Les deux journalistes allemands « avouent une infraction »

15 10 2010

Dépêche AFP, 15 octobre :

Les deux Allemands arrêtés en Iran alors qu’ils interviewaient le fils d’une Iranienne condamnée à mort par lapidation pour adultère, « ont reconnu avoir commis une infraction », a indiqué le procureur général iranien dans une déclaration publiée vendredi.

L’Iran a annoncé l’arrestation lundi des deux Allemands dont l’identité n’a pas été révélée. Mais il s’agirait d’un journaliste et d’un photographe qui voulaient réaliser un entretien avec le fils de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, en faveur de laquelle la communauté internationale s’est fortement mobilisée.

Son fils, Sajjad, 22 ans, a multiplié interviews et appels auprès de médias et de gouvernements à travers le monde en faveur de sa mère âgée de 43 ans et détenue dans une prison de la ville de Tabriz dans le nord de l’Iran.

« Ces deux accusés (allemands), venus à Tabriz avec la coordination de groupes politiques hostiles basés à l’étranger, ont reconnu avoir commis une infraction », a déclaré Gholam-Hossein Mohseni-Ejei, cité par l’agence officielle Irna.

Selon une autre agence, Fars, le procureur a expliqué qu’ils « sont venus à Tabriz avec un visa touristique, se sont présentés comme journalistes sans avoir de document pour le prouver, et sont entrés en contact avec la famille de Sakineh Mohammadi-Ashtiani ».

« Ils ont reconnu qu’user faussement du titre de journaliste était une infraction », a-t-il précisé.

A Berlin, un porte-parole des Affaires étrangères a dit que les diplomates allemands basés en Iran n’avaient toujours pas réussi à entrer en contact avec les deux détenus, refusant de commenter les déclarations du procureur iranien. Il a ajouté que les efforts continuaient pour obtenir leur libération.

Selon IRNA, le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a rencontré vendredi son homologue allemand Guido Westerwelle à Bruxelles, en marge d’une réunion des « Amis du Pakistan démocratique ».

M. Westerwelle a demandé à son interlocuteur que les deux Allemands « bénéficient de la bonté islamique » et soient libérés. M. Mottaki a répondu que « leur dossier sera examiné dans le cadre de la loi », a ajouté l’agence.

Le ministre allemand avait affirmé mardi que son gouvernement « s’efforçait de faire en sorte que ces deux personnes rentrent au plus vite en Allemagne ».

Le ministère iranien des Affaires étrangères a accusé les deux Allemands d’être « liés à des groupes contre-révolutionnaires ».

La militante Mina Ahadi, porte-parole du Comité international contre la lapidation basé en Allemagne, qui avait organisé la rencontre avec le fils de Mme Mohammadi-Ashtiani, avait dit craindre que ce dernier ainsi que son avocat Houtan Kian n’aient été arrêtés dimanche, en même temps que les journalistes.

L’Iran a annoncé début juillet que la condamnation à mort par lapidation Sakineh Mohammadi-Ashtiani avait été « suspendue » et que l’affaire était en cours de réexamen par la justice.

L’Iranienne a été condamnée en 2006 puis en 2007 à dix ans de prison pour participation au meurtre de son mari avec l’un de ses amants, et à la lapidation pour plusieurs adultères, selon les autorités.


Actions

Information

One response

18 10 2010
Iran/ Le temps ne fait rien à l’affaire. - WARRIOR IS A GIRL - Blog LeMonde.fr

[…] Les deux journalistes allemands « avouent une infraction » Deux exécutions à Ahvaz […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :