs villes à travers le pays, en profitant de l’occasion offerte par le trentième anniversaire de la prise d’assaut de l’ambassade des États-Unis à Téhéran, afin de protester contre les résultats contestés de l’élection présidentielle du mois de juin.

Lire le reste de cette entrée »





Sauver Ehsan Fattahian de l’exécution !

9 11 2009

Pétition adressée à Monsieur Ben Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU pour qu’il agisse afin de sauver Ehsan Fattahian, prisonnier politique kurde dont l’exécution est prévue pour le mercredi 11 novembre. Amnesty International a lancé depuis octobre une campagne pour sauver trois prisonniers politiques (dont Ehsan) kurdes menacés d’exécution. Selon le Comité International contre les Exécutions, au moins quatorze prisonniers politiques kurdes sont menacés d’exécution.

Son excellence,

Le gouvernement du régime iranien s’apprête à commettre un crime de plus dans sa tentative désespérée de survivre au mouvement pacifique dans le pays.

Ehsan Fattahian,le prisonnier politique qui s’est mis en grève de la faim, doit être exécuté mercredi. Il est emprisonné à la prison centrale de Sanandaj.

Arrêté en été (NdT : 2008) et d’abord condamné à dix ans de prison et d’exil dans la prison éloignée de Ramhormoz au Khuzestan (sud de l’Iran). Après l’appel, le dossier a été transmis au Tribunal révolutionnaire de Sanandaj, où sa peine a été révisée et transformée en peine de mort. Il était accusé d’être membre d’un parti politique kurde interdit.

Son exécution doit être un exemple pour les prisonniers qui se mettent en grève et n’arrêtent pas de lutter, y compris dans les prisons.Il doit être exécutée parce que le régime isolé panique et assassine autant d’opposants qu’il peut avant son dernier jour.

Lire le reste de cette entrée »