Exécution de deux manifestants

28 01 2010

Dépêche AFP du 28 janvier 2010 :

L’Iran a exécuté par pendaison jeudi deux opposants accusés d’être « ennemis de Dieu » et d’appartenir à un groupe monarchiste, selon l’agence Isna citant un communiqué du procureur de Téhéran et l’avocate de l’un des deux hommes.

Ces deux opposants, accusés notamment d’être « mohareb » (ennemis de Dieu), avaient été condamnés à mort en octobre dernier, dans le cadre d’une série de procès d’opposants et de manifestants arrêtés au moment des émeutes ayant suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin.

Ces exécutions d’opposants, intervenues après la confirmation en appel de la sentence des deux condamnés selon Isna, sont les premières depuis les manifestations de juin.

Le communiqué du procureur de Téhéran a également annoncé que neuf autres opposants condamnés à mort attendaient actuellement le verdict de la cour d’appel. « Neuf autres émeutiers sont encore dans la phase d’appel, et s’ils sont condamnés, la sentence sera exécutée selon la loi ».

Jusqu’à présent, cinq condamnations à mort avaient été annoncées par les autorités dans les procès ayant suivi les manifestations de juin.

Le communiqué ne donne aucune précisions sur les six autres personnes condamnées à mort.

« Ces condamnés sont accusés d’être mohareb, d’avoir cherché à renverser le régime de la République islamique, et d’appartenir au mouvement antirévolutionnaire armé de l’Assemblée du royaume d’Iran et au mouvement terroriste des monafeghine » (ndlr: « hypocrites », nom donné aux membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple, principal mouvement d’opposition armée iranienne en exil), a précisé le communiqué cité par Isna.

Les deux opposants exécutés jeudi ont été identifiés dans le communiqué comme étant Mohammad Reza Ali Zammani et Aresh Rahmanipour.

Au moment de sa condamnation, Mohammad Ali Reza Zammani avait été identifié par l’opposition comme militant du mouvement royaliste de l’Assemblée du Royaume d’Iran. Amnesty International était intervenu en sa faveur.

Aresh Rahmanipour, identifié seulement par ses initiales A. R. lors de sa condamnation, a été accusé d’appartenir au même groupe monarchiste, selon son avocate contactée par l’AFP.

L’avocate, Me Nasrin Sotoudeh, a affirmé que M. Rahmanipour avait été arrêté deux mois avant les élections et les troubles qui ont suivi, et qu’il avait été « obligé de faire des aveux en raison de menaces contre sa famille ».

Elle s’est déclarée « choquée » par l’annonce de son exécution, affirmant que ni elle ni sa famille n’en avaient été informées.

Voir aussi : Peine de mort requise contre cinq manifestants du 27 décembre et l’appel à se mobiliser partout dans le monde contre les exécutions en Iran.


Actions

Information

2 responses

31 01 2010
Le nombre d’opposants menacés d’exécution passe à 66 « Révolution en Iran

[…] un rapport récent du 28 janvier, alors qu’étaient exécutés Mohammad Reza Zamani et Arash Rahmani, deux opposants politiques au régime, deux blogueurs, Mehrdad Rahimi et Kohyar Goudarzi, ont été […]

20 02 2010
Amir Reza Arefi condamné à mort « Révolution en Iran

[…] 28 janvier 2010,  Arash Rahmanipour et Mohammad Reza Alizamani ont été exécutés en secret pour leurs liens […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :