Sakineh Mohammadi Ashtiani : Y a-t-il des lapidations progressistes ?

13 09 2010

Article de Tom Goldschmidt avec une introduction de C-A Udry publié le 10 septembre par Europe Solidaire Sans Frontière :

Introduction de C-A Udry

Dimanche 12 septembre 2010, dans diverses villes d’Europe, auront lieu des manifestations pour la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani, 43 ans.

La suspension de sa lapidation est loin d’être suffisante. Javid Houstan Kian, l’avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, le 8 septembre 2010, affirme d’ailleurs : « Je n’ai reçu à ce jour aucun document officiel écrit indiquant la suspension de la peine de ma cliente (…) J’ai moi-même effectué cette demande de suspension à dix reprises, sans jamais obtenir aucune réponse. »

C’est sa libération qui doit être exigée. Une « simple grâce » émise le Guide suprême de la révolution conduirait d’ailleurs à sa libération immédiate, selon des juristes iraniens.

En Iran, le pouvoir a islamisé le Code pénal. Cela depuis les règles vestimentaires (symbole quotidien de la légitimité et de la « force » de ce régime) jusqu’aux droits syndicaux, plus exactement aux non-droits syndicaux.

Le pouvoir actuel de Téhéran – ce mixte de l’institution militarisée des Gardiens de la révolution et de secteurs du « haut clergé » – est en difficulté face à la campagne internationale en faveur de la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Y compris, joue un rôle la pression de pays qui ont de bonnes relations diplomatiques avec l’Iran, tel, par exemple, le Brésil. Lula a offert un « refuge » au Brésil à Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Cette femme, d’origine modeste, de milieu rural, n’a même pas pu comprendre le contenu, en langue juridique « sophistiquée », du jugement qui la condamnait. La lapidation peut être levée – peut-être – par le pouvoir, mais reste le danger de sa pendaison. Sa libération est donc l’exigence élémentaire.

Dans les villages et les provinces, la peine de mort par lapidation continue, même si l’Iran a signé un moratoire en 2002. Une dizaine de femmes ont été exécutées au cours des cinq dernières années, selon des organisations crédibles de défense des droits de la personne humaine. La campagne pour libérer Sakineh Mohammadi Ashtiani a donc une dimension spécifique : après le moratoire de 2002, imposer sa libération reviendrait à empêcher une extension renouvelée de ce type d’exécutions ; donc leur recul accru, pour ne pas dire leur disparition.

Sous divers prétextes, certaines « forces de la gauche » font silence sur cette campagne pour la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Le prétexte ou « l’explication » : le « danger principal » est une attaque militaire d’Israël contre les installations nucléaires de l’Iran ; cette campagne ferait diversion. En outre, elle est menée, entre autres, par des personnalités de droite, « pro-occidentales ».

On retrouve là ce « campisme » qui a conduit des prétendus « communistes » à défendre politiquement des régimes dictatoriaux et autoritaires ainsi que leurs actions « concrètes », opposées, entre autres, aux droits politiques, démocratiques et sociaux des salarié·e·s et des paysans en URSS et en Chine « populaire », par exemple. Celà au nom de la « lutte contre le danger principal ».

Ainsi, était tue ou condamnée l’action menée, en 1967-1969, par les ouvriers et les intellectuels en Tchécoslovaquie, car « leurs chefs voulaient restaurer le capitalisme en faveur de l’Allemagne occidentale ». De même, la mobilisation historique des travailleurs et travailleuse de Pologne suscitait la réprobation, à cause du « rôle réactionnaire de l’Eglise dans Solidarnosc ». La « peine de mort » à Cuba suscite le silence, plus moins gêné de ses partisans,car « Cuba est étranglé par les Etats-Unis ». Et j’en passe des « meilleures », donc des pires.

En tant que socialistes révolutionnaires, participant à un objectif d’émancipation des salarié·e·s et plus généralement de la société dans son ensemble – dans la perspective d’un socialisme et d’une démocratie effective – nous nous devons de nous opposer radicalement à la peine de mort à Cuba, aux Etats-Unis, en Iran et ailleurs.

Encore plus – si l’on ose utiliser cette formule – à une lapidation qui vise des femmes exploitées et opprimées, qui sont lapidées comme confirmation « divine » – et surtout théocratique – de leur « infériorité » et de leur « infériorisation ».

