7ème Congrès du PCOI

22 01 2010

Article sur le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (5 et 6 décembre 2009) écrit pour l’édition de janvier du journal « Syndicaliste » des Comités Syndicalistes Révolutionnaires :

Les 5 et 6 décembre 2009 s’est tenu le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Après l’Internationale et une minute de silence pour ceux et celles qui sont tombés dans la lutte pour le socialisme, les premières interventions, comme celles d’Hamid Taghvaie, Maryam Namazie et Mina Ahadi, membres du bureau politique, annoncent que le but des travaux du congrès est de préparer le renversement de la République Islamique. Maryam Namazie explique que nous assistons à un moment crucial, et que si le monde a vu mourir Neda, il a aussi vu l’espoir pour celles et ceux qui sont fatigués de la Charia, des crimes d’honneur, du terrorisme et du militarisme. La révolution est le moyen d’en finir avec la barbarie, pour construire un monde humain et digne du 21ème siècle. Si chaque congrès a un nom, ce 7ème congrès est celui de la révolution. Parmi les délégués se trouvent les différentes générations qui se sont battues entre 1979 et 2009, de celles et ceux qui ont participé à la révolution de 1979 à de jeunes camarades de moins de 30 ans, formé(e)s au marxisme en Iran, et qui ont dû fuir le pays il y a un an à peine, et ce congrès se veut un pont entre la révolution de 1979 et celle qui se déroule aujourd’hui en Iran. “La révolution, indique Hamid Taghvaie, c’est ce que demandent la société iranienne, les ouvriers, les femmes… Pendant 30 ans, les communistes ont appelé à la révolution, aujourd’hui c’est la révolution qui nous appelle”.

Ces premières interventions montrent l’ambiance et l’atmosphère dans lesquels s’est déroulé ce congrès. Le rapport d’activité sur les deux années écoulées mettant en avant les nombreux contacts pris par le parti depuis le mois de juin 2009, en particulier mais pas seulement dans la jeunesse, sa participation à plusieurs grèves et luttes pour le paiement des salaires et l’existence de plus d’un millier de cellules liées au parti en Iran. Le travail réalisé à l’extérieur, par les camarades de l’exil, fut aussi particulièrement important, en particulier depuis le mois de juin, avec l’immense effort financier pour diffuser 24 heures sur 24 des émissions de New Channel TV, la chaîne de télévision par satellite du PCOI, pendant les protestations du mois de juin, chaîne qui permet un lien entre le parti et la population.

Lire le reste de cette entrée »