Nouveaux affrontements dans le Kurdistan Iranien

12 10 2010

HNS Infos, 12 octobre 2010 :

Selon les médias officiels iraniens et leurs « agences de presse » et l’une des agences de propagande officielle de la dictature l’agence Mehr news, cinq personnes, dont quatre policiers, ont été tués, et cinq autres policiers et quatre passants ont été blessés par deux hommes armés qui ont ouvert le feu sur une patrouille de police dans la ville de Sanandaj située dans la province ouest du Kurdistan iranien ce jeudi 7 octobre 2010. Cette ville se trouve près de la frontière avec l’Irak.

D’après un article publié par le site Freedom messenger, Ebrahim Kazeminejad, un commandant adjoint de la police provinciale, a été cité comme témoin confirmant le bilan de l’attaque contre cette patrouille des forces répressives iranienne à Sanandaj. [1]

Ebrahim Kazeminejad a déclaré aux médias du régime : « ce 7 octobre à 17 heures 10, deux assaillants appartenant à des groupes contre-révolutionnaires ont tiré sur une patrouille et des passants sur la place Azadi de Sanandaj ; quatre policiers et un passant ont été martyrisés, dans cet acte de terrorisme ».

Dans cette région du Kurdistan iranien, il y a régulièrement des affrontements armés avec les guérilleros du Pjak ou Parti pour une vie libre au Kurdistan, un mouvement de résistance né au printemps 2004 qui se bat contre la dictature et d’autres groupes de résistances comme le Komalah. Avec cette nouvelle attaque qui s’est déroulée comme pour les attaques qui ont eu lieu à Mahabad et dans la ville de Saghez au mois de septembre 2010, le régime s’est empressé de nouveau de dénoncer le PJAK et le Komalah, qui n’ont pour le moment pourtant pas revendiqué cette attaque. [2]

Début Septembre déjà les forces répressives de sécurité iraniennes prétendaient avoir tué quatre membres d’un autre groupe de résistance proche du Komalah. [3]

Le 9 mai 2010 les forces répressives iraniennes avaient pendu 9 personnes, dont une femme, dans la prison d’Evin, principalement originaires de la région du Kurdistan iranien, personnes qui avaient été accusées par la dictature d’êtres des membres ou des proches du Pjak et du Komalah.

Malgré ces exécutions barbares, l’impérialisme américain considère toujours le PJAK comme une organisation « terroriste ».

Lire aussi le communiqué du Pjak condamnant et déniant toutes responsabilités dans les Attentats de la ville de Mahabad en septembre 2010 :

L’Iran est derrière l’explosion de Malabad – Déclaration d’un militant du PJAK

27 septembre 2010

Le régime théocratique d’Iran a appliqué toutes les méthodes possibles dans sa lutte contre le mouvement de résistance kurde dans le Kurdistan de l’Est. Mais aucune de ces méthodes inhumaines et vicieuses pour dissuader le peuple kurde de poursuivre ses objectifs n’a jamais réussi. Il semble qu’une autre méthode brutale du régime iranien ait été mise en avant. Le mercredi 22 Septembre 2010 une bombe a explosé dans la ville de Mahabad. Elle visait un défilé militaire de l’IRG et ses Pasdarans qui passait dans cette ville. L’explosion a causé la mort d’innocents et a été condamnée aussitôt, par tous les partis politiques kurdes de l’Est du Kurdistan. Seulement quelques heures après l’attentat, les responsables iraniens nous affirmaient qu’ils avaient arrêté les auteurs présumés .

Quelques jours plus tard, les autorités iraniennes nous ressortent une autre déclaration en totale contradiction avec ses premières déclarations prétendant qu’ils auraient tués les assaillants alors qu’ils tentaient de s’échapper de la ville. Comme d’habitude, le régime iranien rejette la faute sur des « éléments étrangers » qu’ils appellent des « anti-révolutionnaires » qui chercheraient à renverser la « révolution islamique ». [4]

Ce qui me frappe ici, c’est la divergence entre les deux déclarations du régime publiées en seulement l’espace de quatre jours. Dans le premier récit ils ont affirmé que les auteurs avaient étés arrêtés quelques heures après l’explosion, mais quelques jours plus tard ils ont affirmé qu’ils les avaient pourchassés et tués en dehors de la ville.

C’est bien ce que les responsables iraniens avaient l’intention de faire avec les auteurs mais aucune de leurs déclarations n’est claire. Le scénario possible est qu’ils avaient probablement envie d’amener leurs propres agents maquillés en guérilleros kurdes sur une de leurs émissions de télévision et qu’ils auraient présentés comme les auteurs de l’attentat de Mahabad pour affirmer qu’ils étaient des agents étrangers ou des membre d’un parti politique kurde. C’est un scénario que le régime iranien a fait en de nombreuses occasions. La ferme condamnation de l’explosion par les partis politiques kurdes ainsi que certains pays étrangers, y compris les États-Unis et la seconde déclaration publiée le dimanche 26 par les partis politiques kurdes, ont rayé cette possibilité de le faire pour le régime iranien. Quelques jours après l’incident, Muhammad Pakpour, un général Iranien de l’IRG (le corps d’armée des Pasdaran, Ndr) avait déclaré qu’ils « avaient exécuté les terroristes, réussi à les détruire ». Si les auteurs étaient des agents israéliens, américains ou des agents Baasistes irakiens revendiqués comme l’a prétendu le régime, pourquoi les autorités iraniennes n’ont-elle pas exposé leur identité au grand jour ? Tout ça montre très bien que cette explosion n’a pu qu’être organisée et planifiée par le régime iranien !

C’est l’objet de mon enquête, car que visent les objectifs du régime iranien par un tel acte de terreur ? Une autre question qui me vient à l’esprit est le lieu de l’explosion, pourquoi ont-ils choisi la ville de Mahabad, qui est le bastion historique des mouvements de libération kurdes ? Mahabad fut la capitale de République du Kurdistan en 1946 ; cette ville a joué un rôle important dans l’histoire de la résistance kurde ; cet acte n’a que pour but évidemment d’attirer l’attention internationale sur la « République islamique » qui veut se faire passer pour victime. Le régime iranien a un certain nombre d’objectifs tordus dans la région, tout est pour lui servir de prétextes pour bombarder des civils innocents dans la région. Car les agents du régime iranien n’ont pas encore oublié le souvenir amer de la grève générale kurde glorieuse du 13 mai 2010 qui s’était déclenchée pour protester contre l’exécution des cinq militants politiques kurdes et de quatre autres militants et prisonniers politiques iraniens le 9 mai 2010 dans la prison d’Evin. Le régime veut donc faire passer cette explosion dans la ville de Mahabad comme un acte de vengeance du peuple Kurde innocent et il ne vise ainsi qu’à tenter de saper l’unité de la société civile kurde.

Deuxièmement, ils veulent encore militariser le Kurdistan et mener à bien l’exécution d’autres prisonniers politiques dans la région. Ils ont depuis longtemps identifié cette zone comme une zone de sécurité du Kurdistan, pour tenter de légitimer leur guerre meurtrière contre le peuple kurde. Tout ce à quoi nous pouvons nous attendre dans les prochaines semaines et les mois à venir sera une nouvelle vague de poursuites d’arrestations arbitraires de militants civils et politiques, ainsi que l’envoi de troupes supplémentaires de l’IRG et de Pasdarans dans cette zone déjà sur-militarisée du Kurdistan iranien.

Troisièmement, le régime iranien cherche à se détacher despotiquement de la population locale pour isoler le mouvement de résistance kurde qui lutte pour ses droits. Le régime iranien rêve et imagine que ses propres activités terroristes dans la région puissent mettre un blâme sur le mouvement de résistance kurde. Les personnes qui ont été ciblées par la bombe meurtrière étaient pour la plupart des Kurdes de la tribu Mangours, qui étaient bien connue parmi le reste du peuple kurde pour sa collaboration avec le régime iranien. Certains de ces gens de la tribu Mangour sont connus pour avoir cédé et déposé les armes devant la dictature ; par contre ce qui embarrasse le régime c’est que ce ne soient pas tous les Mangours qui aient cédé et que, depuis, beaucoup d’entre eux ont de nouveau repris le chemin des maquis et de la résistance. Par cet acte, l’Iran a essayé de déstabiliser cette tribu pour l’obliger à rester dans son giron en prétendant qu’il allait les « protéger ».

