L’UL CGT Chinon solidaire de Jamal Saberi

27 04 2010

Déclaration de l’UL CGT Chinon (Indre-et-Loire) en solidarité avec Jamal Saberi, 27 avril 2010 :

Contre l’extradition vers Téhéran du militant ouvrier iranien Jamal Saberi par les autorités japonaises.

Au ministère Japonais de la Justice et UNHCR au Japon

Aux bons soins de l’ambassade du Japon à Paris,

Il y a six mois, le 10 novembre 2009, notre Union locale CGT des pays du chinonais avait dénoncé la répression qui sévit très durement en Iran contre le peuple travailleur (ouvriers, femmes, jeunes, enfants) et notamment contre les militants syndicaux qui combattent depuis des années pour les libertés démocratiques et le droit à une vie digne dans leur pays.

Nous avons attiré l’attention sur le cas emblématique du syndicaliste Mansour Ossanlou, fondateur du syndicat indépendant de 8 000 travailleurs sur les 17 000 de Vahed, l’entreprise de transport par bus de Téhéran, condamné en 2007 à cinq ans de prison et dont la santé déclinait dangereusement. Aujourd’hui, Mansour Ossanlou est de nouveau en liberté, grâce notamment à une large campagne du mouvement ouvrier international, bien qu’il ait échappé de justesse à une tentative d’assassinat peu avant de sortir de prison.

Innombrables sont les crimes commis par la dictature fasciste que la république islamique exerce depuis plus de trente ans contre les peuples d’Iran. Dernier exemple de l’arbitraire régnant dans ce pays et qui ne peut qu’indigner le monde entier : la presse rapportait le 25avril que le cinéaste iranien Jafar Panahi, humaniste connu pour la générosité présente dans ses films, hostile, mais sans haine, au régime d’Ahmadinejad, est détenu dans une prison de Téhéran depuis deux mois. Or monsieur Jafar Panahi est l’un des membres du jury du prochain festival de Cannes.

Lire le reste de cette entrée »





Il faut changer ce monde !

27 04 2010

Rendez-vous du 1er Mai où seront présent(e)s des militant(e)s du PCOI en France :

– Lyon : 10 heures 30, Place Jean Jaurès
– Besançon, 10 heures, Place de la Révolution

Tract du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, organisation à l’étranger-France, pour le 1er mai 2010 :

Il faut changer ce monde !

En Iran, en France comme partout dans le monde, la société capitaliste est invivable pour des millions et des millions d’êtres humains.

Comment qualifier ce système qui compte des millions de chômeurs tandis que des machines destinées à subvenir aux besoins humains restent inutilisées ? Des centaines de millions d’hommes et de femmes dorment affamés alors que le système détruit des tonnes de nourriture pour empêcher la baisse des profits. Tandis que les personnes âgées et les malades ont besoin d’assistance et de soins particuliers, des hôpitaux sont fermés selon des critères de rentabilité. Les vitrines et les étalages des magasins sont remplis d’articles, mais des centaines de millions d’êtres humains n’ont pas la possibilité d’acheter ce qui se trouve derrière les vitrines. Comment qualifier un monde qui dispose de toutes les richesses nécessaires aux besoins de l’humanité, mais où la majorité des gens sont privés du minimum vital ? Comment décrire un monde où des êtres humains sont expulsés parce qu’ils n’ont pas la bonne carte d’identité, discriminés parce qu’ils n’ont pas la bonne couleur de peau ou parce que ce sont des femmes ? Quel système pourri ! Cette société n’est pas humaine !

Solidarité avec la révolution et la classe ouvrière en Iran !

Dans cette société le but de l’activité économique n’est pas de subvenir aux besoins humains, mais de servir le profit du capital. Et cela est valable tant en Iran qu’en France ou ailleurs. En cela, la crise révolutionnaire qui secoue l’Iran depuis le mois de juin 2009 ne concerne pas que la libération du peuple d’Iran ni même des peuples du Moyen-Orient, mais touche le cœur de toutes celles et de tous ceux qui sont opprimé(e)s, exploité(e)s et qui souffrent de l’actuel monde capitaliste. Les millions de femmes et d’hommes qui affrontent le régime islamique d’Iran et ses forces de répression hurlent non seulement qu’il faut en finir avec la République Islamique, mais montrent aussi que malgré un des systèmes les plus répressifs au monde, on peut se soulever, se révolter et se battre pour une société meilleure.

Lire le reste de cette entrée »





Appel pour le 1er Mai à Téhéran

27 04 2010

Street Journalist, 27 avril 2010 :

Travailleurs, enseignants, étudiants, infirmières, ouvriers !

Hommes, femmes et population amoureuse de la liberté !

Cette année, la Journée Internationale des Travailleurs, le 1er Mai, est la journée pour lier nos aspirations à la démocratie et à la liberté, nos revendications économiques et politiques.

Sans lien entre nos revendications économiques par la puissance de notre classe et les revendications pour la liberté et la démocratie, nos protestations ne serviront qu’à être des outils dans les mains d’autres tendances du capitalisme. Le concept de l’égalité économique et de l’égalité sociale et politique n’ont aucun sens si ils ne sont pas liés entre entre eux.  Cette année, lors de la journée internationale des travailleurs, nous protesterons contre la pauvreté, l’inégalité, les bas salaires, les salaires impayés, l’absence de sécurité de l’emploi, la suppression des subventions, la répression politique et sociale et l’écrasement de la dignité humaine.

Pour la journée des travailleurs de 1389 (samedi 1er mai 2010), les aspirations et revendications les plus importantes de la population en général et des ouvriers en particulier sont listées plus bas avec nos slogans. Nous mettrons tous nos efforts pour avancer ces revendications non seulement le jour du 1 mai, mais tout le temps et partout.

Lire le reste de cette entrée »





Au Liban aussi, ras-le-bol des réactionnaires religieux !

27 04 2010

Le soulèvement populaire contre la République Islamique entre dans un contexte plus large d’un ras-le-bol de plus en plus clair des populations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord contre les réactionnaires qui veulent enfermer les êtres humains dans des fausses identités « religieuses », « ethniques » ou « nationale ». C’est ainsi que plusieurs milliers de personnes, « chrétiennes », « chiites », « sunnites » ou « druzes », ont manifesté dimanche 25 avril dans les rues de Beyrouth pour demander la laïcité, la séparation complète de l’Etat et de la religion, l’égalité hommes-femmes et la fin d’un système politique basée sur les « communautés religieuses ».


Reportage d’Al Jazeera :

Article publié le 25 avril par « 20 Minutes » :

Une marche pour réclamer un Etat laïque au Liban a rassemblé plusieurs milliers de personnes dimanche…
De notre correspondant à Beyrouth

«C’est mon cœur qui m’a dit d’être ici, s’enthousiasme Rajah, un graphiste de 40 ans. C’est impensable que nous soyons, nous Libanais, encore à l’âge de pierre concernant les droits humains!» Perdu dans la foule sur le front de mer de Beyrouth, il regarde avec émotion les banderoles de toutes les couleurs réclamer l’égalité homme-femme, l’instauration du mariage civil, l’abolition du confessionnalisme politique et plus généralement la laïcité pour ce pays où 18 communautés religieuses cohabitent.

Lire le reste de cette entrée »





La Varsovienne en farsi

27 04 2010

Vidéo : « La Varsovienne » en farsi avec des images du mouvement ouvrier iranien.





Multiplication des graffitis à l’approche du 1 mai

27 04 2010

Les graffitis et slogans sur les murs de Téhéran se multiplient alors qu’arrive le 1er Mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs.