Deux journalistes menacés de peine de mort

24 09 2010

Electron Libre, 23 septembre 2010 :

D’après un billet publié sur le site de Reporters sans frontières, la peine capitale pourrait être requise à l’encontre de deux blogueurs – journalistes, Vahid Asghari et Hossein Derakhshan, emprisonnés depuis 2008.

En cause, le Centre de surveillance des délits organisés (instauré par les Gardiens de la Révolution) a procédé à des arrestations massives suite à « l’observation » de « plusieurs cas de sites et blogs personnels publiant des articles incitant au trouble à l’ordre public, et invitant la population à se rebeller ». Le net-citoyen, Vahid Asghari, est le principal accusé dans ce dossier de « démantèlement de réseaux ». Le jeune-homme a 24 ans, étudiait l’informatique en Inde et a été arrêté le 11 mai 2008 à l’aéroport de Téhéran pour possession de plusieurs cartes de crédit. Deux ans après son arrestation, il est toujours en attente de son verdict. Hébergeur de sites dont ceux d’opposants iraniens, Vahid Asghari est en cellule d’isolement depuis sept mois, victime de mauvais traitements et tortures pour lui extorquer un délit : être l’organisateur d’un réseau pornographique blasphémant l’islam et critiquant le régime en vue de pervertir la jeunesse iranienne.

Le blogueur Hossein Derakshan a, quant à lui, été arrêté par les Gardiens de la Révolution le 1er novembre 2008 et est depuis maintenu en détention en attente de son verdict, après avoir comparu dans un procès non équitable. Victime d’un scénario monté de toutes pièces, il est accusé « d’insultes envers des responsables du régime et les textes sacrés de l’islam », alors qu’il avait clairement défendu les principes de la révolution islamique et la politique de Mahmoud Ahmadinejad. Il est une des victimes colatérales de la guerre fratricide entre les services de renseignements iraniens et les Gardiens de la Révolution. »Le Canada et l’ensemble de la communauté internationale doivent redoubler d’efforts pour obtenir des autorités iraniennes la libération de tous les journalistes emprisonnés », a déclaré Reporters sans frontières, qui rappelle que l’Iran figure sur la liste des « Ennemis d’Internet » établie par l’organisation. Neuf net-citoyens et vingt-six journalistes sont actuellement détenus dans le pays.

Publicités

Actions

Information

One response

24 09 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :