Dernier message de Shahla Jahed au monde depuis la prison Evin

30 11 2010

Comité International Contre la Lapidation, 30 novembre 2010 :

Shahla Jahed m’a appelée aujourd’hui depuis la célèbre prison Evin. Alors que Shahla voulait remercier les efforts faits au niveau mondial pour sauver sa vie, elle a dit avoir reçu l’ordre d’exécution de sa peine et qu’elle s’attend à être pendue demain.

Je prie tous les gens du monde, tous les partis et organisations et tous les gouvernements à utiliser toutes leurs forces pour arrêter l’exécution de Shahla. Le moment est critique.

Lire le reste de cette entrée »





Action à Toronto contre les exécutions

29 11 2010

Action organisée le 27 novembre à Toronto (Canada) contre les exécutions en Iran, en particulier en solidarité avec Shahla Jahed :

Lire le reste de cette entrée »





Situation critique pour Zeinab Jalalian

28 11 2010

Mission Free Iran indique le 26 novembre que selon des nouvelles de la presse, la situation de Zeinab Jalalian, prisonnière politique kurde condamnée à mort, est critique dans les couloirs de la mort. On lui refuse des soins médicaux et Mission Free Iran appelle a redoubler d’efforts pour elle.

Née dans le sud du Kurdistan à Makou City, Zeinab Jalalian (زینب جلالیان) a été arrêtée au milieu de l’année 2008 à Kermanshah. Présumée d’être membre du Party for a Free Life in Kurdistan (PJAK), elle a été internée pendant huit mois sous la torture dans les prisons des services de renseignements, le Vevak. Le 14 janvier 2009, la Cour révolutionnaire l’a condamnée à mort en sept minutes, sans qu’elle ait eu d’avocat à ses côtés.

Lire le reste de cette entrée »





Action à Londres contre l’exécution de Shahla Jahed

28 11 2010

Le 27 novembre, Iran-Solidarity a organisé une action à Londres contre l’exécution de Shahla Jahed.





Plénum du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran

28 11 2010

Les 27 et 28 novembre s’est tenu un plénum du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Le plénum s’est félicité du succès de la campagne pour la libération de Sakineh, tant à l’étranger qu’en Iran. La propagande du régime qui a « dénoncé » Mina Ahadi, membre du PCOI, comme « communiste » a montré, en Iran même, que les communistes sont aux premiers rangs de la lutte contre la République Islamique, son apartheid sexiste et ses atrocités comme la lapidation. Cette propagande du régime contre une de nos camarades a finalement eu l’effet inverse puisqu’il a mis en avant le PCOI comme un des principaux ennemis du régime islamiste d’Iran. A cause des pressions venant de la campagne pour la libération de Sakineh, le régime a lui-même fait connaître dans des millions de foyers en Iran une militante communiste comme une des ennemies les plus résolues du régime d’oppression.

Le PCOI a abordé la situation actuelle en Iran, où, si les manifestations de masse de 2009 sont terminée nous sommes loin d’une situation comme celle du Chili de Pinochet où la population serait défaite par une dictature militaire. Il y a certes une pause, mais nous n’assistons pas à la fin, bien au contraire, du mouvement révolutionnaire en Iran. La population en général et la classe ouvrière en particulier attendent de nouvelles opportunités pour descendre dans les rues et affronter le régime. Le soulèvement de 2009 a démontré, dans les faits, que la société iranienne n’a rien à voir avec le régime qui l’opprime, en particulier sa jeunesse et les femmes qui ont été aux premiers rangs dans la lutte contre la République Islamique et qui restent prêts pour les luttes à venir. Dans un exposé, le camarade Hamid Taqvaee a rappelé que le marxisme n’était pas une idéologie pour convaincus, mais un outil pour transformer la société. Il a rappelé que le communisme était justement selon Marx le mouvement réel qui abolit l’ordre des choses existant et que le rôle des communistes est bien d’organiser ce mouvement réel qui existe indépendamment des partis et des organisations dans la lutte quotidienne des travailleuses et des travailleurs contre la bourgeoisie, pour lui permettre de vaincre et de mettre en avant son alternative face à l’oppression. On vient au communisme d’abord par révolte contre le monde tel qu’il est et parce que le marxisme permet de trouver le moyen d’en finir avec l’oppression et non par idéologie. Qu’importe finalement l’idéologie du travailleur qui se met en grève, même s’il prie cinq fois par jour, par son action contre la bourgeoisie, il participe déjà au mouvement de sa classe pour le communisme. La discussion a ainsi mis en avant la nécessité pour le Parti de s’adresser à la société et de la mobiliser face à la bourgeoisie. Et dans les protestations de rues comme celles de 2009 et celles à venir, les communistes ont un grand rôle à jouer, puisque c’est bien les manifestations pour la liberté et l’égalité, les protestations dans la rue, qui sont le milieu le plus favorable aux communistes. Le Parti ne doit ainsi pas être l’organisation pour les périodes de paix sociale où l’on organise des campagnes, mais aussi et surtout l’organisation des périodes d’agitations et de révolution. Si un vieux mot d’ordre du mouvement ouvrier dit « agitation, éducation, organisation », il faut pouvoir le remettre en cause. Le travailleur qui se met en grève n’a pas besoin d’agitation pour savoir que son salaire n’est pas suffisant pour vivre, et la première tâche des communistes est justement d’abord d’organiser ce mouvement réel, qui existe e, Iran comme ailleurs, face à la bourgeoisie, de faire de chaque lutte un terrain pour préparer la lutte à venir jusqu’au renversement de la République Islamique et de la bourgeoisie.

Lire le reste de cette entrée »





Rassemblement à Paris le 4 décembre

28 11 2010

Paris : Appel au rassemblement

Pour protester contre les arrestations massives des travailleurs de « Société du Transport de Téhéran » en Iran ;
Pour la libération des travailleurs emprisonnés et tous les prisonniers politiques;
Pour soutenir les luttes des travailleurs en Iran contre la politique néo-libérale sans relâche du régime Islamique;
Pour condamner la terreur d’Etat Iranien, les arrestations et les exécutions des opposants du régime ;
Pour attirer l’attention des medias à leurs sorts ;

Lire le reste de cette entrée »





Khezri Hossein, militant politique kurde iranien condamné à mort

26 11 2010

Hossein Khezri est âgé de 28 ans ; c’est un activiste politique kurde iranien qui a été arrêté à Kermanshah le 31 Juillet 2008, par la branche Nabi Akram de la Sepah.

Hossein Khezri a souffert de tortures physiques et psychologiques inhumaines pendant de long mois il a particulièrement souffert pendant son interrogatoire qui a duré 49 jours lorsqu’il était détenu dans le centre de détention de Kermanshah. Un interrogatoire d’une telle violence que sa vue est maintenant touchée et que Hossein est quasiment aveugle. Le 11 mai 2009, il a été transféré à la prison Orumiyeh (située dans l’ouest de la province de l’Azerbaïdjan iranien).

Hossein Khezri a été reconnu coupable des accusations de Moharebeh «inimitié contre Dieu» et «mise en danger à la sécurité d’État». Les accusations ont été confirmées par la branche 10 de la Cour d’appel du «tribunal révolutionnaire » de la province de l’Azerbaïdjan occidental et la peine de mort a été confirmée par la branche 31 de la Cour suprême de la justice iranienne.

Lire le reste de cette entrée »





Espoir de sauver Sakineh

26 11 2010

Iran Solidarity, 24 novembre 2010 :

La campagne internationale pour sauver Sakineh continue de toutes ses forces.

Aujourd’hui (NdT : 22 novembre), Mohammad Javad Larijani, responsable du conseil des droits humains de la République Islamique d’Iran, a annoncé via Press TV qu’il y avait de fortes chances que la vie de Sakineh soit sauvée. Mais vu les déclarations contradictoires de différents fonctionnaires du gouvernement de la République Islamique, personne ne peut être absolument certain que la vie de Sakineh sera sauvée. Les commentaires de Larijani peuvent être interprétée comme le fait qu’il y a une chance, et actuellement la pression sur la République Islamique ne doit pas être réduite une seule seconde.

La campagne internationale pour sauver Sakineh a commencé il y a six mois et elle a empêché la République Islamique de lapider Sakineh à mort. Larijani avait dit auparavant que Sakineh avait des visites hebdomadaires de ses enfants et qu’elle n’était pas sous pression, alors qu’en réalité, Sakineh avait été fouettée et mis en isolement. En fait, Larijani mentait sur la situation de Sakineh pour élever la réputation de la République Islamique d’Iran.

Lire le reste de cette entrée »





La femme dans la vie et dans la mort : De Frederick West à Anthony Kennedy

24 11 2010

Article de Mansoor Hekmat publié pour la première fois en avril 1994 dans « International« , journal du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Si cet article se base sur des faits qui ont eu lieu en Grande-Bretagne en 1994, l’analyse qui en est faite est pertinente plus de 10 ans après et dans le monde entier. Nous publions cette traduction à l’occasion de la Journée Internationale contre les Violences Faites aux Femmes.


La Femme dans la vie et dans la mort : De Frederick West à Anthony Kennedy

Une nouvelle horrible a assommé la Grande-Bretagne début mars (1994). Dans l’humble cité historique de Gloucester, célèbre pour ses cafés cosy et sa cathédrale du 11ème siècle, on a découvert une maison qui est devenue la tombe pour les corps des victimes de meurtres mystérieux qui ont eu lieu ces 25 dernières années. A la mi-mars, neuf corps ont été retrouvés sous le plancher de la cave, dans le jardin et sous le sol de la salle de bain de la maison située au 25 rue Cromwell, qui a été surnommée « la maison des horreurs ». La police estime que, sur la base d’indices comme le nombre de personnes disparues dans la région ces dernières années, le chiffre pourrait monter à plus de 30 corps.

A chaque corps déterré, quiconque a un proche disparu ces dernières années retient son souffle. Avec cette découverte macabre, la foule des journalistes, des touristes et des curieux qui campent à l’extérieur, avec leurs appareils photos et leurs pic-niques, grossit. Les voisins louent des « vues » depuis leurs fenêtres. tout le monde, selon sa profession et sa spécialité, dit quelque chose : le maire de Gloucester pleure la « mort d’une ville ». Un journaliste « scientifique » est fasciné par la technologie des radars des détecteurs de mines militaires qui viennent de la guerre des Malouines, maintenant utilisés par la police comme outil principal pour leurs recherches. Alors que les experts médico-légaux de la police tentent d’identifier les victimes avec des tests d’ADN et des reconstructions faciales, les psychologues luttent pour comprendre la pensée et l’imagination de l’assassin. Quelle créature, quel individu malade et tordu peut commettre de tels crimes ? Que le coupable doit être « malade » est un postulat commun. En effet, comme l’a avancé un médecin légiste dans un cas similaires aux Etats-Unis, comment le coupable d’un tel « crime anormal » pourrait être une personne normale ?

Frederick West,le propriétaire et habitant âgé de 52 ans de la maison, a été arrêté et accusé de ces meurtres. De nombreux psychanalystes vont sans doute plonger dans les profondeur de son cerveau et publieront des livres sur la bases de leurs hypothèses. Mais il y a un point, qui vient et disparaît comme une simple phrase dans les rapports de la police et des journalistes, un point réel qui va au-delà du meurtrier et de son monde privé : toutes les victimes de ses crimes étaient des femmes.

Lire le reste de cette entrée »





Propagande du régime contre Mina Ahadi

23 11 2010

Film de propagande de la télévision d’Etat de la République Islamique d’Iran contre Mina Ahadi et la campagne internationale pour sauver Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à la mort par lapidation.

Dans le film, Sakineh, son fils et les deux journalistes allemands, qui ont été arrêté avec son avocat, font des confessions forcés contre eux-même, l’avocat de Sakineh et contre Mina Ahadi (en farsi traduit en allemand).