Fin de la grève des prisonniers politiques

10 08 2010

Extraits d’une dépêche AFP du 10 août :

Un groupe de 17 prisonniers politiques iraniens détenus à la prison d’Evine à Téhéran ont arrêté la grève de la faim qu’ils observent depuis deux semaines pour protester contre leurs conditions de détention, a annoncé mardi un site de l’opposition.

Parmi les opposants, arrêtés après la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009, figurent des journalistes réformateurs et des leaders étudiants, selon des sites internet de l’opposition.

Les autorités ont arrêté de nombreux responsables réformateurs, journalistes et étudiants après la présidentielle de juin 2009, entachée de fraudes selon l’opposition, et le mouvement de contestation qui a suivi.

Au moins dix personnes ont été condamnées à mort, et beaucoup d’autres ont écopé de peines de prison pour atteinte à la sécurité nationale et incitation à la violence.

Mardi, le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné la journaliste réformatrice Badrolsadat Mofidi à six ans de prison et cinq ans d’interdiction d’exercer, a annoncé son avocat cité par l’agence Isna.

Lire le reste de cette entrée »





Lapidation : Mode d’emploi

10 08 2010

Article publié le 10 août par le site JSS. Rappelons que pour Sakineh Ashtiani, sa peine de mort par lapidation n’est toujours que suspendue, et elle risque aussi d’être exécutée d’une autre façon. Une pétition peut être signée à cette adresse.

Mettons nous de suite en situation. Vous êtes une femme. Vous êtes iranienne. Vous avez trompée votre mari ou vous avez eu des relations sexuelles sans être mariée: vous êtes passible de la peine de mort par lapidation. Madame, voilà ce qui vous attend…

D’abord, vous vous faite enterrer. Le code pénal de l’Iran islamique est très clair à ce sujet. Sera à l’air libre toute partie du corps au dessus de la poitrine (poitrine comprise). Si la condamnation est fondée sur les aveux du prisonnier, dit la loi, c’est le juge qui lance la première pierre. Si la condamnation est fondée sur des témoignages, les témoins jettent les premières pierres, puis le juge. Ensuite, tous ceux qui veulent sont les bienvenus. Généralement, il s’agit des fonctionnaires du tribunal, des policiers et l’Ayatollah de la ville s’il le souhaite.

Les pierres qui vous seront lancées dessus alors que vous êtes toujours vivante, doivent être de taille moyenne. Une fois de plus, le code pénal est parfaitement écrit: des pierres de tailles moyenne doivent êtres utilisées. Si deux pierres peuvent tuer, c’est qu’elles sont trop grosses (ndlr: en deux coups). Mais si elles sont trop petites, ce ne sont plus des pierres, mais des cailloux. La taille idéal est celle d’une mandarine. Sachez tout de même que lapider une femme avec une pierre trop petite est considéré comme un crime .

Mais qu’on se rassure, le supplice doit durer moins d’une heure!

Lire le reste de cette entrée »





Quelques protestations ouvrières fin juillet

10 08 2010

Quelques informations sur des protestations ouvrières fin juillet en Iran tirées de Iran Labor Report :

Shahroud : Le 25 juillet, environ 100 ouvriers, conducteurs et employés de bureau de la compagnie Namavaran de construction de construction de route sont descendus dans la rue pour protester contre le non-paiement des salaires depuis neuf mois. Une protestation précédentes aux portes de la compagnie avait eu lieu quelques jours auparavant pendant deux heures, et les ouvriers avaient alors reçu la promesse qu’ils recevraient leurs salaires dans les quatre jours, ce qui avait mis fin à la protestation. Lors du rassemblement du 25 juillet, la direction a promis de délivrer des chèques correspondant à deux mois de salaire le 3 août. La société Namaravan participe à la construction de l’autoroute de 130 kilomètres entre les villes de Shahroud (Province de Semnan) et la ville de Sabzevar (Khorasan).

Qazvin : Le 24 juillet, environ 350 travailleurs du textile de l’entreprise Farnakh se sont rassemblés aux portes de l’usine de la cité industrielle Alborz à Qazvin. Les travailleurs ont protesté pour n’avoir pas reçu cinq mois de salaires impayés et deux mois de primes et d’allocations à l’occasion du nouvel an iranien. Un travailleur qui protestait a dit à ILNA (Agence Iranienne de Nouvelles Ouvrières) que « nos rassemblements ont à chaque fois été réprimés sous prétexte de rébellion et de subversion. Nous ne demandons pourtant rien d’autre que nos droits et notre dû ».

Lire le reste de cette entrée »





Un défenseur des droits LGBT en Iran vient de fuir son pays

10 08 2010

Article publié par Yagg le 9 août à propos de Mohammad Mostafaei, avocat et défenseur des droits humains :

Mohammad Mostafaei, l’avocat iranien spécialiste des droits humains dans son pays, notamment de cas de mineurs accusés d’homosexualité et condamnés à mort, ainsi que de cas de femmes accusées d’adultères, a dû fuir l’Iran, il y a quelques jours. Sa vie étant menacée à son tour, il est depuis samedi en exil en Norvège et se dit fortement préoccupé par les cas de condamnations en cours.

Souvenez-vous du cas d’Ebrahim Hamidi. Nous vous en parlions le mois dernier. Ce jeune homme, accusé, sans la moindre preuve et sans le moindre témoignage à charge, d’homosexualité et d’acte de sodomie, venait alors d’être condamné à mort par pendaison à Tabriz, au nord-ouest de l’Iran. Il avait été arrêté sur le simple témoignage d’un garçon de son âge avec qui il venait de se disputer; quelques heures plus tard ce dernier s’était rétracté et admettait avoir menti. Peu importe, Ebrahim Hamidi sera torturé pour avouer les faits et condamné début juillet à la peine de mort. Bien que cette affaire ait été rejetée par deux fois par la Cour suprême d’Iran – après que celle-ci a relevé de nombreuses fautes de procédures – la Cour de la province de Tabriz a insisté pour maintenir son verdict.

UN AVOCAT QUI NE SE TAIT PAS

Si l’histoire d’Ebrahim Hamidi a fait le tour du monde, c’est parce que son avocat n’a cessé de la relayer, notamment par le biais de l’IRQO (Iranian Queer Organisation), l’association iranienne de défense des droits LGBT basée à Toronto, au Canada, qui l’a elle-même transmise à la presse internationale.

Lire le reste de cette entrée »





Sept Baha’is condamnés à des peines de 20 ans de prison

10 08 2010

Dépêche Reuters, 9 août 2010 :

Sept adeptes de la foi baha’ie ont été condamnés à 20 ans de prison en Iran pour espionnage et propagande anti-islamique, a-t-on appris lundi de source proche de cette religion fondée au XIXe siècle en Iran et que Téhéran tient pour hérétique.

Les médias avaient fait état en janvier du procès de ces sept personnes détenues depuis 2008 dans une prison de Téhéran, dont les avocats ont été avisés de la condamnation, non rendue publique.

Les sept condamnés ont nié les charges retenues contre eux et envisagent de faire appel.

Lire le reste de cette entrée »