Contacts interdits avec 60 ONG et des médias étrangers

5 01 2010

Dépêche AFP du 5 janvier 2010 :

L’Iran a interdit à ses citoyens tout « contact » avec 60 organisations non-gouvernementales occidentales et avec les médias étrangers en persan ainsi qu’avec les sites internet « contre-révolutionnaires », selon une liste publiée mardi dans la presse.

Le ministère des Renseignements, à l’origine de cette liste, a expliqué que toutes les organisations, médias ou structures visées avaient joué un rôle dans les manifestations anti-gouvernementales à répétition qui ont secoué l’Iran depuis la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

Lire la suite »





Le site d’Ahmadinejad hacké

5 01 2010

Freedom Messenger informe que le site personnel d’Ahmadinejad a été hacké. En arrivant sur le site on pouvait lire : « Cher Dieu, en 2009, tu as pris mon chanteur préféré – Michael Jackson, mon actrice préférée – Farah Fawcett, mon acteur préféré – Patrick Swayze, ma voix préférée – Neda. Je t’en prie, n’oublie pas mon politicien préféré – Ahmadinejad, et mon dictateur préféré – Khamenei, pour l’année 2010. Merci ».





Stopper la nouvelle vague d’exécutions !

5 01 2010

Lundi 4 janvier 2010, trois hommes ont été exécutés à la prison de Varamin.

Dans un communiqué daté du 4 janvier 2010, le Comité International Contre les Exécutions rappelle que le 3 janvier s’ouvrait aussi le procès de sept manifestants, dans un contexte où plusieurs appels à la peine de mort contre les manifestant(e)s ont été lancés. La peine de mort et les exécutions sont, pour la République Islamique, un moyen pour terrifier la population et de tenter ainsi de mettre fin à l’actuel mouvement de protestation.

Le communiqué appelle donc toutes les femmes et tous les hommes amoureux de la liberté à travers le monde à protester contre la machine à tuer du régime islamique.





Plusieurs étrangers arrêtés lors des manifestations du 27 décembre

5 01 2010

Dépêche AFP du 4 janvier 2010 :

L’Iran a arrêté plusieurs ressortissants étrangers lors des manifestations du 27 décembre durant desquelles au moins huit manifestants ont été tués et plusieurs centaines interpellés, a affirmé lundi le ministre des Renseignements Heydar Moslehi.

« Certains des détenus sont des ressortissants étrangers impliqués dans la propagande et la guerre psychologique » contre l’Iran, a affirmé M. Moslehi à la télévision d’Etat iranienne.

« Ils étaient entrés en Iran deux jours seulement avant (les manifestations). Leurs appareils photo et équipements ont été saisis », a ajouté le ministre sans préciser le nombre ou la nationalité des étrangers arrêtés.

Lire la suite »





Les frondeurs de Téhéran

5 01 2010

Article publié le 31 décembre 2009 par « Le Figaro » :

La résistance s’organise. Depuis la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad, en juin dernier, les Iraniens inventent de nouveaux modes de contestation : graffitis, vêtements de couleur verte, inscriptions sur les billets de banque… Mais, à mesure que se multiplient les manifestations, la répression se fait de plus en plus violente.

Le plus difficile, c’est de ne pas se faire attraper !» murmure Hamid. Contacté par téléphone à Téhéran, l’étudiant iranien nous raconte son rituel nocturne. A la nuit tombée, une fois les policiers de son quartier assoupis dans leurs guérites, il retrouve ses amis, spray de peinture dans le sac à dos, devant un nouveau mur. «On choisit toujours un endroit différent. L’un d’entre nous monte la garde, pendant que les autres font leurs graffitis», glisse-t-il. Sauf que, depuis six mois, les slogans ont changé. Au placard, hommages rebelles à Metallica et 2Pac, dans un pays où la musique occidentale n’a officiellement pas le droit de cité, mais où la fronde passe souvent par la culture. Aujourd’hui, les messages sont plus incisifs. Plus politiques, aussi. Ses deux derniers faits d’armes en disent long. «Mort à Khamenei, le meurtrier», «Mort aux bassidjis qui tuent leurs frères», enragent les mots calligraphiés en persan et teintés de colère. En deux petites phrases, tout est dit : la colère de voir le Guide suprême – jusqu’ici resté intouchable – orchestrer la répression contres les manifestations postélectorales et celle, également, de voir les miliciens islamistes s’attaquer, sans répit, aux protestataires.

Lire la suite »