Trois manifestants tués en prison élevés au rang de martyrs

25 08 2010

Un article du Parisien, publié le 25 août, qui montre bien l’ambiance « fin de régime » de la République Islamique. Non seulement le régime reconnaît, après les avoir niées, les morts du camp de Kahrizak mais appelle « martyrs » ceux qu’il a lui même torturés et assassinés. Une crise révolutionnaire, comme le disait Lénine, ce n’est pas seulement lorsque ceux d’en bas ne veulent plus être dirigés comme avant, mais aussi lorsque ceux d’en haut ne peuvent plus diriger comme avant.

Trois jeunes Iraniens tués dans la prison de Kahrizak (sud de Téhéran) après avoir été arrêtés lors des manifestations qui ont suivi la présidentielle de 2009, ont été élevés au rang de « martyrs » par les autorités, a rapporté mercredi le quotidien conservateur Kayhan.

Cellule du camp de Kahrizak

Mohammad Kamrani, Amir Javadifar et Mohsen Ruholamini ont été élevés au rang de « martyrs » par la Fondation des Martyrs, selon le journal.

« Après les événements douloureux et les délits de certains qui ont abouti aux crimes de Kahrizak après les troubles qui ont suivi la présidentielle de 2009, Mohammad Kamrani, Amir Javadifar et Mohsen Ruholamini ont été élevés au rang de martyrs », a affirmé un responsable de la Fondation ayant requis l’anonymat.

Les trois personnes avaient été arrêtées lors des manifestations de protestation contre la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. L’opposition avaient dénoncé une large fraude lors du scrutin.
Les partisans de l’opposition avaient manifesté à plusieurs reprises contre les résultats du scrutin. Des milliers de personnes avaient été arrêtées et des dizaines tuées lors de ces manifestations.

Le centre de détention de Kahrizak a été fermé fin juillet 2009 sur ordre du guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei à la suite de rapports sur les sévices perpétrés dans la prison.

L’Iran a suspendu la semaine dernière trois hauts responsables judiciaires impliqués dans cette affaire. Mais leur identité n’a pas été révélée.

L’ancien procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, avait été tenu responsable dans une enquête parlementaire d’avoir envoyé des manifestants à la prison de Kahrizak.

Deux personnes ont été condamnées à mort en juin par le tribunal militaire de Téhéran pour leur implication présumée dans le décès de trois manifestants de l’opposition.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :