Libération de trois travailleurs d’Haft Tapeh

22 04 2010

Iran Labor Report, 20 avril 2010 :

Trois dirigeants du syndicat des travailleurs de la compagnie de sucre de canne d’Haft Tapeh, Fereydoun Nikou Fard, Ghorban Alipour, et Jalil Ahmadi,ont été libérés de prison le 19 avril. Ils avaient été condamnés à la prison à cause de leurs activités syndicales. Ali Nejati, le dirigeant principal du syndicat, est toujours incarcéré.





Hassi Messaoud : Quelques nouvelles

22 04 2010

Nous avions déjà publié plusieurs articles le 16 avril, le 17 avril et le 20 avril à propos de la vague de terreur misogyne à Hassi Messaoud, ville industrielle d’Algérie, tant ces ne violences rappellent que trop d’autres campagnes de terreur exercées, en Iran, en Afghanistan, en Egypte, au Soudan ou ailleurs, par l’islamisme politique contre les femmes. Et tout comme on ne peut comprendre les pogroms de la Russie tsariste, les lynchages de noirs dans le sud des Etats-Unis ou les chasses aux étrangers aujourd’hui en Calabre ou ailleurs, sans mettre en avant à chaque fois les discriminations racistes, les violences misogynes à Hassi Messaoud, celles de 2001 comme celles de 2010, sont aussi le résultat des discriminations que subissent les femmes algériennes.

Quelques nouveaux articles et informations à propos des femmes d’Hassi Messaoud :

  • Selon un article du 20 avril d’El Watan, la mobilisation tant en Algérie qu’à l’échelle internationale semble avoir forcé les autorités algériennes à assurer un minimum de sécurité aux femmes :

Violences contre les femmes travailleuses à Hassi Messaoud : La société civile lance un collectif de solidarité

Une réunion a regroupé, dimanche dernier à Alger, de nombreux représentants du mouvement associatif féminin et des militants des droits de l’homme.

Cette réunion a pour objectif la solidarité avec les femmes victimes de violences à Hassi Messaoud. Un collectif de soutien a été mis en place à cette occasion et doit prendre contact avec les pouvoirs publics pour les interpeller sur la situation des femmes travailleuses de cette ville pétrolière. Après un long débat, les participants à cette réunion ont proposé l’organisation d’un rassemblement devant le ministère de l’Intérieur pour « dénoncer les agressions » dont sont victimes les femmes à Hassi Messaoud et appelé à prendre des « mesures urgentes » pour mettre un terme à cette « dérive ». Une délégation sera constituée pour faire part de ces « préoccupations » aux plus hautes autorités du pays, notamment les ministres de l’Intérieur et du Travail, auxquelles une lettre ouverte sera adressée. Les participants se sont également entendus pour informer l’opinion publique de ces actions à travers une conférence de presse prévue samedi prochain à Alger.

Lire le reste de cette entrée »