Procès de seize manifestants

30 01 2010

Extraits d’un article du Nouvel Observateur, 30 janvier 2010 :

Un nouveau procès de 16 opposants au président iranien Mahmoud Ahmadinejad s’est ouvert samedi, à deux semaines de l’anniversaire de la Révolution islamique lors duquel le pouvoir craint de nouvelles manifestations.
Les gardiens de la Révolution ont prévenu que toute nouvelle révolte serait durement sanctionnée, alors que l’Iran fêtera le 11 février le 31e anniversaire de la Révolution de 1979.

Les 16 Iraniens jugés samedi ont été arrêtés lors des manifestations antigouvernementales tenues à l’occasion de la fête religieuse de l’Achoura, le 27 décembre dernier. (…)

Lire la suite »





Plus de 2.000 personnes devant la prison Evin cette nuit

30 01 2010

Persian2english, 30 janvier 2010 :

Selon des rapports reçus de Militants des Droits Humains et de la Démocratie en Iran, plus de 2.000 personnes, dont des familles de prisonniers, des mères en deuil et des personnes en soutien, se sont rassemblées devant la prison Evin cette nuit. La foule demande la fin des exécutions.

Le samedi 30 janvier 2010, une grande foule, comprenant des prisonniers récemment libérés, a rejoint les familles de prisonniers pour crier leur colère suite à l’exécution de deux prisonniers politiques et les rumeurs de nouvelles pendaisons prochaines. Les manifestants demandaient non seulement la fin des exécutions mais aussi la libération inconditionnelle de tous les prisonniers politiques.

Lire la suite »





WLUML soutien « L’Appel pour la liberté et l’égalité des sexes en Iran »

30 01 2010

Copie d’un texte original que WLUML (Femmes sous Lois Musulmanes) héberge temporairement ; le site Web, ‘L’Appel pour la liberté et l’égalité des sexes en Iran‘, deviendra disponible en février.

« Pour mettre fin aux violences et aux répressions, pour obtenir la liberté de tout/es les prisonnier/es politiques en Iran, nous appelons les féministes et les défenseurs des droits des femmes de tous les pays à organiser, tout au long du mois de mars qui célébrera le 100e anniversaire de la journée internationale des droits des femmes, des actions de solidarité et de protestation qui revendiquent la liberté et l’égalité des sexes en Iran.

« En Iran, le mouvement des femmes est, depuis ces trente dernières années, à l’avant-garde de la lutte pour la démocratie. Comme les discriminations sexistes sont en lien étroit avec d’autres discriminations : sociales, politiques, religieuses et ethniques, la résistance pacifique des femmes, leur lutte contre les violences et les discriminations impactent de manière conséquente le développement des mouvements démocratiques au sein de la société iranienne. Depuis de nombreuses années, avec l’organisation de différentes campagnes et leurs revendications pour l’égalité, les femmes iraniennes marchent sur le chemin de la liberté. Dans ce processus, elles subissent la répression : insultes, violences, arrestations et emprisonnements. Nombreuses sont celles aujourd’hui emprisonnées.

Lire la suite »





Cérémonie en mémoire d’Ashkran Sohrabi

30 01 2010

Cérémonie en mémoire d’Ashkran Sohrabi, assassiné le 20 juin 2009 par les forces de répression, à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance le 30 janvier au cimetière Behesht-e Zahra de Téhéran.





Anniversaire de la naissance d’Ashkan Sohrabi

30 01 2010

Aujourd’hui, 10 bahman (30 janvier), Ashkan Sohrabi, assassiné de trois balles par les forces de répression le 20 juin 2009, aurait eu 20 ans.

Une cérémonie à été organisée au cimetière Behesht-e Zahra de Téhéran à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance.

Lire la suite »





La lutte des femmes d’Iran est celle de toute l’humanité !

30 01 2010

Article publié le 30 janvier sur le site de la Campagne Internationale Contre les Crimes d’Honneur (ICAHK) :

Le Manifeste de la Libération des Femmes d’Iran indique très justement : « Avec le renversement de la République Islamique, nous tendrons une main solidaire à des millions de femmes dans les pays soumis à l’Islam, qui sont prisonnières des États et des gangs islamistes, des adorateurs de l’honneur et des traditions chauvinistes-mâles islamiques. »

Les révolutions et les contre-révolutions, où qu’elles aient lieu, ont en effet toujours une répercussion internationale. Ce fut le cas pour la révolution française de 1789, la Commune de 1871, la Révolution russe de 1917, comme ce fut le cas pour la contre-révolution islamique de 1979, avec la prise du pouvoir de Khomeini contre l’aspiration populaire à la liberté et à l’égalité. Avec l’instauration de la République Islamique s’est développé un courant réactionnaire, l’Islam politique, qui a frappé l’ensemble du monde dit « arabo-musulman », avec les mêmes slogans misogynes et les mêmes méthodes terroristes contre les femmes. En Iran, le Hezbollah criait, en 1979, « le voile ou les coups », et au fil des jours, les matraques se sont transformées en couteaux, puis les couteaux en fusils. On peut changer les dates et les lieux, ces mêmes slogans ont été hurlé par les islamistes en arabe, en kurde, en dari ou en ourdou. Ils ont d’abord fait des « pressions amicales », puis jeté des pierres, puis menacé, et exclu des écoles pour voiler les femmes dans la bande de Gaza ; organisé des campagnes de terreur pour imposer le hidjab en Algérie ; enfermé les femmes sous la burqa en Afghanistan… Ce voile était un drapeau pour rendre les femmes invisibles, et imposer un véritable apartheid sexiste. Si on trouve dans les courants islamistes des alliés des régimes en place, voire des supplétifs aux armées régulières comme le fut le Hezbollah turc au Kurdistan, et des opposants, des « anti-impérialistes » et des membres de gouvernements au service de l’occident, il y a un point fondamental, essentiel, sur lequel se rejoignent tous les courants de l’Islam politique, leur haine et leur guerre permanente contre les femmes et leur liberté.

Lire la suite »





Libérez Majid Hamidi

30 01 2010

Communiqué d’ International Alliance in Support of Workers in Iran (IASWI) du 28 janvier 2010, traduit de l’anglais par La Bataille Socialiste :

Selon le Comité de Coordination pour la Formation d’Organisations Ouvrières (Coordinating Committee to Help Form Workers’ Organizations), Majid Hamidi est maintenu en détention depuis le 14 janvier dernier. Majid Hamidi est en mauvaise santé depuis qu’il a été victime d’une tentative d’assassinat en octobre 2007 et a besoin de soins médicaux adaptés.

Majid Hamidi, militant ouvrier et membre du Comité de Coordination pour la Formation d’Organisations Ouvrières, a quitté son domicile à Sanandaj l’après-midi du 14 janvier 2010 et est incarcéré depuis. Le 15, des agents gouvernementaux sont venus chercher ses affaires et son ordinateur portable. Militant très connu dans la ville de Sanandaj, Majid Hamidi avait reçu 7 balles dans le corps le 18 octobre 2007. Les témoins et Majid Hamidi lui-même avaient témoigné que 14 coups de feu avaient alors été tirés. Après avoir reçu une première balle, Majid Hamidi avait tenté de s’enfuir mais avait été poursuivi par ses agresseurs, qui ont fini par s’échapper en moto et n’ont toujours pas été identifiés. Les chirurgiens n’ont pas réussi à extraire une des balles qui l’avait frappé au cou, en raison d’un grand risque d’endommager son système nerveux. Il a gardé cette balle dans le corps. Après son opération, Majid Hamidi avait publié un communiqué dénonçant cette tentative d’assassinat comme un attentat contre le mouvement ouvrier iranien. Il a continué  depuis de militer au service de la classe ouvrière.

Lire la suite »