Intervention le 28 août à La Louvière

30 08 2010

Intervention faite au nom des organisateurs lors du rassemblement du 28 août à La Louvière (Belgique) dans le cadre de la journée mondiale « 100 villes contre la lapidation » :

Mesdames, messieurs, camarades,

Une centaine de villes mobilisées, c’est l’objectif que s’était donné, début du mois, les 4 organisations iraniennes à l’origine de la campagne « 28 août : 100 villes du monde contre la lapidation ». Aujourd’hui, de Bagdad à La Louvière, ce sont au total 111 villes qui ont répondu à l’appel.


Sakineh Mohammadi Ashtiani : Victime encore inconnue il y a peu, cette femme condamnée à mort par lapidation pour un supposé adultère est aujourd’hui devenue un vrai symbole à l’échelle internationale.

Symbole, d’abord, de la lutte que mènent les femmes depuis la nuit des temps pour leur émancipation, en Iran comme partout ailleurs. Il ne me semble en effet pas inutile de rappeler qu’en Belgique, l’écart salarial entre femmes et hommes est de 24 % et que la violence conjugale est encore monnaie courante.

« Liberté et égalité sont nos droits imprescriptibles », tel était le slogan scandé en 1979 par de nombreuses iraniennes lors d’une manifestation contre l’instauration, à la suite d’une révolution à laquelle elles avaient activement pris part, d’un régime islamiste réactionnaire.

Trente en plus tard, la République Islamique d’Iran se distingue par un réel apartheid sexiste, s’appuyant sur de nombreuses lois discriminatoires et trouvant sa réalisation ultime dans la peine de lapidation. Depuis 1979, ce sont au minimum 109 personnes, essentiellement des femmes, qui ont été mises à mort de cette façon, tandis que 25 autres y ayant été condamnées croupissent actuellement dans les prisons de l’Etat iranien

Sakineh !

Symbole, ensuite, car la lutte pour des femmes s’est toujours pleinement inscrite dans celle menée par les exploité pour leur émancipation, symbole du combat que mènent au quotidien les travailleurs iraniens contre un Etat qui leur refuse les libertés ouvrières fondamentales.

Nous n’appellerons aujourd’hui, ni à des sanctions économiques, ni à des sanctions militaires contre le régime d’Amadinedjad, car nous n’oublions pas que les premières victimes en seraient les femmes et la population d’Iran.
Néanmoins, en solidarité avec Sakineh, les femmes et la population iraniennes, revendiquons :

– La libération inconditionnelle et immédiate de Sakineh Mohammadi Ashtiani ;
– l’abolition de la peine de mort et de la peine de lapidation en Iran comme partout dans le monde ;
– l’abolition de l’apartheid sexiste et la pleine égalité entre les femmes et les hommes, en Iran, comme ailleurs.


Actions

Information

One response

5 09 2010
« 100 villes dans le monde contre la lapidation » « Révolution en Iran

[…] La Louvière, le discours fait au nom des organisateurs se terminait par ces mots : « Nous n’appellerons […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :