Lettre ouverte au gouvernement grec

4 08 2010

Lettre ouverte au gouvernement grec de la Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens, 31 juillet, à propos de la grève de la faim de demandeurs d’asile iraniens à Athènes.

Grève de la faim de plusieurs demandeurs d’asile iranien à Athènes ; l’un d’entre eux s’est cousu les lèvres

Un groupe de réfugiés iraniens se sont mis en grève de la faim depuis le 25 juillet devant le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés à Athènes après une rencontre avec le secrétaire du ministère grec de l’intérieur. Il leur avait dit que la Grèce ne pouvait pas leur garantir un statut de réfugiés à cause des liens étroits et amicaux entre l’Iran et son pays. Il a également dit qu’il y aurait plus de trois mille demandeurs d’asile iraniens dans les prisons grecs pour des délits.

La situation intolérable des demandeurs d’asile en Grèce n’est pas un secret pour quiconque s’intéresse aux questions des réfugiés dans le monde. Ils ne bénéficient qu’aucune allocation si ce n’est pour la carte rouge qui doit être renouvelée tous les six mois, comme preuve de leur résidence temporaire dans le pays. Le traitement des réfugiés par la police apparaît indicible. Des dizaines de réfugiés sont battus et/ou humiliés, et ceux qui sont dans des centres de rétention victimes de violences, et cela chaque jour.

La Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens (IFIR) fait tout son possible pour attirer l’attention du monde sur la situation des demandeurs d’asile en Grèce, dont les millions de réfugiés et d’immigrés iraniens. La souffrance d’individus comme Reza Kamaali, Hosein Rostami, Sa’id Mahmoodi, Mohammad Azimi, Abdollah Bakhtiaari, Amir-Hosein Abdolmaleki, Faraj Gholaami, Saadegh Faraahaani est réelle et doit être dénoncée par tous les gens conscients du monde. Le gouvernement grec doit être condamné pour ses mauvais traitements à l’encontre des réfugiés. Les scènes de la grève de la faim des demandeurs d’asile iraniens en général, et en particulier les lèvres cousus de Saadegh Faraahanni, sont si terribles qu’elles font se dresser les cheveux sur la tête de chaque être humain.

L’IFIR appelle toutes les organisation des droits humains, le peuple grec et tous les iraniens vivant à l’étranger à montrer leur compassion pour les réfugiés en grève et à soutenir leurs revendications. Les réfugiés iraniens du monde entier ont fuit l’atroce régime de la République Islamique. Ils ont fuit un régime avec des lois pré-médiévales et où des tribunaux condamnent des êtres humains à être amputés du bras, lapidés, avoir les yeux crevés et un catalogue complet d’autres châtiments barbares qu’on ne peut entendre dans le monde moderne. Ils ont fuit un régime qui exécute des enfants, des homosexuels, des « apostolats », des « renégats », des « hérétiques », des « infidèles », des croyants d’autres religions, des dissidents, etc. etc. Ils ont fuit un régime qui ne tolère aucune forme de dissidence politique. Ils ont fuit un régime qui tire pour tuer des manifestants pacifiques ou leurs roule dessus et les assassine avec des camions de police, en plein jour et devant des milliers de caméras. Ils ont fuit un régime qui pratique des tortures atroces sur des prisonniers pour leur extorquer de faux aveux. En bref, ils ont fuit un régime d’assassins. C’est pour cela que les demandeurs d’asile en grève à Athènes mérite notre soutien de tout notre coeur.

Cependant, l’IFIR ne pense pas que la grève de la faim soit une solution appropriée pour sortir les réfugiés de leur terrible conditions physiques et psychologiques. Ceux qui choisissent la grève de la faim comme méthode de lutte ont simplement perdu l’espoir et la vision d’une vie meilleure, et si on choisit cette méthode, comme dans toute lutte, le but doit être clair dès le début. Il doit donc être dès le début clair de savoir pourquoi on se met en grève de la faim, c’est-à-dire ce que nous voulons obtenir en terme de changement pour notre vie. Encore une fois, dans toute lutte, le début et la fin doivent être planifiés à l’avance. Les réfugiés deviennent des réfugiés pour sauver leurs vies et s’assurer de leur survie. Alors qu’une grève de la faim pour une période illimitée peut blesser le corps et l’esprit d’un réfugié et cela pour le reste de sa vie.

L’IFIR appelle, pour cela, les demandeurs d’asile en grève à Athènes de mettre fin à leur grève de la faim afin de conserver leurs forces pour continuer leur lutte. Nous implorons Saadgeh Faraahaani, en particulier, à se faire découdre les lèvres par un docteur et à mener sa campagne en employant des méthodes moins couteuses. En même temps, nous assurons à tous les demandeurs d’asile de Grèce que l’IFIR soutiendra vos revendications légitimes et humaines avec tout ce qui est en son pouvoir social et organisationnel.

Sincèrement,

Abdollah Asadi,secrétaire de la Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens, 31 juillet 2010

IFRS
Box 11103 404 23 Göteborg

Orgnr: 802400-9216

Besökadress: Linnegatan21
(Hagabion-ViktoriahusetA)
www.ifrs.se
www.hambastegi.org
Tel.: 031-453346
Plusgiro 200974-4
abe.asadi@glocalnet.net
Tel: 073 717 88 19


Actions

Information

One response

26 08 2010
Berlin : Solidarité avec les demandeurs d’asile en Grèce « Révolution en Iran

[…] 26 08 2010 Alors que depuis le 25 juillet, des demandeurs d’asile iraniens sont en grève de la faim pour obtenir leurs titres de séjour à Athènes (Grèce), une protestation de solidarité a eu […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :