Un enseignant condamné à mort

30 03 2010

Freedom Messenger, 30 mars 2010 :

Agence de Presse des Militants des Droits Humains (HRANA) : Abdolreza Ghanbari,enseignant dans les écoles et lecteur à l’université depuis plus de 14 ans, a été condamné à mort par le Tribunal Révolutionnaire.

Selon HRANA, le juge Salavati a décidé de la condamnation à mort suite aux accusations de « mohareb » (ennemi de Dieu) pour ces liens suspects avec différents groupes. Les preuves de l’accusation étaient des e-mails et des liens avec des chaînes de télévision étrangères.

Selon le rapport, Ghanbari a été arrêté le 13 janvier 2009 par les forces de sécurité.

Ces derniers mois, la branche n°15 du tribunal révolutionnaire a condamné plusieurs personnes à mort sous les ordres du juge Salavati.  A ce jour, deux condamnations à mort ont été appliquées (celles Mohammad Reza Ali Zamani et d’Arash Rahmanipour).





Solidarité avec Jamal : Courriers adressés par deux syndicats du Doubs

30 03 2010

Iran-Solidarité Besançon, 30 mars 2010 :

Les syndicats CGT-ADDSEA et SUD Santé-Social du Doubs ont tous deux écrit à la fois à l’ambassade du Japon à Paris et au consulat japonais de Strasbourg (dont dépend la région de Franche-Comté) dans le cadre de la campagne de solidarité avec Jamal Saberi, opposant à la République Islamique d’Iran, actuellement menacé d’expulsion vers l’Iran.

Des lettres-types sont disponibles à cette adresse ainsi que les différentes adresses des représentations diplomatiques du Japon en France.

Vous pouvez aussi envoyer des messages automatiques depuis cette adresse (en anglais).

Lire le reste de cette entrée »





Au moins 338 exécutions en 2009

30 03 2010

Après la Chine, l’Iran reste le pays où il y a eu le plus d’exécutions en 2009, avec au moins 338 exécutions pendant l’année. Extraits d’une dépêche publiée par la TSR le 30 mars 2010 :

Le nombre de condamnés à mort exécutés en 2009 ailleurs qu’en Chine s’est monté à 714, selon le rapport annuel d’Amnesty International sur l’état de la peine de mort dans le monde. L’organisation n’a pas intégré la Chine afin de dénoncer son manque de transparence. Quels que soient les véritables chiffres, ils sont de l’ordre de plusieurs « milliers » et « la Chine a exécuté plus de gens que dans le reste du monde entier », écrit Amnesty. Les exécutions recensées ont eu lieu dans 18 pays, dont une majorité en Iran (au moins 388), en Irak (120), en Arabie saoudite (69) et aux USA (52).