Nous publions ci-dessous un article de débat de Tom Goldschmidt qui a le mérite de mettre le « doigt dans la fourmilière ».

C-A Udry

Sakineh Ashtiani. Y A-t-Il Des Lapidations Progressistes ?

Il y a peu de chances que vous ignoriez le nom de Sakineh Mohammadi Ashtiani – qui se serait bien passée de son actuelle célébrité. Pour rappel, cette iranienne, mère de famille de 43 ans, a été jugée en 2006 à Tabriz, en Iran, plaidant coupable de « relation illicite » avec deux hommes après la mort de son mari. Elle a été condamnée à la flagellation pour adultère et a reçu 99 coups de fouet.

Ensuite, elle a été accusée d’avoir été complice de l’assassinat de son mari. La confusion entoure les charges exactes qui pèsent actuellement sur elle, alors que son procès a été rouvert et que la Cour Suprême a prononcé la peine de mort en 2007.

Selon le ministère iranien des Affaires Etrangères, aux dernières nouvelles, ces charges seraient d’une part « la trahison de son mari et ses relations (sexuelles) illégales avec des hommes étrangers. Concernant ce crime, l’adultère, l’application de la peine a été arrêtée et il est en réexamen par la justice« . »Mais elle a aussi participé au meurtre de son mari, et le dossier de cette autre affaire est en fin de procédure ». « Pour les peines très lourdes, il y a une procédure particulière et longue. Ce verdict est en cours d’examen et lorsque la justice arrivera à une conclusion finale, elle l’annoncera ».

L’ambassade d’Iran a aussi déclaré que Sakineh Ashtiani ne serait pas lapidée, mais cette dénégation ne se retrouve pas dans les derniers communiqués de Téhéran. Par ailleurs, note Le Monde : « Les avocats de Mme Mohammadi-Ashtiani ont affirmé qu’elle n’avait pas été condamnée à la lapidation pour sa participation au meurtre de son mari mais uniquement pour adultère. » Aux dernières nouvelles, Sakineh Ashtiani aurait été condamnée entre-temps à 99 coups de fouet supplémentaires, parce que le journal britannique Times a publié, la photo d’une femme sans foulard qu’il a affirmé être Sakineh Mohammadi-Ashtiani – il s’agissait d’une confusion.

Reste l’essentiel : cette femme, déjà torturée, risque d’être exécutée – d’une façon particulièrement affreuse – pour adultère, motif hallucinant. D’autre part, elle affirme que ses aveux lui ont été arrachés par la contrainte. Selon le journal britannique The Guardian, la presse en Iran s’est vu imposer le silence sur cette affaire. L’un des avocats de Sakineh Ashtiani, inquiété par les autorités iraniennes, a demandé l’asile en Norvège. C’est assez pour déclencher une campagne internationale demandant la grâce pour cette femme.

Le 28 août 2010, une manifestation a eu lieu devant le Palais de Justice de Bruxelles. Manifestation qui m’a valu une surprise. D’une part, nous étions moins nombreux que l’on aurait pu s’y attendre. D’autre part, j’ai bien dû le constater : pas le moindre petit panneau, drapeau ou militant de la gauche radicale : PTB [Parti des travailleurs de Belgique, d’origine mao-stalinienne], PC [Parti communiste], LCR [section de la IVe Internationale], PSL [Parti socialiste de lutte, du courant Militant], Egalité et consorts : absents. Ces organisations ne pouvaient ignorer la mobilisation. Leur absence à toutes n’est donc pas un hasard, mais un choix. Face à une sentence moyenâgeuse prononcée par un régime théocratique, face à une domination écrasante s’exerçant particulièrement à l’encontre des femmes, silence assourdissant. Quelles sont les raisons de ce choix ?

Je pense que pèse ici l’espoir absurde, pour des organisations qui semblent en perdition, de trouver un deuxième souffle dans les milieux musulmans, en s’opposant à tout ce qui peut déplaire à ne serait-ce qu’une partie de ceux-ci. De là l’affligeante campagne contre toute interdiction du voile dans les écoles publiques (alors que la « loi-foulard » française est née d’une initiative d’un dirigeant de la Ligue Communiste Révolutionnaire ! [1]).

De là l’étonnante initiative de Egalité – organisation marxiste – d’organiser une fête pour la fin du Ramadan. De là l’aplatissement discret devant le régime chiite. Je ne ressortirai pas pour autant l’expression « islamo-gauchisme », qui suppose qu’il se créerait une doctrine mariant marxisme et islam, soit l’eau et le feu : j’attends encore d’en lire le premier mot. Mais un opportunisme extrême semble bien installé aux commandes. Un comble : j’ai par contre été touché et heureux de voir à cette manifestation quatre femmes musulmanes voilées.

Maudits Médias !

On m’a expliqué aussi que la campagne de manifestations (il y en a eu dans une centaine de villes) relevait d’une indignation sélective et conditionnée par les média, venant à point pour préparer l’opinion à une possible agression de l’Iran.

D’une part, je suis lassé de cette légende conspirationniste selon laquelle pratiquement toutes les rédactions de Belgique, de France, de Navarre et d’ailleurs se feraient pratiquement dicter le contenu de leurs journaux par l’ambassade des Etats-Unis la plus proche. Légende d’autant plus lassante que – c’est beau la stéréo – elle a pour pendant celle selon laquelle toutes ces rédactions seraient aux mains de révolutionnaires surexcités ne rêvant que d’envoyer leurs lecteurs casser les vitres de la même ambassade. Il suffit de parcourir quelques forums pour y lire que la presse est sélectivement pro-Jérusalem, sélectivement pro-Hamas, sélectivement anti-PP [Parti Populaire], sélectivement pro-PP, sélectivement pro-bougnoule, sélectivement pro-racisme, pro-peine de mort, anti-peine de mort, pro-réchauffement climatique et anti, pro- et anti-gauche radicale, pro- et anti-féminisme et j’en passe.

Je me rappelle m’être fait traiter le même jour, pour le même chapitre au JT [Journal télévisé], de vendu à Israël et de soutien des Palestiniens. Je ne vois qu’une solution : que la presse arrête de parler de politique et de social. (Nota Bene : certains ne semblent pas voir de contradiction entre l’affirmation que la presse a chauffé à blanc les masses contre l’Iran à propos de Sakineh Ashtiani, et le fait que nous étions à tout casser 350 !!!).

Mais il est un peu fort de café d’entendre parler d’indignation sélective, quand des milieux qui se mobilisent si bruyamment pour les causes qui leur conviennent sont brusquement totalement amorphes devant celle-ci.

Notons que ce n’est pas le cas partout, puisque en France, le Nouveau Parti Anticapitaliste « tient à exprimer sa profonde révolte devant la barbarie d’un tel châtiment qui traduit l’existence d’une chappe de plomb religieuse intégriste sur la société iranienne et s’exerçant notamment à l’égard des femmes. » et se joint à la mobilisation internationale. De même, le Parti Communiste Français écrit : « Chacun espère que la mobilisation internationale pour sauver Sakineh Mohammadi Ashtiani de la peine de mort portera ses fruits », proteste contre le climat de dictature qui pèse sur l’Iran et ajoute à juste titre : « Tirant argument des politiques de domination et agression des puissances occidentales, le pouvoir islamique tente de se poser en défenseur des intérêts des peuples victimes de ces politiques. C’est un leurre qu’il faut dénoncer avec force ! »

Quant à une possible agression contre l’Iran, à laquelle il faudrait à mon avis effectivement s’opposer, je peine un peu à imaginer les Etats-Unis, qui peinent à se dépatouiller des bourbiers irakien et afghans, ouvrir un nouveau front. Mais surtout, il me semble que ce n’est pas à Bruxelles ou à Washington que le Tribunal se trouve !

Si préparation psychologique à l’état de guerre il y a, c’est bien de Téhéran qu’elle provient actuellement, même si dans le camp d’en face certains n’attendent peut-être que ça. Si instrumentalisation de l’affaire il y a, Téhéran dispose d’un moyen extrêmement simple de réduire cette instrumentalisation à zéro : c’est de libérer Sakineh !

Entendons-nous : je n’écris pas ici que « l’Iran prépare la guerre », ne serait-ce que parce que la direction iranienne est probablement très tiraillée. Mais si l’affaire Sakineh est certainement un élément de nature à faire monter les tensions, indéniablement c’est à Téhéran qu’on fait monter la tension en ce moment et qu’on pourrait ouvrir la soupape. Je n’écrirais pas non plus d’ailleurs que « l’Iran ne prépare pas la guerre », justement parce que sa direction est probablement assez déchirée, et qu’il y siège sans doute divers personnages susceptibles de penser soit qu’en cas de guerre, le salut viendra du ciel (encouragés par la guerre avec l’Irak de Hussein), soit qu’une bonne guerre avec l’extérieur est souvent un excellent moyen de resserrer les boulons quand ça branle à l’intérieur).

Toutes les morts ne se valent pas.

J’ai eu aussi la surprise de lire qu’on reprochait aux organisateurs d’avoir mis en avant le fait que Sakineh Ashtiani risquait la lapidation. J’ai lu à plusieurs reprises qu’il n’y aurait pas de gradation, que la peine de mort, c’est la peine de mort, et que lapidation ou injection létale, cela se vaut. Donc affirmer que la lapidation est barbare, ce serait de la propagande anti-iranienne. Les gens qui signent ce genre de propos n’ont pas l’air de réaliser qu’ils font un pont aux partisans de la torture, puisque pour eux, une fois qu’il y a exécution, tous les moyens se valent, aucun n’est plus scandaleux qu’un autre. Or non, mourir d’une injection d’une part, et d’autre part être lapidé, ou écartelé, ou brûlé vif, ou estrapadé, ce n’est pas la même chose – sans quoi l’imagination des tortionnaires ne se serait pas délectée à élaborer ces supplices.

La lapidation est une longue séance publique de torture, calculée pour durer, jusqu’à la taille des pierres. Précisons par ailleurs que des panneaux affirmaient, lors de la manifestation, « Sakineh ne doit pas être exécutée, que ce soit par lapidation ou par toute autre méthode ». Autre reproche : les organisateurs n’ont pas lancé un appel contre la peine de mort en général. Non, et cela me paraît très bien. Quand je veux manifester contre la peine de mort, je manifeste contre la peine de mort. Mais ici, je ne manifeste pas contre la peine de mort, mais pour sauver une personne.

Si des personnes convaincues que la peine de mort peut être utile viennent manifester en faveur de Sakineh Ashtiani, tant mieux ! Enfin, on peut être absolument opposé à la peine de mort et ne pas pour autant tout mettre sur le même plan. Je suis depuis toujours opposé à la peine capitale, mais je vois néanmoins un gouffre entre l’exécution de quelqu’un à qui on reproche un adultère et l’exécution d’Eichmann. Voilà bien des détours, des argumentations surprenantes (à mes yeux sans doute naïfs).

Reste mon étonnement consterné devant le fait que des organisations et des individus, des progressistes, des féministes, qui se mobiliseraient en masse pour l’IVG ou Gaza, se tiennent à l’écart s’il s’agit de protester contre les exactions du régime iranien. Ces personnes semblent entre autres indifférentes au fait que les vagues réactionnaires qui se déchaînent ailleurs enverront aussi leurs échos chez nous.

Tom Goldschmidt, 8 septembre 2010

[1] Voir sur ce thème l’ouvrage de Laurent Lévy, « La gauche », les Noirs et les Arabes. Ed. La Fabrique (janvier 2010). [Note d’ESSF : ce n’est pas exacte.]

* Paru le 10 septembre 2010 sur le site de A l’Encontre :
http://www.labreche.ch/Ecran/IranSa…

* Tom Goldschmidt vit à Bruxelles, Belgique : ex-journaliste de radio et de TV (RTBF), musicien, auteur-compositeur et citoyen.


Actions

Information

One response

14 09 2010
Iran-Update 14.09. 2010 – Marg Bar Jomhuriye Eslami! « Entdinglichung

[…] en Iran Besançon : Nouveau rassemblement le 18 septembre contre la lapidationSakineh Mohammadi Ashtiani : Y a-t-il des lapidations progressistes ?Nouvelle lettre de Sajjad et Sayideh, enfants de Sakineh, au monde entierLibération sous caution de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :