« Protestez contre la lapidation de notre mère ! »

26 06 2010

Message de Faride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, enfant de Sakine Mohammadi Ashtiani, condamnée à mort par lapidation :

Ne permettez pas que notre cauchemar devienne réalité !

Protestez contre la lapidation de notre mère !

Aujourd’hui, nous tendons nos mains aux gens du monde entier. Cela fait maintenant cinq ans que nous vivons dans la peur et dans l’horreur, privés de l’amour maternel. Le monde est-il si cruel qu’il peut regarder cette catastrophe sans rien faire ?

Nous sommes Fasride et Sajjad Mohammadi e Ashtiani, les enfants de Sakine Mohammadi e Ashtiani. Depuis notre enfance, nous savons avec douleur que notre mère est emprisonnée et nous attendons la catastrophe. Pour dire la vérité, le terme de « lapidation » est si horrible que nous essayons de ne jamais l’utiliser. nous disons plutôt que notre mère est en danger, qu’elle peut être tuée et qu’elle mérite qu’on l’aide.

Lire le reste de cette entrée »





La belle-fille de Mansour Osanloo enlevée et torturée

26 06 2010

Iran Labor Report, 25 juin 2010 :

Les Militants des Droits Humains et de la Démocratie en Iran rapportent l’enlèvement brutal et des tortures à l’encontre de Zoya Samadi, la belle-fille de Mansour Osanloo, dirigeant du Syndicat des Travailleurs de la Compagnie Vahed de Téhéran et banlieue, à  Karaj. L’arrestation brutale a eu lieu le 23 juin à 17 heures 30 à la station de métro de Karaj lorsque Zoya rentrait du travail. Les témoins ont vu Zoya être tirée par les cheveux hors du train par des agents de sécurité, alors qu’elle hurlait « je suis la belle-fille d’Osanloo ». Les agresseurs lui ont bloqué la bouche pour l’empêcher de continuer à crier et l’ont emmenée avec eux.

Trois agents ont emmené Zoya Samadi vers un lieu de détention inconnu dans leur voiture, menottée, entravée attachée et les yeux bandés, et elle a été torturée pendant un long moment. Elle a été violemment battue, surtout au visage et sur la tête, et sa tête a été à plusieurs reprises cognée contre le mur. Elle souffre de blessures aux gencives, aux dents, a une bosse sur la tête, et des coupures sur les bras et la jambe droite. Tout son corps est marqué par les tortures qu’elle a subit.

Lire le reste de cette entrée »





Emadoldin Baghi libre, mais le sort d’un autre journaliste arrêté reste incertain

26 06 2010

IFEX / Reporters Sans Frontières, 25 juin 2010 :

Reporters sans frontières exprime son soulagement suite à la libération provisoire d’Emadoldin Baghi, figure emblématique du journalisme et de la défense des droits des prisonniers. Il a été libéré en attente de son jugement, qui aura lieu le 4 juillet 2010. Toutefois, l’organisation rappelle que la famille du journaliste Abdolreza Tajik est toujours sans nouvelles de son lieu de détention actuel et du motif de son arrestation, et ce depuis le 12 juin 2010.

« Certes la libération provisoire d’Emadoldin Baghi après six mois passés à l’isolement, six mois d’interrogatoires abusifs, dans des conditions de détention extrêmement éprouvantes, est une bonne nouvelle. Mais, avec 36 journalistes et blogueurs toujours derrière les barreaux, l’Iran conserve la tête du peloton des pays du Moyen-Orient qui emprisonnent le plus grand nombre de journalistes », a ajouté Reporters sans frontières.

Lire le reste de cette entrée »





Début du procès de Hossein Derakhshan

26 06 2010

Article publié par « Branchez-vous », 25 juin 2010 :

Un an et demi après l’arrestation du blogueur canadien Hossein Derakhshan, son procès a débuté mercredi.

Considéré comme le père des blogueurs en Iran, Hossein Derakhshan était emprisonné depuis novembre 2008. Cet ancien journaliste iranien s’était installé à Toronto en 2000 après la fermeture de son journal réformateur.

L’année suivante, il crée un blog en langue persane en utilisant la norme Unicode et la plate-forme Blogger. Il publie alors un mode d’emploi à destination des Iraniens voulant suivre son exemple, ce qui lui vaut le surnom de « parrain des blogues en Iran ».

Hossein Derakhshan est accusé notamment d’avoir géré un site Web « obscène » et d’espionnage pour Israël. Il avait visité ce pays en 2006 et avait parlé de ce voyage sur son blogue. Rentré en Iran en 2008, il avait été arrêté quelques semaines après son retour.