Il ne faut pas oublier que les partis politiques kurdes ont toujours résisté contre ce régime dictatorial dès le début de la révolution islamique en 1979, que les maquis et groupe de résistance n’ont jamais pris pour cible les populations civiles innocentes. En fait, les groupes d’opposition kurdes du Kurdistan iranien étaient très développés et organisés au cours de la révolution de 1979 et ils ont été obligés d’abandonner les villes kurdes quand le corps d’armée de la Garde révolutionnaire iranienne et ses Pasdarans ont progressé dans nos villes [5] (massacrant tout sur leur passage et faisant des milliers de victimes au cours des années 1979 et jusqu’à à la fin des années 1980, ndr).

L’histoire peut témoigner que nos groupes révolutionnaires Kurdes ont toujours fait tout pour éviter les victimes civiles. Nos groupes révolutionnaires kurdes ont payé le prix fort dans les répressions faites contre eux par la « révolution islamique ». Nous nous sommes toujours battus pour sauver et défendre les civils de la région, quand l’IRG et ses Pasdarans nous massacraient. Pour conclure au sujet de l’explosion de cette bombe dans la ville de Mahabad, nous disons que cette ville a toujours été le fief du mouvement de la résistance kurde. Mahabad est le cœur historique de la résistance dans l’Est du Kurdistan. Si le régime iranien veut et espère prendre le contrôle la ville par un tel acte de terreur, nous lui disons qu’il a dangereusement et très mal calculé ses plans.

Quatrièmement, le régime iranien cherche à attirer l’attention des politiciens et des gens de ligne nationaliste dure en Turquie, des gens en Turquie qui n’ont jamais voulus dialoguer pour résoudre la question kurde. L’explosion a été un autre signal et un message iranien envoyé à la ligne dure turque. Ce n’est pas la première fois que l’Iran envoie un message au gouvernement turc pour illustrer son approche militaire de la question kurde et qu’il essaye de rentrer ainsi dans ses faveurs .

Si le 9 mai 2010 le régime iranien a exécuté cinq militants kurdes, c’était bien avec l’espoir de mettre la Turquie dans une coalition anti-kurde très dure.

Néanmoins, l’exécution des prisonniers politiques kurdes s’est montrée totalement contreproductive pour le régime iranien à cause de la solidarité internationale et de celle du peuple iranien avec nos prisonniers exécutés. [6] A tel point que le régime a été obligé d’admettre plus tard qu’il s’agissait d’une énorme défaite pour lui. Pour finir, nous disons que cette nouvelle tentative de déstabilisation faite avec cet attentat de Mahabad fera qu’une fois de plus le peuple Kurde ressortira encore plus uni dans sa résistance contre ce régime.

Notes

[1] http://freedomessenger.com/?p=12575

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_…

http://www.pjak.org/english.php

[3] https://iranenlutte.wordpress.com/20…

http://www.hns-info.net/spip.php?ar…

[4] Complètement désorienté par les communiqués du PJAK et du Komalah condamnant l’attentat de Mahabad le régime a fini par la suite par inventer ensuite le nom d’un groupe de « terroristes séditieux d’origine sunnite et probablement venant d’Irak » totalement inconnu des observateurs internationaux et des iraniens eux même.

[5] Sur les massacre dans la région du kurdistan iranien au cours des années 1970-1980 voir les archives de https://iranenlutte.wordpress.com/

[6] Le 9 mai 2010, la dictature de Khameinei et Ahmadinejad faisait exécuter à Evin 5 prisonniers politiques ; parmi eux se trouvaient 4 Kurdes iraniens dont l’enseignant syndicaliste Farzad Kamangar http://www.astreetjournalist.com/20…


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :