Une semaine de grève à l’usine de pneus Alborz

1 11 2010

Freedom Messenger, 1 novembre 2010 :

Environ 1.300 ouvriers d’une usine de pneus près de Téhéran sont toujours en grève depuis une semaine pour demander, entre autres, le paiement de plusieurs mois de salaires en retard selon les rapports de radio Farda et de RFE.

Les représentants des ouvriers de l’usine de pneus Alborz ont rencontré les fonctionnaires du ministère de l’industrie pour discuter de leurs revendications, mais les négociations ont été sans succès.

Les ouvriers disent qu’ils n’ont pas été payés depuis six mois, en plus de n’avoir pas reçu la prime pour la nouvelle année qui leur avait été promise.

Un ouvrier de l’usine a dit à la radio RFE qu’ils n’ont pas non plus reçu non plus les matières premières nécessaires pour continuer le travail. Les travailleurs considèrent que les problèmes financiers de l’usine s’aggravent depuis qu’elle a été privatisée il y a quelques années.

Les 25 et 26 octobre, les ouvriers de l’usine ont mis le feu à des stocks de vieux pneus. Ils ont aussi menacé les fonctionnaires locaux de possibles blocages des routes autour de l’usine et qu’ils organiseraient un sit-in devant le bâtiment principal du ministère de l’industrie.

Javan Mir Moradi, membre du Syndicat Libre des Ouvriers d’Iran et responsable de l’Organisation des Ouvriers de la Métallurgie et de l’Electricité de Kermanshah, une ville à l’ouest de Téhéran, a dit à RFE :  « cela fait au moins dix ans qu’il y a des protestations et des grèves quasi-quotidiennes à travers le pays ».

Siamak Taheri,un journaliste de Téhéran, dit que ces protestations sont essentiellement dues au fait que les ouvriers ne reçoivent pas leurs salaires.

« Le salaire minimum est très bas en Iran. Environ 300.000 Tomans (300 $) par mois » explique Taheri. « Maintenant, imagine que dans une telle condition un ouvrier soit privé de son salaire pendant deux, trois et parfois six mois. Où une famille ouvrière peut-elle trouver de quoi subvenir à ses besoins ? Naturellement, la seule possibilité qui reste est de protester en tant que groupe ».

L’usine a vu de fréquentes grèves et protestations ces dernières années sur la question des salaires impayés.

Selon les rapports des médias, des protestations similaires ont eu lieu ces dernières semaines à travers l’Iran.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :