Bombarder l’Iran pour sauver la République Islamique ?

24 06 2010

Texte publié le 13 juin 2010 par Abbas Goya, militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, à propos des menaces de bombardements israéliens sur l’Iran et les tensions entre Israël et l’Iran.

Si les Etats-Unis échouent à manipuler le soulèvement contre la République Islamique par le biais de la fraction Moussavi / Rafsanjani qui leur est favorable, ils pourront donner le feu vert à Israël pour attaquer l’Iran afin de provoquer la défaite de la révolution. Oui, vous lisez bien, si Israël attaque l’Iran, c’est pour promouvoir la République Islamique, pour maintenir la République Islamique au pouvoir, pour mener à la défaite de la révolution contre la République Islamique parce que la faiblesse de la république Islamique est plus favorable aux Etats-Unis et à Israël qu’un possible Iran socialiste.

"La guerre et les cadavres, dernier espoir des riches"

Ne vous demandez-vous pas pourquoi Hillary Clinton s’est permise de faire un commentaire sur l’annulation d’un rassemblement appelé par Moussavi, « Clinton : l’annulation du rassemblement de l’opposition est regrettable » ? Pensez-vous que les résolutions sur les sanctions sont « accidentellement » tombées à une date (deux jours avant) qui coïncident avec les « élections » de l’année dernière, si ce n’est pour donner du grain à moudre à Moussavi dans sa dispute avec Ahmadinejad ?

Les buts invoqués d’un bombardement sont-ils les bons ?

Bombarder l’Iran n’est pas une déclaration de guerre avec l’Iran, même si les deux belligérants pourront le proclamer. Bombarder l’Iran n’est pas une attaque à grande échelle avec l’intention de renverser la République Islamique comme ce fut le cas avec l’Irak et l’Afghanistan. Il est supposé que ce sera à la même échelle que ceux qu’Israël avaient commis contre la Syrie en 2007 et contre l’Irak en 1981. Cependant, la République Islamique n’est pas le même régime que ceux de Saddam Hussein ou de Bashar Al-Assad, et ni en Irak ni en Syrie il n’y avait alors une révolution contre le régime. Les Etats-Unis et Israël prétendent que ce serait pour empêcher l’Iran d’avoir accès à l’arme nucléaire.

Zbigniew Brzezinski,le mentor de l’administration d’Obama, avait dit en mars 2010 : « Nous pouvons vivre avec un Iran nucléaire ». Cela signifie que pour les Etats-Unis la question d’un Iran nucléaire n’est pas une question fondamentale. Cette prétention, c’est-à-dire l’élimination de l’arme nucléaire iranienne, ne peut pas être la véritable raison d’un possible bombardement de l’Iran.

Les conséquences d’un bombardement de l’Iran

a) Ils causeront une catastrophe humanitaire qui à son tour affaiblira le mouvement contre la République Islamique en Iran.

b) Ils donneront à la République Islamique une occasion en or pour dénoncer l’ennemi étranger comme la menace principale.

c) En conséquence, ils permettront à la République Islamique de réprimer l’opposition à une échelle que nous n’avons plus vu depuis les années 80.

d) Ils unifieront le régime, même si ce n’est que temporaire.

e) Ils diviseront le mouvement d’opposition à la République Islamique avec le poison du nationalisme.

f) La République Islamique jouera le rôle de la « victime » aux yeux des forces internationales pro-palestiniennes et de défense des droits humains.

g) Finalement et ironiquement, la République Islamique accélèrera certainement, et de façon encore plus agressive, ses tentatives de développer l’arme nucléaire.

En bref, bombarder l’Iran renforcera la république Islamique à un tel point que rien que pourra l’empêcher de développer l’arme nucléaire dans son arsenal. La seule « élimination » que les bombardements de l’Iran pourront provoquer, c’est l’élimination de l’ennemi immédiat de la République Islamique, c’est-à-dire la défaite de la révolution contre la République Islamique.

Les véritables buts

Même si un bombardement de l’Iran n’est pas sur l’agenda immédiat, les Etats-Unis sont pragmatiques quant aux bénéfices qu’ils pourraient en tirer. Les Etats-Unis conservent toutes les cartes pour les jouer si l’occasion leur semble nécessaire. L’option préférable pour les Etats-Unis c’est la fraction dite réformatrice au sein de la République Islamique, une fois que cette option n’est plus utilisable, c’est-à-dire si les Etats-Unis sont convaincus que les réformateurs ne peuvent pas manipuler l’opposition à la République Islamique (ce qui est le cas maintenant), ils se mettront de toutes leurs forces derrière l’opposition nationaliste. Si cette tentative échoue ou s’ils réalisent que les nationalistes ne sont pas en position de détourner la révolution, alors ils pourront peser pour donner à Israël le feu vert pour bombarder l’Iran, parce que l’option serait alors le socialisme ou la République Islamique.

Aussi, si Israël bombarde l’Iran, ce sera consciemment pour renforcer la République Islamique et pour mener consciemment à la défaite de la révolution. Voilà le vrai but.

La propagande de guerre, à quoi ça sert ?

En attendant, comme l’a mis en lumière Koushi Justitarius, les actuelles confrontations entre Israël et l’Iran profitent aux deux camps. Mettre sur la table la possibilité de bombardements israéliens sur les infrastructures nucléaires à Qom, Natanz, spahan, Arak, Bouchir et peut-être Yazs, et en le crier chaque jour, permet à la République Islamique d’avoir une excuse face aux difficultés face aux protestations actuelles. Israël comme la République Islamique ont besoin d’avoir un ennemi extérieur pour maintenir « le danger de guerre » afin de continuer leurs oppressions. Sans cette mentalité de menace par une hostilité extérieures, ils devraient affronter de nombreuses questions vitales !

Que pouvons nous, que devons nous, faire ?

Comme l’a déclaré Eddie Goldman, tout cela renforce la plus grande nécessité d’une véritable réponse internationaliste par la gauche et les forces progressistes. En Occident, il apparaît que les mouvements contre les crimes d’Israël et contre ceux de la République Islamique d’Iran sont complètement séparés à cause de l’influence de l’islam politique sur ceux qui luttent pour les droits des palestiniens.

Je suis, aussi, d’accord avec Marvin Joel Rubin lorsqu’il dit « ‘l’ironie pour moi, c’est que les militants pro-palestiniens ne comprennent pas que rien n’aidera plus les Palestiniens qu’un Iran laïque et socialiste ».

Je crois qu’avoir conscience de ce qui vient d’être dit est nécessaire pour quiconque se préoccupe d’un Iran libre.

A) Sans parler de la révolution actuelle, nous sommes fermement opposés à une intervention militaire en Iran. Les Etats-Unis et Israël doivent garder leurs mains sanglantes hors de l’Iran.

B) Une fois qu’on comprend qu’un bombardement de l’Iran c’est la défaite de la révolution, alors le monde doit mille fois plus prêt à arrêter les Etats-Unis et Israël.

Abbas Goya


Actions

Information

One response

27 08 2010
André Sivrissarian

La menace d’une attaque sur le camp d’Achraf est elle le prémisse d’une entente qui privilégierait le maintient désirait du pouvoir actuel en Iran par les alliés du pouvoir Irackien actuel ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :