Suède : Agression d’un ancien membre du PCOI

23 06 2010

Babak, un ancien militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, a été violemment agressé en Suède le dimanche 20 juin 2010.

Il y a quelques mois, l’Ambassade de la République Islamique d’Iran en Allemagne avait fait des pressions sur la famille de Babak restée en Iran pour le faire participer à un attentat en Suède contre des dirigeants du PCOI. Mais Babak a finalement refusé de mettre à exécution cet attentat et a donné tous les détails du complot à la direction du parti. Le PCOI et Babak ont également déposé plainte en Suède. Le 17 mai, Babak avait participé à une conférence de presse où les détails de cette tentative d’attentat avaient été exposée. Depuis, il avait reçu à plusieurs reprises des menaces de mort par téléphone.

Babak sur son lit d'hôpital

Dimanche 20 juin, en soirée, des individus masqués ont agressé Babak à coup de matraques, lui ont donné plusieurs coups de couteaux et l’ont menacé de mort avant de s’enfuir. Blessé, Babak a dû être transféré à l’hôpital.

Il ne fait aucun doute que cette agression a été planifiée et organisée par des agents de la République Islamique depuis leurs ambassades.

Plus d’informations en farsi sur Rowzane.





Lettre au congrès de la CSI

23 06 2010

Notre camarade Farzad Kamangar, militant ouvrier exécuté le 9 mai 2010 à Téhéran

Courrier adressé à la Confédération Syndicale Internationale à l’occasion de l’ouverture de son congrès à Vancouver le 22 juin.

Besançon, 22 juin 2010

Cher(e)s camarades,

Tout d’abord veuillez recevoir mes plus sincères voeux de réussite pour votre congrès qui s’est ouvert aujourd’hui à Vancouver. Comme vous le savez, partout dans le monde, c’est au monde du travail que l’on fait payer les prix de la crise, par des licenciements, des coupes budgétaires et des remises en cause des conquêtes ouvrières. Et, pour imposer des mesures d’austérité toujours plus violentes aux travailleurs, des États n’hésitent pas à utiliser la force la plus brutale pour réprimer les syndicalistes et les militants ouvriers.

L’actualité de la République Islamique d’Iran montre jusqu’à quel point peut aller cette politique de terreur contre des militants ouvriers et syndicalistes. Vous le savez, le 9 mai 2010, Farzad Kamangar, enseignant et militant syndical, a été exécuté avec quatre autres prisonniers politiques à Evin. En plus de cette sauvage exécution, c’est quasiment quotidiennement que des militants syndicalistes sont harcelés par les forces du régime. Comme vous le savez, Mansour Osanloo et Ebrahim Madadi, de la direction du syndicat de la Compagnie de Bus Vahed de Téhéran et Banlieue, sont emprisonnés depuis un long moment, avec de graves inquiétudes pour Mansour Osanloo, régulièrement enfermé en cellule d’isolement et victime de violences et de harcèlement en détention, alors que son état de santé nécessiterait qu’il soit libéré pour être soigné. Récemment, d’autres militants de ce syndicats ont été arrêtés comme Saeed Torabian le 9 juin 2010 et Reza Shahabi le 12 juin 2010. Et nous craignons que Habib Rezapour, un autre militant de ce syndicat, soit lui aussi arrêté prochainement.

Lire le reste de cette entrée »





Grève des médecins de la prison d’Orumieh

23 06 2010

Persian2english, 22 juin 2010 :

Selon HRANA, les médecins qui travaillent à la clinique de la prison d’Orumieh sont entrés en action et ont commencé une grève illimitée pour protester contre leurs mauvaises conditions de travail.

Les médecins refusent de travailler à cause des mois de salaires impayés et de l’absence d’un minimum de matériel médical pour soigner les prisonniers.

Les médecins ont commencé leur lutte aujourd’hui et ont annoncé qu’ils ne reprendraient pas le travail tant qu’il n’y aurait pas de changement de leurs conditions de travail.





Emadeddin Baghi libéré sous caution

23 06 2010

Dépêche AFP, 23 juin 2010 :

Un journaliste iranien et défenseur des droits de l’Homme, Emadeddin Baghi, détenu depuis six mois, a été libéré après le versement d’une caution de 200.000 dollars, a annoncé mercredi son avocat à l’agence Isna.

Le journaliste a été inculpé de « propagande contre les autorités et complot contre la sécurité nationale », a précisé son avocat Saleh Nikbakht, ajoutant que son procès devait avoir lieu le 4 juillet.

Emadeddin Baghi avait été arrêté le 28 décembre, au lendemain des manifestations de l’opposition survenues le jour du deuil chiite d’Achoura. Vingt-huit personnes avaient été tuées.

Emadeddin Baghi milite conte la peine de mort et est le fondateur d’un groupe de défense des droits des détenus. En 2009, il fut le lauréat du prix Martin Ennals récompensant une personnalité pour son engagement en faveur des droits de l’Homme.





Suisse : Menace d’expulsion d’un réfugié kurde iranien

23 06 2010

Maison Populaire de Genève, 23 juin 2010 :

Lettre ouverte aux autorités suisses, aux député(e)s du parlement européen, des organisations internationales, défenseurs des droits de l’homme et au médias

Madame, Monsieur,

Le « Centre Zagros pour la Démocratie et les Droits de l’Homme » et « Maison Populaire de Genève » ont été alertés par l’information faisant état d’une expulsion vers l’Iran d’un demandeur d’asile d’origine kurde.

Ce militant politique, Monsieur Jabbar Ahmadwandie né le 23.10.1984, vit depuis 12.08.2005 en Suisse. Son adresse : Ebnaterstr 17 – Wattwil 9630

En raison de ses activités sociopolitiques en Iran (au sein de Parti Démocratique de Kurdistan d’Iran), et à cause des menaces réales qu’il a eues sur sa vie, il a dû clandestinement quitter l’Iran et demander l’asile politique en Suisse. Afin d’attirer l’attention sur les violations des droits de l’homme en Iran et au Kurdistan d’Iran, M. Ahmadwandie a activement participé à l’organisation des dizaines des et rassemblement et des manifestations en Suisse. Ce qui fait, qu’il est bien connu par les autorités iraniens.

Le régime islamiste iranien frappe en effet durement les Kurdes mais pas seulement. Il poursuit tous ses opposants ; ceux qui sont reconnus coupables de « mohareb « (inimitié à l’égard de Dieu) sont, à l’issue d’un simulacre de jugement, condamnés à mort par pendaison : 270 exécutions en 2009, 80 depuis janvier 2010 ; selon le Comité international contre la peine de mort, 63 personnes dont 28 Kurdes se trouvent actuellement dans les couloirs de la mort.

Lire le reste de cette entrée »





Jeunesse et classe ouvrière face à un régime répressif

23 06 2010

Article publié par « Le journet des travailleurs » :

Il y a un an la faction au pouvoir se maintenait aux affaires grâce à des élections truquées. Depuis le peuple iranien et sa jeunesse, malgré une répression effroyable, a défié le régime en sortant dans la rue, en criant la nuit sur les toits, en faisant grève.

Le régime qui combine toutes les tares d’une bureaucratie, du théocratisme et du capitalisme n’a cessé de perdre du terrain par sa corruption, son parasitisme et son incapacité à résoudre les problèmes principaux de l’Iran. Il s’est maintenu en montant dans l’engrenage de la violence contre le peuple iranien.

Ces derniers temps une nouvelle inflexion est apparue sous le coup des exécutions d’opposants, les emprisonnements, les assassinats, les tortures, les emprisonnements, les tabassages : l’opposition “officielle” a commencé à faiblir pendant que la classe ouvrière et la jeunesse se trouvaient toujours face au régime. Cette opposition constituée de dignitaires théocratiques au lourd passé, devenus une opposition de parvenus du système, aussi capitalistes et aussi corrompus que les dirigeants du pays.

Lire le reste de cette entrée »





Grève à la municipalité d’Abdan

23 06 2010

Iran Labor Report, 22 juin 2010 :

Les travailleurs municipaux du premier district de la ville d’Abdan, au sud de l’Iran, se sont mis en grève le 19 juin. Les travailleurs protestent contre le non-paiement par la municipalité de leurs salaires ces trois derniers mois, et de leurs primes et assurance maladie depuis cinq mois. Alors que les travailleurs avaient des réductions pour leurs frais de santé l’année dernière, ils ne sont maintenant plus couverts par l’assurance maladie. Ces 360 travailleurs doivent faire comme s’ils n’avaient aucune assurance pour leur santé et les médicaments.

Les travailleurs du district central de la municipalité n’ont pas non plus été payés ces deux derniers mois.