Programme Communiste-Ouvrier et émancipation des femmes

18 02 2010

Si pour Marx et Engels il était clair que la liberté des femmes mesure le degrés de liberté dans la société et que Lénine affirmait « Parmi nos camarades, il y en a encore beaucoup dont on peut dire malheureusement : « grattez un peu le communiste et vous trouverez le philistin ». Certes, il faut gratter à l’endroit sensible : sa mentalité à l’égard de la femme« , les organisations staliniennes et plus largement les nationalistes de gauche qui utilisent les mots « socialiste » ou « communiste » pour défendre une politique bourgeoise ont bien souvent considéré qu’il fallait s’adapter aux traditions chauvinistes-mâles et patriarcales plutôt que de les combattre. A l’inverse, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran a, dès sa création en 1994, affirmé que la révolution serait aussi, comme l’a été la Révolution d’Octobre 1917, une révolution pour l’émancipation des femmes. Voici donc à ce propos deux extraits du programme du PCOI concernant les droits des femmes, programme également repris par les communistes-ouvriers en Irak.

Égalité des hommes et des femmes. Interdiction des discriminations sexuelles

Les discriminations contre les femmes sont la marque de fabrique du monde actuel. Dans la plus grande partie du monde, les femmes se voient officiellement et légalement dénier les droits même les plus insignifiants reconnus aux hommes. Dans les pays économiquement arriérés, ou dans ceux où la religion et les vieilles traditions ont une plus grande prise politique sur la société, la structure administrative et culturelle, l’oppression des femmes prend les formes les plus grossières et les plus outrageantes. Dans les pays avancés, et même dans les sociétés où, grâce au mouvement du droit des femmes et aux luttes socialistes ouvrières, la discrimination sexuelle a apparemment disparue du texte même des lois, les femmes sont toujours, en pratique et sous de nombreux aspects, discriminées par les mécanismes de l’économie capitaliste et les traditions et croyances du chauvinisme mâle.

En soit, l’oppression des femmes n’est pas une invention du capitalisme. Cependant, le capitalisme a développé ce legs détestable de l’histoire en pierre angulaire des relations économiques et sociales contemporaines. Les racines de l’inégalité des femmes aujourd’hui ne sont pas à trouver dans les croyances archaïques, ni dans l’héritage intellectuel et culturel de sociétés éteintes, ou dans les idées de prophètes ou de religions du Moyen Age mais dans la société capitaliste industrielle moderne d’aujourd’hui, dans un système qui voir la division sexuelle dans le processus de production comme un facteur économique et politique important pour assurer la profitabilité du capital. Créer la flexibilité du travail, la compétition et les frictions entre travailleurs, maintenir l’existence de sections plus désavantagées dans la classe ouvrière elle-même comme moyen de ramener vers le bas les standards de vie de toute la classe, distordre la conscience humaine et la conscience de la classe ouvrière, en ressuscitant des préjugés archaïques : voila les véritables piliers de l’oppression actuelle des femmes dans le capitalisme moderne et pour l’accumulation capitaliste actuelle. Indépendamment de savoir si le capitalisme est ou n’est pas compatible avec l’égalité de femmes, à la fin du XXe siècle il est fondé sur l’inégalité et ne changera pas sans résistances violentes.

Le Parti communiste-ouvrier lutte pour l’égalité complète et inconditionnelle des femmes et des hommes. Les lois et mesures majeures suivantes doivent être mises en place de manière à commencer à éliminer la discrimination contre les femmes :

1. Déclaration de la pleine et inconditionnelle égalité des droits des femmes et des hommes.Abrogation immédiate de toutes les lois et règlements qui violent ce principe.

2. Mesures immédiates pour assurer l’égalité complète des femmes et des hommes dans la participation à la vie politique. Droit inconditionnel pour les femmes de prendre part aux élections et de détenir des positions et des charges politiques, administratives, judiciaires et autres. Abrogation de toute loi et règlement qui restreignent la participation égale des femmes à la politique et à l’administration.

3. Pleine égalité des droits et du statut des femmes et des hommes dans la famille.

  • Abolition des privilèges de l’homme comme soit disant « chef de foyer », et mise en place de droits et d’obligations égales pour les femmes et les hommes en ce qui concerne le soin et l’éducation des enfants, le contrôle et l’emploi des finances familiales, de l’héritage, du choix de résidence, du travail ménager, de l’emploi, du divorce, et en cas de séparation, de la charge des enfants et de la division des propriétés familiales.
  • Interdiction du Ta’addod Zowjat (droit islamique de mariage multiple pour les hommes). Interdiction du Seegheh (coutume islamique de location de femme).
  • Abolition des obligations d’esclave pour les femmes envers leurs maris selon les lois islamiques et les traditions anciennes.
  • Interdiction pour le mari d’avoir des relations sexuelles avec sa femme sans son consentement, même sans l’usage de la violence. De tels cas, sur la simple plainte de la femme, doivent être poursuivis comme viols.
  • Interdiction d’imposer du travail domestique ou des tâches ménagères spécifiques aux femmes au sein de la famille.
  • Imposition d’amendes sévères en cas d’abus, d’intimidation, de restriction de liberté, de traitement dégradant ou violent à l’égard des femmes et des filles dans la famille.

4. – Complète égalité des femmes et des hommes dans la vie économique et professionnelle.

  • Egale application de la sécurité sociale et professionnelle aux hommes et aux femmes.
  • Abolition de toute restriction aux emplois accessibles aux femmes.
  • Pleine égalité des femmes et des hommes au niveau des salaires, des assurances sociales, des congés, des heures de travail, des métiers, des promotions, de la représentation des salarié-es à tous les niveaux.
  • Mise en place de règles spéciales pour les entreprises de façon à assurer l’emploi et le déroulement de carrière, comme l’interdiction de licenciement des femmes enceintes, l’interdiction des travaux fatigants pour les femmes enceintes, et la mise en place sur le lieu de travail d’aménagements nécessaires pour ces femmes. 16 semaines de congés maternité et un an de congé parental. Ce denier doit pouvoir être utilisé par l’homme ou la femme d’un commun accord.
  • Formation d’un service d’inspection et de conseils de surveillance pour contrôler la mise en place de ces règlements par les entreprises.
  • Formation de tribunaux pour l’égalité des droits, avec des pouvoirs de réglementation sur l’égalité des femmes devant l’emploi et sur le lieu de travail, public ou privé, commercial ou non. Lourdes mesures de rétorsion envers les entreprises qui enfreignent le principe d’égalité absolue des femmes et des hommes dans l’emploi.
  • Centres locaux gratuits et facilités telles que les centres de soins journaliers, crèches, jardins d’enfants, qui, en raison de la charge disproportionnée de travail domestique et de soins aux enfants qui pèse sur les femmes actuellement, facilitera l’entrée des femmes dans des champs d’activité variés hors de la maison.

5. Abolition de toutes les restrictions, codes moraux et arriérations et culturelles qui restreignent ou contredisent l’indépendance des femmes et leur liberté individuelle de citoyennes.

