8 mars à Stockholm

10 03 2010

Vidéo du rassemblement et de la manifestation du 8 mars 2010 à Stockholm (Suède) à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes :





Célébration du 8 mars dans les montagnes kurdes

10 03 2010

Images de la célébration du 8 mars 2010 au siège central de Komalah (Parti Communiste d’Iran) dans les montagnes du Kurdistan d’Irak : la cérémonie s’est tenue devant des centaines de personnes, réfugié(e)s politiques iranien(ne)s, travailleuses et travailleurs kurdes d’Irak et peshmergas.

Lire le reste de cette entrée »





Le fiancé de Neda parle

10 03 2010

Le Parisien, 10 mars 2010 :

La mort de Neda, devenue grâce à l’internet l’icône de l’aspiration à la liberté des jeunes Iraniens, a changé sa vie: persécuté pour avoir raconté son histoire, son petit ami Caspian Makan a dû fuir l’Iran pour le Canada, d’où il a repris son combat pour la démocratie.

« Ca a changé ma vie. Il y a un an, je n’aurais jamais imaginé être ici », confie Caspian Makan à l’AFP avant de prendre la parole à Genève à une réunion consacrée aux droits de l’homme, à la tolérance et à la démocratie.

Neda Agha-Soltan a été tuée d’une balle à la poitrine le 20 juin 2009 lors d’une manifestation post-électorale à Téhéran. Publiées sur l’internet, les images de sa mort captées par téléphone portable, notamment son visage ensanglanté, avaient suscité l’indignation.

« Le monde entier a pu être le témoin des agissements de ce régime. C’est un acte douloureux, inhumain qui a divulgué la face noire de la dictature iranienne », accuse M. Makan, qui impute ce « meurtre » aux « mercenaires du régime ».

Dans les jours suivant la mort de l’étudiante âgée de 26 ans, Caspian Makan avait donné par téléphone des interviews, notamment à la BBC et al-Jazira.

Lire le reste de cette entrée »





L’Iran compte un tiers des journalistes emprisonnés dans le monde

10 03 2010

Dépêche ATS, 10 mars 2010 :

En février, le nombre de journalistes détenus en Iran a été porté à au moins 52. Ce pays renferme désormais le tiers des journalistes emprisonnés dans le monde, a déclaré mardi le Comité de protection des journalistes (CPJ), basé à New York.

La Chine vient en seconde position avec 24 journalistes emprisonnés, suivie de Cuba avec 22.

Le nombre de journalistes détenus en Iran est le plus élevé recensé pour un seul pays par le CPJ depuis 1996, date à laquelle les prisons turques renfermaient 78 journalistes.





La république islamique fait de la publicité pour des exécutions publiques

10 03 2010

Irania.fr :

Dans les rues de Ahvaz en Iran, la République Islamique d’Iran fait de la publicité pour des exécutions en public !!
Sur la banderole il est noté que des exécutions à la peine capitale vont être commises, l’un condamné en tant que ennemi de dieu et l’autres en tant que trafiquant de drogue.

Une légère erreur sur le site « Irania » indique que ces exécutions étaient prévues le 8 mars, elles le sont en fait pour les 10 (19 Esfand) et 13 mars (22 Esfand).

Lire le reste de cette entrée »





Journée Internationale des Femmes à Oslo

10 03 2010

Vidéos des actions à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes en solidarité avec la lutte des femmes d’Iran à Oslo (Norvège).

Rassemblement :

Lire le reste de cette entrée »





Lettre de l’IFIR à Amnesty International, HRW et aux défenseurs du droit d’asile

10 03 2010

Lettre de la Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens (IFIR) à Amnesty International, Human Rights Watch et aux organisations de défense des réfugiés du monde entier. Voir aussi le courrier du PCOI suite à l’arrestation de Jamal et la campagne d’envoi de messages de protestations aux autorités japonaises.

Jalal Ahmadzade-Nouei, alias Jamal Saberi,militant politique opposant au régime islamique en Iran a été arrêté par la police japonaise pour être expulsé vers l’Iran.

Jalam Saberia quitté l’Iran en 1990. En 1992, il a rejoint le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) et a commencé des activités politiques du parti au Japon contre la violation des droits humains en Iran. En tant que membre du PCOI, un virulent parti d’opposition, Jamal a écrit de nombreux articles contre la République Islamique d’Iran en particulier et contre l’Islam politique en général. Il a également écrit des articles exposant les relations diplomatiques du Japon avec le régime iranien. Plusieurs de ses textes ont été publiés dans la presse japonaise ainsi que dans des publications iraniennes comme Hambastegi (organe de l’IFIR, Fédération Internationale des Réfugiés Iranies) et Javanan-e Komonist (organe de l’Organisation de la Jeunesse Communiste).Il a demandé le statut de réfugié en mai 2001. Sa demande a été rejetée par le Bureau de l’Immigration du Ministère Japonais de la Justice le 28 mars 2002. Il a fait appel de cette décision en avril de la même année. L’appel a été rejeté et la police japonaise a publié un ordre d’arrestation et d’expulsion. Jamal a été arrêté fin octobre 2003 et transféré au centre de détention du bureau de l’immigration où il a été détenu pendant un an. Au moment de son arrestation, Jamal était devenu un défenseur des droits humains populaire auprès des organisations de gauches, des organisations de défense des droits humains et des syndicats. Naturellement, plusieurs de ces organisations ont protesté contre son arrestation et ont ainsi réussi à empêcher son expulsion.

Lire le reste de cette entrée »





Sanandaj : Nouvelle commémoration de la Journée Internationale des Femmes

10 03 2010

Après les cérémonies qui avaient déjà été organisées le dimanche 7 mars et le lundi 8 mars, une troisième action pour marquer la journée internationale des femmes a eu lieu le mardi 9 mars à Sanandaj (Kurdistan). Selon un communiqué du Comité du Kurdistan du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, le 9 mars vers 16 heures 30, des militant(e)s des droits des femmes et ouvrier(e)s ont organisé une protestation au coeur du bazar sous le mot d’ordre « Vive la journée internationale des femmes ! ». Plusieurs dizaines de pancartes avec des slogans pour les droits des femmes ont été brandis et une déclaration enthousiaste a été lue. Le marché étant rempli de gens qui faisaient leurs courses pour Nowrouz (nouvel an kurde et iranien), des centaines de personnes ont été témoins de cette action et bien des gens présents sont allés appeler ceux qui se trouvaient dans les rues extérieures du bazar pour qu’ils se joignent à la cérémonie.

Cette cérémonie a montré que malgré l’ambiance de terreur des forces répressives et de l’armée, des espaces ont pu être créés pour célébrer la Journée Internationale des Femmes. Selon le Comité du Kurdistan du PCOI, des cérémonies pour le 8 mars ont pu être organisées dans des dizaines de villes et villages du Kurdistan, ce qui a permis de discuter de l’histoire de la journée internationale des femmes, des lois discriminatoires du régime islamique et de la violence que subissent les femmes au sein de leurs familles.

Images de la cérémonie au bazar de Sanandaj :

Lire le reste de cette entrée »