Stop au terrorisme du régime iranien et à la collaboration d’interpol

11 01 2010

Pétition de la campagne disponible également en anglais et en farsi contre la publication sur le site d’interpol de mandats d’arrêt et d’informations concernant des communistes iraniens :


A la demande des autorités iraniennes, INTERPOL a fiché un certain nombre de militants éminents et de sympathisants du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran – Hekmatiste comme criminels et terroristes et a publié leurs photos et des informations personnels sur son site internet. Ces personnes ont été persécutées et exilées par la République Islamique d’Iran il y a plusieurs années pour leur rôle active dans l’opposition à la République Islamique. Aussi, nous, signataires, considérons la position d’Interpol à ce propos comme un clair signe de coopération avec la célèbre police secrète de la République Islamique.

Cette action de la police secrète de la République Islamique par le biais d’Interpol n’est pas le premier acte de ce genre contre des groupes d’opposition. Les agents terroristes iraniens ont, par exemple, assassiné Qulam Keshaverz, porte-parole de la Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens, alors qu’il rendait visite à sa mère à Chypre en 1989. La même année, Abdul-Rahman Qasemlu, secrétaire général du Parti Démocratique du Kurdistan Iranien, et ses collègues ont été assassinés lors d’une négociation secrète avec des responsables iraniens en Autriche. La fatwa des autorités de la République Islamique contre Salman Rushdie et l’offre d’une prime pour son assassinat, le meurtre du traducteur japonais des Versets Sataniques et les tentatives de meurtre contre les traducteurs italien et japonais sont des sombres souvenirs de la brutalité de la République Islamique et jusqu’où elle peut aller pour éliminer ses opposants.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Farzad Kamangar et Habib Latifi sérieusement menacés d’exécution

11 01 2010

Street Journalist, 11 janvier 2010 :

Ces derniers jours et après l’exécution du militant kurde Fasih Yasami, il y a des nouvelles à propos des exécutions de prisonniers politiques et sociaux kurdes, dont Habib Latifi, Farzad Kamangar, Zeinab Jalalian, Shirko Moarefi et d’autres prisonniers.

Selon les dernières nouvelles fiables transmises par le siège de la défense des prisonniers politiques et civils, Farzad Kamangar et Habib Latifi sont sérieusement menacés d’être exécutés. Dans la situation actuelle, tout est possible ! Farzad Kamangar a été régulièrement menacé d’exécution par les responsables de l’information. Habib Latifi, militant étudiant kurde condamné à mort, a été convoqué par Eskandari, chef de l’application des peines de la prison centrale de Sanandaj, pour lui indiquer qu’il ‘y avait aucune garantie que l’ordre d’exécution soit stoppé. En donnant cette information à Habib, Eskandari veut que Habib demande pardon.

Aussi, ces deux jeunes kurdes sont menacés d’être exécutés à tout moment, comme l’a été Fasih Yasamani, un autre militant kurde, pendu tôt le matin le mercredi 6 janvier.





Trois journalistes condamnés

11 01 2010

Communiqué d’Amnesty International, 8 janvier 2010 :

Bahman Ahmadi Amoui et Saeed Laylaz ont été condamnés à une peine d’emprisonnement, assortie d’une peine de flagellation pour le premier. Keyvan Samimi Behbehani demeure détenu à l’isolement. Ces trois hommes sont des prisonniers d’opinion.

Bahman Ahmadi Amoui, rédacteur pour le quotidien économique Sarmayeh (qui a été fermé par les autorités le 2 novembre 2009), a été condamné à sept ans et quatre mois d’emprisonnement, ainsi que 32 coups de fouets, le 4 janvier 2010 par un tribunal révolutionnaire de Téhéran.Cette peine comprend cinq ans pour « association dans l’intention de porter atteinte à la sécurité nationale », un an pour « propagande contre le régime », un an et 32 coups de fouet pour « trouble à l’ordre public », et quatre mois pour « outrage au président ».Son avocat est en train de former un recours qu’il déposera dans les vingt jours qui lui sont impartis et va demander sa libération sous caution jusqu’à son jugement en appel.Bahman Ahmadi Amoui est détenu dans la section 350 de la prison d’Evin.

Saeed Laylaz, également rédacteur pour Sarmayeh,a été condamné à neuf ans d’emprisonnement par un tribunal révolutionnaire de Téhéran le 2 décembre 2009, après avoir été reconnu coupable d’avoir « participé à des rassemblements illégaux »et « été en possession de documents classés secrets ».Son avocat a déclaré que son client avait eu accès à des informations publiées sur Internet et donc non classées. Saeed Laylaz s’est vu refuser une libération sous caution et demeure détenu à la prison d’Evin.

Lire le reste de cette entrée »





Elaleh, 24 ans, tuée lors d’un interrogatoire

11 01 2010

Freedom Messenger, 11 janvier 2010 :

Elaheh, une femme de 24 ans, a été tuée à Eshrat Abad le 7 janvier.

Selon une source sûre provenant de la base militaire Eshrat Abad (où de nombreux manifestants anti-gouvernementaux sont enfermés), Elaheh a été tuée lors d’un interrogatoire suite à une blessure à la tête causée par un coup de chaise (la chaise a été brisée sur sa tête).

On rapporte qu’elle a été violemment interrogée à propos de sa famille. Selon les rapports reçus, elle a grandit dans un orphelinat de la province du Kurdistan. Elle est partie à Téhéran pour travailler chez un tailleur près de la Place Enghelab.

Lire le reste de cette entrée »





Pour la libération des mères en deuil arrêtées

11 01 2010

Dépêche AP du 11 janvier 2010 :

La Campagne internationale pour les droits humains en Iran a demandé lundi la libération de 33 mères interpellées lors de leurs veillées hebdomadaires pour leurs enfants tués pendant la répression des manifestations.

Neuf des 33 femmes ont dû être soignées après avoir été arrêtées par les forces de l’ordre samedi dans un parc de Téhéran, où elles tenaient leur veillée, précise l’organisation.

Lire le reste de cette entrée »





Crise de régime et mouvement populaire

11 01 2010

Article daté du 5 janvier 2010 de Babak Kia publié par Contretemps :

La crise de régime ouverte le 12 juin 2009 par la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad n’en finit pas de s’approfondir. Le régime est profondément et durablement divisé.

Le temps des compromis qui permettaient traditionnellement aux clans conservateurs et « réformateurs » de se partager le pouvoir, semble clos.

Cette crise au sommet a ouvert un espace sans précédent pour les mobilisations populaires. A travers cette vague de protestation, ce sont les aspirations démocratiques de la jeunesse, des femmes et des travailleurs iraniens qui s’expriment tout autant que la colère et les frustrations accumulées. La dynamique de la mobilisation, qui dans un premier temps était centrée sur la dénonciation de la fraude électorale, tend de plus en plus à remettre en cause la République Islamique dans son ensemble.

Lire le reste de cette entrée »





Mortazavi mis en cause pour innocenter le régime

11 01 2010

Dépêche AFP, 10 janvier 2010 :

Une commission parlementaire a mis en cause dimanche l’ancien procureur de Téhéran Saïd Mortazavi pour avoir envoyé des manifestants de l’opposition dans une prison de la capitale où trois d’entre eux ont trouvé la mort victimes de sévices.

La prison de Kahrizak, au sud de Téhéran, a « déshonoré et porté atteinte à la République islamique », a déclaré la commission chargée d’enquêter sur les incidents liés aux manifestations de protestation contre la réélection le 12 juin du président Mahmoud Ahmadinejad, dans un rapport très attendu cité par plusieurs agences de presse.

Le centre de Kahrizak a été fermé en juillet sur décision du Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, après ces décès et de nombreuses informations sur les mauvais traitements qui y étaient infligés aux détenus.

Lire le reste de cette entrée »