Protestation étudiante à l’université de Birjand

14 04 2010

Street Journalist, 14 avril 2010 :

Agence de presse HRANA : Des étudiant(e)s de l’université de Birjand (Province du Khorasan du Sud, près de la frontière afghane) ont organisé un rassemblement pour revendiquer des solutions à leurs problèmes comme ceux des dortoirs et de la direction de l’université.

Selon les rapports de Mehr, lundi matin (5 avril), un grand nombre d’étudiant(e)s de cette université ont bloqué les routes vers l’entrée de l’université pour empêcher les bus d’étudiants d’entrer.

Lors de ce rassemblement, les étudiant(e)s protestaient contre la situation dans les dortoirs, le self, l’absence d’eau dans les dortoirs et le statut des employés de l’équipe.

Les étudiant(e)s ont demandé la présence de hauts fonctionnaires de la Province du Khorasan du Sud, en particulier de ceux chargés de leurs problèmes.

Dix représentants de différentes organisations étudiantes ont signé une déclaration pour soutenir la démission du président de l’Université.

Lire le reste de cette entrée »





Exécution publique à Mahshahr

14 04 2010

Street Journalist, 14 avril 2010 :

Le mardi 13 avril 2010, avant midi, un jeune homme a été pendu en public dans la ville de Mahshahr. Selon Droits Humains en Iran, le nom de ce jeune homme de 28 ans est Adnan Albu Ali et il était accusé de vol à main armée.

La nouvelle a été confirmée par les sites officiels de la ville de Mahshahr. Selon le même site, qui avait interviewé Adnan quelques jours avant son exécution, il ne savait pas qu’il serait prochainement pendu.

C’est la troisième exécution publique en six jours dans la province du Khuzesran. En mars, trois personnes avaient également été pendues en public dans la ville d’Ahvaz.





Etre homosexuel en Iran

14 04 2010

Un reportage de 2007 sur les homosexuels en Iran (en anglais sous-titré en français) et sur le mouvement clandestin pour les droits civils des gays face au régime islamique :

Si ce reportage date de 2007, Ahmadinejad avait, la même année, déclaré « En Iran, nous n’avons pas d’homosexuels ». Ce qui est bien entendu faux, et huit jeunes gens sont actuellement dans les couloirs de la mort pour avoir commis comme seul « crime » que celui d’aimer.

Lire le reste de cette entrée »





Dans les mines de Kerman

14 04 2010

Quelques photos prises en avril 2010 et publiées par le site Irania.fr qui résument à elles seules les terribles conditions de vie et de travail des travailleurs dans les mines de charbon à Kerman :

Lire le reste de cette entrée »





De 1979 à 2010 : un combat pour la liberté et l’égalité !

14 04 2010

Trente ans de crimes contre l’humanité… et de résistance

Contrairement à ce qu’on entend trop souvent, la révolution de 1979 et l’insurrection des 10 et 11 février n’étaient pas une “révolution islamique”, mais un soulèvement populaire pour en finir avec le régime sanguinaire du Shah et de sa Savak (police secrète). Grâce au soutien des puissances impérialistes, comme la France (d’où Khomeiny faisait ses discours), de la Grande-Bretagne (c’est par la BBC que bien des iraniens ont pour la première fois entendu Khomeiny où ses discours passaient en boucle), des Etats-Unis, et à la politique des principaux partis de la gauche iranienne de l’époque (en particulier le Tudeh et les Fedayins qui voyaient en Khomeiny le représentant d’une aile “nationaliste progressiste” de la bourgeoisie), l’aspiration à la liberté et à l’égalité qui avait explosé en février 1979 fut brisée et réprimée par les milices fascistes du Hezbollah et la mise en place de la République Islamique.

Avec l’instauration de la République Islamique commencent trente années de cauchemar pour la population d’Iran. Trente années de massacres et d’exécutions (plusieurs dizaines de milliers de prisonniers politiques assassinés) de prisonniers politiques, trente années de voile obligatoire, de discriminations et d’un véritable apartheid sexiste pour les femmes, trente années d’interdiction de tout droit politique et d’organisation, trente années d’exploitation et de misère, sous les coups de matraques des agents du régime et de ses mercenaires, pour les travailleuses et les travailleurs. Bref, 30 ans de crimes contre l’humanité au nom de la religion.

Malgré la terreur du régime islamique, le peuple d’Iran n’a jamais cessé de résister : lutte armée au Kurdistan, mouvement des femmes pour l’égalité, création de syndicats ouvriers clandestins, contestations dans les universités, etc. Le 1er mai 2009, malgré les peines de prison et de fouets contre des militants ouvriers les années précédentes et l’exécution le matin même de la jeune artiste Delara Darabi pour terrifier la population, plus de 2.000 travailleuses et travailleurs se rassemblent Parc Laleh à Téhéran, sur la base d’une plate-forme de revendications pour les salaires, contre les licenciements, pour le droit de grève et les libertés syndicales, mais aussi pour l’égalité complète entre les femmes et les hommes et la fin des discriminations à l’encontre des réfugiés d’Afghanistan.

Lire le reste de cette entrée »





Protestation à l’université Allameh de Téhéran

14 04 2010

Protestation le 13 avril 2010 dans la cour de l’Université Allameh de Téhéran :





Trois condamnations à mort annulées en appel

14 04 2010

Freedom Messenger, 13 avril 2010 :

Les condamnations à mort de Naser Abdolhosseini, Ayoub Porkar et Reza Khademi ont été respectivement réduites en appel à 12 ans, 12 ans et 20 ans de prison.

RAHANA –L’avocate de deux prisonniers, Ayoub Porkar et Reza Khademi, a dit à la Campagne Internationale pour les Droits Humains en Iran que le verdict initial à la peine de mort de ses deux clients a été annulé et que les deux prisonniers ont à la place eu des peines de prison. Ayoub Porkar et Reza Khademi avaient été condamnés à mort par les branches 15 et 26 du tribunal révolutionnaire, mais la branche 36 de la Cour d’Appel a annulé le verdict initial et a condamné Reza Khademi a 12 ans de prison et Ayoub Porkar a 20 ans de prison.

Nasrin Sotoudeh, l’avocate, a dit à la Campagne que bien que cela fait un moment que le jugement a été rendu, et malgré ses requêtes répétées pour que le jugement lui soit transmis, elle n’a pas encore été officiellement informée de la décision du tribunal et que c’est contraire à la loi. Cependant, lorsque les familles des deux prisonniers se sont rendues à la branche 36 de la Cour d’Appel, elles ont été informées que les peines initiales avaient été annulées et remplacées par des peines de prison.

Lire le reste de cette entrée »