Pendant la répression, les affaires continuent

20 01 2010

Dépêche AFP du 20 janvier 2010 :

L’Iran a signé un contrat d’un milliard d’euros avec une entreprise allemande pour l’installation d’une centaine de turbo-compresseurs destinés à l’industrie gazière, a annoncé mercredi la presse iranienne.

Dans le cadre de ce contrat étalé sur cinq ans, la société allemande dont le nom n’est pas cité devrait transférer à l’Iran les compétences pour construire, installer et gérer ces matériels indispensables pour exploiter et transporter le gaz, selon la presse, qui cite le directeur général de la Compagnie iranienne de développement et d’ingéniérie du gaz (IGEDC), Alireza Gharbi.

Cette entreprise a déjà livré 45 turbo-compresseurs de ce type à l’Iran, ce qui, selon des experts interrogés par l’AFP, pourrait désigner l’industriel Siemens, très présent dans le pays.





Deux nouveaux prisonniers politiques condamnés à mort

20 01 2010

Persian2english, 20 janvier 2010 :

Campagne de Défense des Prisonniers Civils et Politiques : On rapporte au comité des nouvelles de la campagne  que deux prisonniers politiques kurdes, Mohammad Amin Abdollahi et Ghader Mohammadzadeh, habitants de Mirabad à Bukan (Azerbaïdjan occidental), ont été condamnés à mort lors d’un deuxième jugement où ils ont comparu à Orumieh.

Les deux prisonniers avaient été arrêtés à Mirabad à Bukan. Ils ont été accusés de travailler avec des groupes kurdes anti-gouvernementaux. Ils ont d’abord été envoyés dans une prison à Bukan puis transférés à la prison centrale d’Orumieh.

Mohammad Amin Abdollahi a 25 ans. Lors d’un premier jugement il a été condamné à 20 ans de prison. Le 16 janvier 2010, lors d’un second procès à Orumieh, il a été condamné à mort pour « mise en danger de la sécurité nationale » et « guerre contre Dieu ».

Ghader Mohammadzadeh, 32 ans, a d’abord été condamné à 32 ans de prison, puis, devant le même tribunal que celui qui a jugé Mohammad Amin, il a été condamné à mort. Mohammad Amin Abdollahi et Ghader Mohammadzadeh vivaient tous les deux à Mirabad à Bukan. Ils ont tous les deux subi de violentes tortures et de fortes pressions lors de l’arrestation et des interrogatoires.

Lire la suite »





HRW : Répression sans précédent

20 01 2010

Dépêche AFP, 20 janvier 2010 :

L’Iran a eu recours à « une répression d’une ampleur sans précédent depuis dix ans » pour mater la contestation populaire de l’élection présidentielle controversée du 12 juin, a affirmé mercredi Human Rights Watch (HRW). « Après la présidentielle contestée du 12 juin et les protestations massives qu’elle a engendrées, le gouvernement a lancé une répression d’une ampleur sans précédent depuis une décennie », indique l’organisation de défense des droits de l’Homme basée à New York dans son rapport pour l’année 2009.

En 1999, des émeutes étudiantes avaient éclaté après une attaque par des hommes en civil et la police contre les dortoirs universitaires de Téhéran. Les affrontements avaient duré plusieurs jours, faisant officiellement un mort. La réélection de Mahmoud Ahmadinejad a suscité un fort mouvement de contestation populaire, les partisans de l’opposition défiant jusqu’à ce jour l’interdiction du gouvernement de manifester.

Lire la suite »





Le régime de Téhéran accusé de crimes contre l’humanité

20 01 2010

Communiqué de Reporters Sans Frontières, 20 janvier 2010 :

« Nous condamnons les récentes arrestations arbitraires et les détentions illégales des professionnels des médias. La répression systématique de toute opinion critique à l’égard des institutions politiques ou religieuses du régime instaure un climat de terreur qui engendre l’autocensure et la fuite des journalistes iraniens hors de leur pays. Détenus au secret dans des conditions extrêmement difficiles, avec de longues périodes d’isolement total, les journalistes voient leurs droits les plus élémentaires ouvertement bafoués. Ces détentions in communicado qui peuvent être qualifiées de disparitions forcées et de crimes contre l’humanité constituent des violations du droit international. La communauté internationale doit sortir de son silence », a déclaré Reporters sans frontières.

Le 14 janvier 2010, Azad Lotpoury, directeur du journal en langue kurde et persane Yaneh, a été arrêté à son domicile dans la ville Sanandaj (Kurdistan), par des agents du ministère des Renseignements. Le domicile du journaliste a été perquisitionné pendant plusieurs heures. Les ordinateurs et des livres ont été confisqués, la porte et les fenêtres ont été fracturées, et des membres de sa famille ont été insultés. On ignore les motifs de l’arrestation d’Azad Lotpoury et le lieu de sa détention.

Lire la suite »





Une vie meilleure est le droit de chaque ouvrier !

20 01 2010

Déclaration du Conseil Ad Hoc des Ouvriers de l’Acier d’Ispahan, janvier 2010 :

La Compagnie de l’Acier d’Ispahan (Isfahan Steel Company, ISC) est une des plus grande entreprise industrielle d’Iran. Pourtant, malgré de nombreux efforts petits et grands des travailleurs pendant des années pour améliorer leurs conditions de travail, ils ont été fortement privés du droit d’avoir une organisation dirigée par les travailleurs eux-mêmes pour défendre leurs droits et leurs justes revendications.

Aussi, face à un avenir incertain et à la dégradation générale des conditions de travail et compte-tenu du poids écrasant de la crise économique sur les épaules des travailleurs, nous, groupe d’ouvrier d’ISC, avons décidé de former le « Conseil Ad Hoc des Ouvriers de l’Acier d’Ispahan », dont la mission est d’unifier les rangs ouvriers et de défendre leurs droits.

De toute évidence, comme le Conseil a commencé son travail dans les conditions de l’activité clandestine et que ses membres, par nécessité, n’ont pas été publiquement élus par les travailleurs, il a décidé de se qualifier lui-même d’Ad Hoc. Cependant, le Conseil s’engage à mettre en place une élection libre et ouverte impliquant l’ensemble des salarié dès que les conditions permettront une activité au grand jour. Jusqu’à ce jour, le Conseil, en tant que seul représentant existant des travailleurs d’ISC, ne ménagera pas ses efforts pour défendre les droits de chacun et de tous les travailleurs, tout en informant tout le monde de ses décisions avec des communiqués périodiques.

Lire la suite »