L’expérience de la révolution ouvrière en Union soviétique

19 08 2010

Alors qu’en Iran comme partout dans le monde, la barbarie et la crise du capitalisme crient l’urgence de la révolution sociale, un texte de Mansoor Hekmat (fondateur du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran) de 1986 traduit par en français par l’Initiative Communiste-Ouvrière.


Une fois que la classe ouvrière aura pris le pouvoir, la société sera objectivement face à cette question : que faire avec ce pouvoir ? Si ce pouvoir n’est pas employée pour révolutionner les relations économiques de la société et pour transformer les fondations de la propriété bourgeoise et de la production, si le pouvoir politique de la classe ouvrière n’est pas utilisé comme un moyen d’instaurer la propriété commune des moyens de production et d’abolir le travail salarié, si ce pouvoir n’est pas utilisé afin d’amener la révolution économique qui constitue l’essence de la révolution socialiste, alors toute victoire est vouée à l’échec, alors, la domination politique même des travailleurs sera temporaire et, dans un contexte historique plus large, non concluante – telle est la leçon fondamentale de la révolution ouvrière en Russie.

Note des traducteurs

Ce texte est issu d’un séminaire qui s’est tenu en 1986. Le Parti Communiste d’Iran, opposé au soi-disant « communisme » de la Chine et de l’URSS, disposait encore de forces armées qui menaient la guérilla contre le régime islamique d’Iran, tout en mettant l’accent sur l’organisation ouvrière clandestine dans les grandes villes du pays. La question de la « nature de l’URSS », débattue depuis l’existence même de celle-ci, était une question centrale pour tous les communistes, qui se voyaient toujours renvoyés çà ce modèle dont l’effondrement était proche.

Lire le reste de cette entrée »





« 100 villes contre la lapidation » : Orientation politique de la journée

19 08 2010

Orientation politique de la journée du 28 août « 100 villes contre la lapidation« , publiée par la Campagne Internationale Contre la Lapidation :

1. Rappelez-vous que lorsque nous luttons pour Sakineh et ses enfants, nous luttons en même temps pour des milliers de personnes qui sont comme Sakineh et sa famille. Il y a deux niveaux d’objectifs pour lesquels nous travaillons : d’abord, sauver Sakineh, et ensuite être certains que nous n’aurons pas à mener une autre campagne comme celle-là pour une autre femme et ses enfants. La lapidation imminente de Sakineh Mohammadi, de Azar Bagheri, 19 ans, et de Marian Ghorbanzadeh, 25 ans, ou l’exécution imminente de la prisonnière politique Zeinab Jalalian reflètent la nature criminel d’un régime qui viole, torture et exécute quand et comme il le veut pour maintenir son pouvoir politique. Aussi, lorsque vous pouvez refléter ces deux niveaux de la lutte contre la brutalité du régime lors de vos protestations, vous poussez en avant le mouvement pour la justice et la liberté de Sakineh et ses enfants et de tout l’Iran.

2.Pour ce genre de protestation et pour atteindre ses objectifs, le message doit être clairement indiqué. Il y a des revendications politiques qui sont appropriées et d’autres qui ne le sont pas. Ce genre d’actions demande que les militant(e)s mettent en avant des sanctions politiques : la République Islamique tue des femmes, des enfants et des travailleurs, aussi la réponse appropriée est de toucher durement le régime en le délégitimant par l’isolation politique. Lorsqu’un régime lapide des femmes à mort, les gouvernements devraient s’assurer du retrait de la République Islamique de la commission de l’ONU sur le statut des femmes/ Lorsque la République Islamique menace d’exécuter des délinquants mineurs, nous demandons son retrait de l’UNICEF. Lorsque la République Islamique torture et exécute des travailleurs, nous demandons que ce régime soit expulsé de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

  • Revendications correctes : isolation politique comme la fermeture des ambassades, le gel des comptes en banque et des interdictions de voyages diplomatiques.
  • Revendications incorrectes : ce serait d’appeler à des sanctions économiques, qui touche violemment les civils, ou des bombardements/guerre contre l’Iran ce qui est tout simplement inacceptable.




« 100 villes contre la lapidation » à Besançon

19 08 2010

Iran Solidarité Besançon, 19 août 2010 :

Dans le cadre de la campagne pour sauver Sakineh et plus largement pour dénoncer la lapidation et les exécutions, le Comité Internationale Contre la Lapidation a lancé un appel à une journée de mobilisation le 28 août « 100 villes contre la lapidation » .

A Besançon, rassemblement le samedi 28 août à 15 heures Place du 8 septembre

Tract d’appel :

28 août : Journée internationale « 100 villes contre la lapidation »

Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani est emprisonnée depuis 2006 à Tabriz (Iran), condamnée à mort par lapidation pour un supposé adultère. La campagne internationale de protestation a finalement forcé les autorités de la République Islamique à suspendre cette peine de lapidation. Mais, les pressions du régime qui ont poussées son avocat, Maître Mohammad Mostafaei, à fuir le pays, les campagnes de la télévision du régime contre Sakineh, laissent craindre que si elle n’est pas lapidée, Sakineh peut être à n’importe quel moment exécutée.

Lire le reste de cette entrée »