Shiva Nazar-Ahari accusée de « Mohareb »

20 08 2010

Freedom Messenger, 19 août 2010 :

La mère de Shiva Nazar-Ahari, une des militantes des droits humains arrêtées, a annoncé que sa fille Shiva a été accusée de « mohareb » (NdT : inimité avec Dieu, « crime » qui, selon la législation iranienne, est passible de la peine de mort).

Le mercredi 18 août, Shahrzad Kariman, la mère de Shiva Nazar-Ahari, a dit que selon Maître Mohammad Sharif, un des avocats de Shiva, qui a vu le dossier de Shiva, l’accusation de mohareb était notée !

Madame Kariman a également dit que l’accusation de mohareb avait déjà était vue indiquée dans le dossier par Shiva et son avocat l’année dernière lorsqu’elle avait été arrêtée pour la première fois, mais que cette accusation n’avait alors pas été prise au sérieux et avait été ignorée.

Profondément inquiète, la mère de Shiva en a référé à Maître Sharif qui a dit qu’il n’y avait pas la moindre preuve qu’elle est mohareb. Mais l’accusation existe et nous sommes inquiets, a-t-elle ajouté.

Lire le reste de cette entrée »





Solidarité avec les ouvriers d’Iran

20 08 2010

Vidéos : Reportage sur le mouvement ouvrier en Iran de la révolution contre le Shah de 1978-1979 et la création de conseils ouvriers, sa répression par le régime de la République Islamique jusqu’à nos jours (en anglais).

La première partie insiste surtout sur la révolution de 1978-1979 et la contre-révolution islamique :

Lire le reste de cette entrée »





Soutien de la LDH à Sakineh Mohammadi Ashtiani

20 08 2010

Lettre de Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des Droits de l’Homme, adressée à l’ambassadeur de la République islamique d’Iran en France, publiée par HNS-Infos le 20 août 2010.

Monsieur l’Ambassadeur,

Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani est menacée de mort par lapidation. Quelles que soient les raisons qui sont mises en avant pour justifier une telle sentence, je veux vous dire combien il est révoltant qu’une femme soit condamnée à mort, qui plus est par lapidation, pour des faits qui tiennent de la libre disposition de son corps.

Depuis plus d’un siècle, la Ligue des droits de l’Homme se bat pour que la dignité de l’humanité soit respectée, pour que chacun de ses membres soit regardé comme essentiel au devenir de tous.

C’est pourquoi, le sort de Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani nous importe comme nous importe le sort des condamnés à mort aux Etats-Unis, en Arabie Saoudite ou en Chine.

Aucune faute, si tant est en l’espèce qu’il en existe une, pas plus qu’aucune prescription religieuse, ne peuvent justifier qu’un être humain soit privé de sa vie.

Lire le reste de cette entrée »