Réaction de la République Islamique à la campagne contre la lapidation

29 07 2010

La peine de Sakineh Mohammadi Ashtian, condamnée à mort par lapidation après avoir été accusée d’adultère, est suspendue suite à la vague d’indignation dans le monde. Cependant, la justice iranienne peut toujours l’exécuter d’une autre façon pour adultère. La télévision d’Etat iranienne parle de la campagne pour sauver Sakineh et dénoncer la lapidation comme d’une campagne menée par les Moudjahdin…

Les camarades Mina Ahadi et Maryam Namazie, membres du bureau politique du PCOI, sont ainsi montrées comme Moudjahdin. Si les mensonges du régime ne sont pas nouveau, le fait que la télévision d’état se sentent obligée de parler de cette campagne pour la calomnier montre qu’elle ne laisse pas le régime indifférent.

Voir ici une émission de la télévision d’Etat iranienne sur la campagne contre la lapidation (en farsi)





Disparition de l’avocat de Sakineh Mohammadi-Ashtiani

29 07 2010

Article publié par HNS Infos le 28 juillet 2010 :

Mohammad Mostafai, le jeune avocat qui défendait Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une femme condamnée à mort par lapidation, est porté disparu depuis le 24 juillet alors que les forces de répression iraniennes ont lancé un mandat d’arrêt contre lui, ont rapporté plusieurs sites d’exilés et de collectifs de défense des droits humains et des prisonniers politiques. Les premiers reports parvenus d’Iran font état que des agents de sécurité en civil se sont rendus samedi dernier au bureau de Mohammad Mostafai avec un mandat d’arrêt, mais l’avocat n’étant pas là ils n’ont pas pu l’arrêter.

Mais samedi soir, ils ont cependant arrêté sa femme Fereshteh Halimi et le frère de celle-ci, Farhad Halimi, près de son bureau. « On est sans nouvelles de Mohammad Mostafai », précisent de nombreux sites, « il a disparu sans pouvoir donner des nouvelles à ses proche et à ses amis ». L’avocat défendait Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une femme de 43 ans condamnée à mort après avoir été jugée coupable d’adultère par un tribunal iranien. La sentence de lapidation, qui a suscité de nombreuses condamnations dans le monde occidental, a été temporairement suspendue par le chef de la Justice, Sadeq Larijani. De nombreuses manifestations de solidarité pour sauver Sakineh ont eu lieu. [1]

D’après de nombreux sites et blogs de réfugiés et exilés politiques, Mostafai, qui milite aussi en faveur des droits de l’Homme, avait été convoqué deux fois ces derniers jours par les services de la sinistre Vevak et serait resté quatre heures interrogé à la prison d’Evin. [2]

Lire le reste de cette entrée »