  • Abolition de toute restriction au droit des femmes, mariées ou célibataires, de voyager et de choisir leur lieu de résidence, que ce soit au sein du pays ou en dehors.
  • Abolition de toutes les lois et réglementations qui restreignent le droit des femmes dans le choix de leur habillement, de leur emploi ou de leurs relations sociales.
  • Interdiction de toute forme de ségrégation entre hommes et femmes dans les lieux publics, les établissements, les assemblées, les meetings et les transports publics.
  • Éducation mixte à tous les niveaux.
  • Interdiction dans toute correspondance et discours officiel par l’état ou des autorités et établissements privés des titres telles que mademoiselle, madame, soeur ou toute autre appellation qui définit une femme par sa position vis-à-vis d’un homme.
  • Interdiction de toute interférence par quelque autorité, membres de la famille ou proches, dans la vie des femmes et dans leurs relations personnelles, émotionnelles et sexuelles.
  • Interdiction de toute forme de traitement dégradant, chauviniste mâle, patriarcale et inégal envers les femmes par les institutions publiques.
  • Interdiction de toute référence au genre dans les offres d’emploi.
  • Élimination de tout préjugé et référence dégradante pour les femmes dans les livres et matériels éducatifs, et inclusion, à la place, de cours spéciaux et de matériels pédagogiques sur la question de l’égalité des femmes.
  • Formation de bureau de contrôle et de départements légaux pour traiter les cas de harcèlement et de discrimination contre les femmes.

6. Action directe par les autorités compétentes de l’état pour combattre le chauvinisme mâle et la culture anti-femmes dans la société. Soutien et encouragement aux organisations non-gouvernementales de femmes.

Cohabitation, famille, mariage et divorce

1 – Droit pour chaque couple de plus de 16 ans ans de vivre ensemble à côté de leur propre choix. Toute forme de coercition par une personne ou autorité dans le choix du partenaire, de la cohabitation (ou du mariage) ou de la séparation (ou du divorce) est interdite.

2 – L’enregistrement simple est suffisant pour que la cohabitation puisse être reconnue officiellement et soit couverte par les lois sur la famille, si les parties le souhaitent ainsi. Laïcisation du mariage. Interdiction des rituels et des considérations religieuses pour les cérémonies publiques d’enregistrement du mariage. Une cérémonie, laïque ou religieuse, n’est pas obligatoire pour la validité du mariage et son statut devant la loi.

3 – Interdiction de toute forme de transaction financière pour le mariage, tel que le Mehriyye, Shirbaha, Jahizieh (paiements monétaires ou en nature par les deux parties), et ainsi de suite, comme limites et conditions préalables au mariage.

4 – Interdiction du Ta’addod Zowjat (droit islamique du mariage multiple pour les hommes) et du Seegheh (location d’épouse islamique).

5 – Égalité des droits pour la femme et l’homme dans la famille, dans le choix de la résidence, dans le soin et l’éducation des enfants, dans les décisions au sujet de la propriété et des finances de la famille, et dans tous les sujets concernant la cohabitation.

  • Abolition du statut spécial de l’homme comme chef du ménage dans tous les lois et règlements, et égalité des droits pour la femme et l’homme dans le contrôle des affaires familiales.

6 – Droit de séparation sans conditions (divorce) pour la femme et l’homme. Égalité des droits et engagements pour la femme et l’homme dans la garde et soin des enfants après séparation.

7 – Droits égaux des partenaires lors de la séparation en ce qui concerne la propriété et les ressources qui ont été acquises ou employées par la famille, pendant la cohabitation.

8 – Abolition du transfert automatique du nom de famille du père aux enfants. La décision sur le nom de famille de l’enfant doit être laissé à l’accord mutuel des parents. Si aucun accord n’est conclu, l’enfant prend le nom de famille de la mère. Les références aux noms des parents sont à supprimer des cartes d’identité et d’autres documents officiels d’identité, tels que le passeport, permis de conduire, etc.

9 – Appui matériel et moral de l’état aux parents célibataires. Appui spécial aux mères divorcées ou qui ont élevé leurs enfants en dehors de mariage, face aux difficultés économiques ou aux pressions culturelles et morales réactionnaires.

10 – Abolition de toutes les lois et règlements anachroniques et réactionnaires criminalisant les rapports sexuels des hommes ou des femmes avec des personnes autres que leurs épouses ou époux.


Actions

Information

One response

22 02 2010
Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung

[…] Arbeiter-Kommunistische Partei Iran (API): Programme Communiste-Ouvrier et émancipation des femmes […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :