Quelques nouvelles d’Hassi Messaoud

30 04 2010

Nous avons, à plusieurs reprises, publié des informations sur les violences misogynes à Hassi Messaoud et la lutte pour l’égalité en Algérie. En effet, la lutte pour en finir avec l’apartheid et les discriminations sexistes ne connaissent pas de frontières !

Le blog « Femmes de Hassi Messaoud » informe que lors de la manifestation parisienne du 1er Mai, il y aura un cortège pour soutenir les travailleuses de Hassi Messaoud : Rendez-vous 14h15 – Place de la République devant le kiosque à journaux près du magasin Eram (au bout de la rue Boulanger).

Quelques nouvelles de la mobilisation de solidarité avec les femmes d’Hassi Messaoud  :

  • En Algérie :

Affaire des femme agressées à Hassi Messaoud : Vers un observatoire de veille pour alerter sur les dénis de droit

Le comité de solidarité avec les femmes violentées à Hassi Messaoud annonce son intention de se restructurer en instance ou observatoire de veille pour alerter sur les violences à l’égard des femmes et les dénoncer. Composé d’une quinzaine d’associations de défense des droits de l’homme en général et des droits des femmes en particulier, ce comité exige de l’Etat qu’il assume son devoir de protection des travailleuses…

Réunies autour d’un collectif de soutien aux femmes violentées à Hassi Messaoud, une quinzaine d’associations ont décidé de se restructurer en une instance de veille chargée d’alerter sur les violences à l’égard des femmes. C’est ce qu’a annoncé Mme Cherifa Bouatta, de l’Association de défense et de promotion des droits des femmes (ADPDF), porte-parole du comité, lors d’une conférence de presse animée hier au siège de la Ligue algérienne des droits de l’homme à Alger. « Choqués par les violences subies par les femmes travailleuses et par l’inertie des forces de l’ordre qui n ’ont pas protégé les victimes, nous avons tenu d’abord à exprimer à celles-ci notre entière solidarité et estimé qu’il était important d’inscrire notre action dans la durée et la pérennité », a déclaré Mme Bouatta.

Lire le reste de cette entrée »





Les ouvriers de la télécommunication réclament leurs salaires

30 04 2010

Parmi les informations publiées sur le site Rowzane, on apprend, dans une dépêche daté du 22 avril, que 600 travailleurs de la télécommunication de la Province de Fars ont publié une déclaration avec leurs revendications, en particulier le paiement de 13 mois de salaire en retard.

Selon la dépêche, la déclaration de ces travailleurs insiste sur le fait que « la vie et le bien-être sont les droits absolus de chaque travailleur ».





Multiplication des intimidations contre des militants ouvriers

30 04 2010

Dans un communiqué daté du 29 avril, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran indique que de nombreux militants ouvriers et de syndicalistes enseignants à travers le pays sont convoqués devant les tribunaux et intimidés alors qu’arrive le 1er Mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs. Selon le PCOI, ces intimidations visent à semer un climat de peur pour empêcher que les travailleuses et les travailleurs ne manifestent et protestent contre la misère et le régime. Il y a un an, le 1er Mai 2009 à l’aube, le régime avait fait exécuter Delara Darabi pour tenter de terroriser les ouvriers.

Des militants ouvriers qui avaient été arrêtés lors de la manifestation du 1er mai 2009 ont ainsi été convoqués ces derniers jours devant les tribunaux. C’est le cas par exemple de Jafar Azimzadeh, qui avait été arrêté le 1er mai 2009 avec 150 autres militant(e)s ouvriers et avait passé 53 jours en détention pour avoir participé à la célébration de la journée internationale des travailleurs au parc Laleh de Téhéran. A Téhéran, Tabriz, et Hamedan, au moins cinq militants syndicalistes enseignants ont également été convoqués et à Kermanshah, un enseignant a été condamné à une amende de plus d’un million de rials. Le régime cherche ainsi aussi à intensifier la pression sur les enseignants alors que la colère monte dans cette catégorie de salariés.

En conclusion, le PCOI appelle tous les travailleurs, les enseignants, les jeunes et leurs familles à descendre massivement dans les rues à Téhéran comme dans tout le pays pour dénoncer leur haine face aux crimes de la République Islamique et pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques.





Homayoun Jaberi, militant ouvrier, condamné à la veille du 1er Mai

30 04 2010

Street Journalist, 29 avril 2010 :

A l’approche du 1er Mai, Journée Internationale des Travailleurs, Homayoun Jaberi, membre du Syndicat de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, a été condamné par la branche 14, présidée par le juge Taghavi, du Tribunal Révolutionnaire, à un an de prison ferme et à trois ans avec sursis.

Il apparaît que le verdict vient d’être donné pour créer la peur chez les travailleurs avant la Journée Internationale des Travailleurs.

Selon les militants des Droits Humains et de la Démocratie en Iran, Monsieur Jaberi était accusé de participation à un rassemblement dans le but de menacer la sécurité nationale, activités de propagande contre la République Islamique et désordre sur la voie publique. L’année dernière, deux heures avant la célébration de la journée internationale des travailleurs, Monsieur Jaberi avait été arrêté par les forces de sécurité près du parc Laleh. Ils l’avaient transféré depuis le poste de police 148 vers la section 240 de la prison Evin. Monsieur Jaberi a été libéré de prison après avoir payé une caution de 50.000 $.

Il faut se rappeler que Mansour Osanlou, secrétaire du Syndicat de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, a été condamné à cinq ans de prison ferme et il est en prison depuis l’été 2007.