Reportage de CNN à propos de la disparition de Mohammad Mostafaei

28 07 2010

Reportage de CNN du 28 juillet 2010 à propos de la disparition de Mohammad Mostafaei, l’avocat de Sakineh, condamnée à mort par lapidation, de nombreux mineurs condamnés à mort et militant des droits humains et des arrestations de membres de sa familles. Mina Ahadi, interrogée par CNN, explique qu’il est sous pression et harcelé par le régime pour l’empêcher de parler de la situation de Sakineh Mohammadi Ashtiani (en anglais).





L’Iran doit cesser le harcèlement à l’encontre de Mohammad Mostafaei

28 07 2010

Communiqué d’Amnesty International du 28 juillet 2010 :

Amnesty International a exhorté les autorités iraniennes à mettre fin au harcèlement exercé contre les avocats spécialisés dans la défense des droits humains, alors que l’on reste sans nouvelles d’un avocat défendant une personne condamnée à mort par lapidation dans une affaire récente ayant suscité une forte controverse et alors que deux membres de la famille de cet avocat ont été arrêtés.

On ignore depuis quelques jours où se trouve Mohammad Mostafaei. Samedi dernier, il a été interrogé par des représentants des autorités judiciaires puis relâché, mais on ignore ce qu’il est peu après advenu de lui.

En fin de soirée, les autorités iraniennes ont arrêté sa femme et son beau-frère. Il est à craindre qu’ils ne soient détenus afin de pousser Mohammed Mostafaei à se rendre aux autorités s’il n’est pas déjà incarcéré.

Cet avocat de renom défend Sakineh Mohammadi Ashtiani. L’annonce de l’exécution prochaine par lapidation de cette femme a provoqué un tollé international.

Il a également défendu un grand nombre de mineurs délinquants, de prisonniers politiques et d’autres personnes condamnées à mort par lapidation. Mohammed Mostafaei a ouvertement critiqué le système judiciaire iranien.

« Mohammad Mostafaei contrarie fortement les autorités iraniennes et nous craignons qu’il ne soit persécuté pour qu’il mette fin à son activité professionnelle d’avocat défenseur des droits humains », a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Lire le reste de cette entrée »





Mostafa Kazzazi condamné à 11 mois de prison

28 07 2010

Dépêche AFP du 28 juillet 2010 :

L’éditeur d’un quotidien réformateur interdit en Iran a été condamné à 11 mois de prison pour propagande contre le régime islamique et incitation à la violence, a rapporté mercredi l’agence Isna.

La cour pénale de Téhéran a condamné Mostafa Kazzazi « à cinq mois de prison pour propagande contre l’ordre établi et à six mois pour avoir diffamé la République islamique et encouragé la population à agir contre la sécurité », selon Isna.

Ce verdict intervient plusieurs mois après le procès, qui s’est tenu en mars. Il condamne l’éditeur par contumace et peut faire l’objet d’un appel.

Lire le reste de cette entrée »





Conférence de presse sur la situation de Sakineh

28 07 2010

Iran Solidarity, 27 juillet 2010 :

Le vendredi 30 juillet 2010, Mina Ahadi, coordinatrice du Comité International contre les Exécutions et du Comité International Contre la Lapidation, fournira de nouvelles preuves et informations sur la situation de Sakineh Mohammadi Ashtiani et sur d’autres cas de personnes condamnées à mort par lapidation en Iran. D’autres intervenant(e)s prendront la parole comme l’écrivain AC Grayling, Maryam Namazie, porte-parole d’Iran Solidarity, et Peter Tatchell, militant des droits humains.

La conférence de presse et réunion d’urgence aura lieu à Brockway Room, Conway Hall, 25 Red Lion Square, Holborn, London WC1R 4RL de 11 heures à midi.

Cette réunion est ouverte au public.

Lire le reste de cette entrée »





Arrestation à Tabriz

28 07 2010

Street journalist, 28 juillet 2010 :

Le dimanche 25 juillet à 18 heures, les forces de sécurité ont arrêté Hanieh Farshi à son domicile.

RAHANA rapporte que les forces de sécurité, après l’avoir arrêtée, ont perquisitionné son domicile et ont confisqué son ordinateur, son téléphone et des affaires personnelles.  Elle a d’abord été emmenée au centre de détention des services de renseignement de Tabriz, puis transférée à la prison Evin de Téhéran.

Cette habitante de Tabriz a été accusée « d’insultes au sacré, en lien avec des étrangers » ce qui, dit-on, serait lié à ses activités sur Facebook.  Il n’y a pas plus d’informations disponibles sur elle et sa famille n’est pas non plus autorisée à la contacter.

Madame Farshi a 28 ans et a une veille mère et n’a aucun passé d’activités politiques.