Conférence de presse sur la situation de Sakineh

31 07 2010

Vidéos de la conférence de presse du vendredi 30 juillet 2010 à Londres sur la situation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, avec une intervention de Mina Ahadi, coordinatrice de la campagne et du comité international contre la lapidation (en farsi traduit en anglais, puis en anglais).

Lire le reste de cette entrée »





Sakineh reconnaissante du soutien reçu

31 07 2010

Deux articles de la presse francophone suite à la conférence de presse du vendredi  30 juillet à Londres en soutien à Sakineh Sakineh Mohammadi-Ashtiani :

La Presse Canadienne, 31 juillet 2010 :

Une Iranienne qui était condamnée à mourir par lapidation avant que sa sentence ne soit levée plus tôt ce mois-ci a dit être reconnaissante du soutien international reçu, mais a dit avoir encore le coeur brisé d’être séparé de son fils et être tourmenté par la crainte qu’elle pourrait toujours être exécutée, a rapporté vendredi une militante des droits humains.

Les autorités iraniennes avaient indiqué que Sakineh Mohammadi Ashtiani éviterait la lapidation, qui implique en Iran d’être enterrée jusqu’à la poitrine et criblée de pierres. L’annonce était survenue à la suite d’un tollé international relativement à l’éxécution prévue de la mère de deux enfants pour adultère — une infraction qu’elle aurait admise sous la contrainte disent des militants.

La militante résidant en Allemagne, Mina Ahadi, qui a contribué à faire connaître le sort de la mère, a mentionné vendredi que Sakineh Mohammadi Ashtiani demeurait détenue dans la prison de Tabriz, dans le nord-ouest de l’Iran, et qu’elle risquait encore d’être exécutée. Plusieurs autres personnes dans le couloir de la mort en Iran risquent la lapidation, a-t-elle soutenu.

Lire le reste de cette entrée »





Pas de nouvelles du militant ouvrier incarcéré Reza Shahabi

30 07 2010

Freedom Messenger, 28 juillet 2010 :

il n’y a aucune information sur la situation de Reza Shahabi, membre du bureau exécutif du Syndicat des Transports de Téhéran, incarcéré depuis le 12 juin 2010.

RAHANA : Shahabi a appelé trois fois sa famille avant le 22 juin. Il ne les a pas du tout contacté ces deux dernières semaines.

Selon Kaleme, lors de sa dernière conversation, il s’est plaint de douleurs au dos et au coup. Sa famille est très inquiète de sa situation.

Sa famille et son avocat ont fait une requête au bureau du procureur et au tribunal des droits civils mais n’ont eu aucune réponse de la part des autorités.





Confirmation de la peine de mort de Jafar Kazemi

30 07 2010

HRA, 29 juillet 2010 :

Une cour d’appel a confirmé la condamnation à mort à l’encontre de Jafar Kazemi. Cette peine a été confirmée par la branche numéro 36 de la cour d’appel présidé par Hojatoleslam Zargari.

Maître Ghanavi, son avocate, a indiqué à un site de défense des droits humains que son client a passé de longs moments en cellule d’isolement.

Jafar Kazemi, lithographe pour livres et brochures à l’université Amir Kabir, a été arrêté le 18 septembre 2009 Place Haft-e Tir et emmené en cellule d’isolement à la section 209 pendant soixante-dix jours avant d’être transféré à la section 350 de la prison Evin. Il avait déjà été emprisonné entre 1981 et 1989.

Rudabeh Akbari, la femme de Jafar Kazemi, a écrit au secrétaire général des Nations Unies pour lui demander d’agir pour empêcher l’exécution de son mari. Il avait été d’abord été condamné par la branche 28 du Tribunal Révolutionnaire.

Maître Ghanavi a déclaré que son client a été condamné pour « mohareb » et « guerre contre dieu » pour de supposés liens avec l’organisation Moujahdin e Khalq. Monsieur Kazemi a refusé cette accusation lors des interrogatoires.

Lire le reste de cette entrée »





Seize prisonniers en grève de la faim à Evin

30 07 2010

Street Journalist, 30 juillet 2010 :

On rapporte que seize détenus à la section 350 de la prison Evin (Téhéran) ont commencé une grève de la faim.

Le site Kaleme rapporte que ces seize personnes qui ont été transférées en cellule d’isolement ont commencé une grève de la faim pour protester contre ce transfert.

Ces détenus ont été transférés à cause de leurs protestations contre les mauvais traitements de la part des fonctionnaires de la prison.

Parmi ces détenus se trouvent Bahman Ahmadi Amouyi et Keyvan Samini, deux journalistes qui se sont mis en grève de la faim dès leur transfert en isolement lundi. Les quatorze autres ont été transférés  en cellule d’isolement mardi et ont rejoint la grève de la faim.

Lire le reste de cette entrée »





Répression contre des militants étudiants à Mashhad

30 07 2010

Hands Off the People of Iran, 28 juillet 2010 :

Borhan Baqaee et Mehran Koosha, deux étudiants de gauche du groupe des Etudiants pour la Liberté et l’Egalité (Daneshjouyan-e Azadi Khah va Beraber Talab) ont été condamnés chacun à cinq ans de prison ferme et à cinq ans de prison avec sursis par le juge Kasuvi du Tribunal Révolutionnaire de Mashhad. Cette décision vient après une répression continue contre la gauche dans le mouvement étudiant lorsqu’en décembre 2007 les forces de sécurité ont arrêté de nombreux étudiants de gauche et où Bohran et Mehran ont été, avec d’autres militants, menacés et intimidés par les agents du  Ministère de la Sécurité. Bohran et Mehran ont été arrêtés pendant l’été 2008 à Mashhad et ont été emprisonnés pendant plus d’un mois et soumis à des tortures physiques et psychologiques. Après avoir reçu des garanties, les forces de sécurité les ont libérés, puis condamnés bien plus tard.





Réaction de la République Islamique à la campagne contre la lapidation

29 07 2010

La peine de Sakineh Mohammadi Ashtian, condamnée à mort par lapidation après avoir été accusée d’adultère, est suspendue suite à la vague d’indignation dans le monde. Cependant, la justice iranienne peut toujours l’exécuter d’une autre façon pour adultère. La télévision d’Etat iranienne parle de la campagne pour sauver Sakineh et dénoncer la lapidation comme d’une campagne menée par les Moudjahdin…

Les camarades Mina Ahadi et Maryam Namazie, membres du bureau politique du PCOI, sont ainsi montrées comme Moudjahdin. Si les mensonges du régime ne sont pas nouveau, le fait que la télévision d’état se sentent obligée de parler de cette campagne pour la calomnier montre qu’elle ne laisse pas le régime indifférent.

Voir ici une émission de la télévision d’Etat iranienne sur la campagne contre la lapidation (en farsi)





Disparition de l’avocat de Sakineh Mohammadi-Ashtiani

29 07 2010

Article publié par HNS Infos le 28 juillet 2010 :

Mohammad Mostafai, le jeune avocat qui défendait Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une femme condamnée à mort par lapidation, est porté disparu depuis le 24 juillet alors que les forces de répression iraniennes ont lancé un mandat d’arrêt contre lui, ont rapporté plusieurs sites d’exilés et de collectifs de défense des droits humains et des prisonniers politiques. Les premiers reports parvenus d’Iran font état que des agents de sécurité en civil se sont rendus samedi dernier au bureau de Mohammad Mostafai avec un mandat d’arrêt, mais l’avocat n’étant pas là ils n’ont pas pu l’arrêter.

Mais samedi soir, ils ont cependant arrêté sa femme Fereshteh Halimi et le frère de celle-ci, Farhad Halimi, près de son bureau. « On est sans nouvelles de Mohammad Mostafai », précisent de nombreux sites, « il a disparu sans pouvoir donner des nouvelles à ses proche et à ses amis ». L’avocat défendait Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une femme de 43 ans condamnée à mort après avoir été jugée coupable d’adultère par un tribunal iranien. La sentence de lapidation, qui a suscité de nombreuses condamnations dans le monde occidental, a été temporairement suspendue par le chef de la Justice, Sadeq Larijani. De nombreuses manifestations de solidarité pour sauver Sakineh ont eu lieu. [1]

D’après de nombreux sites et blogs de réfugiés et exilés politiques, Mostafai, qui milite aussi en faveur des droits de l’Homme, avait été convoqué deux fois ces derniers jours par les services de la sinistre Vevak et serait resté quatre heures interrogé à la prison d’Evin. [2]

Lire le reste de cette entrée »





Reportage de CNN à propos de la disparition de Mohammad Mostafaei

28 07 2010

Reportage de CNN du 28 juillet 2010 à propos de la disparition de Mohammad Mostafaei, l’avocat de Sakineh, condamnée à mort par lapidation, de nombreux mineurs condamnés à mort et militant des droits humains et des arrestations de membres de sa familles. Mina Ahadi, interrogée par CNN, explique qu’il est sous pression et harcelé par le régime pour l’empêcher de parler de la situation de Sakineh Mohammadi Ashtiani (en anglais).





L’Iran doit cesser le harcèlement à l’encontre de Mohammad Mostafaei

28 07 2010

Communiqué d’Amnesty International du 28 juillet 2010 :

Amnesty International a exhorté les autorités iraniennes à mettre fin au harcèlement exercé contre les avocats spécialisés dans la défense des droits humains, alors que l’on reste sans nouvelles d’un avocat défendant une personne condamnée à mort par lapidation dans une affaire récente ayant suscité une forte controverse et alors que deux membres de la famille de cet avocat ont été arrêtés.

On ignore depuis quelques jours où se trouve Mohammad Mostafaei. Samedi dernier, il a été interrogé par des représentants des autorités judiciaires puis relâché, mais on ignore ce qu’il est peu après advenu de lui.

En fin de soirée, les autorités iraniennes ont arrêté sa femme et son beau-frère. Il est à craindre qu’ils ne soient détenus afin de pousser Mohammed Mostafaei à se rendre aux autorités s’il n’est pas déjà incarcéré.

Cet avocat de renom défend Sakineh Mohammadi Ashtiani. L’annonce de l’exécution prochaine par lapidation de cette femme a provoqué un tollé international.

Il a également défendu un grand nombre de mineurs délinquants, de prisonniers politiques et d’autres personnes condamnées à mort par lapidation. Mohammed Mostafaei a ouvertement critiqué le système judiciaire iranien.

« Mohammad Mostafaei contrarie fortement les autorités iraniennes et nous craignons qu’il ne soit persécuté pour qu’il mette fin à son activité professionnelle d’avocat défenseur des droits humains », a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Lire le reste de cette entrée »