La campagne internationale pour libérer Sakineh continue

6 11 2010

Article publié dans l’édition de novembre de « Communisme-ouvrier », bulletin de l’Initiative Communiste-ouvrière :

Le lundi 1 novembre, nous avons appris que le tribunal surpême avait donné son feu vert pour l’exécution de Sakineh, cette femme de 43 ans condamnée à la lapidation pour adultère en Iran, aux autorités de la prison de Tabriz où elle est emprisonnée. L’arrestation, le 10 octobre, de son fils, Sajjad Ghaderzadeh, et de son aocat, Houtan Kian, avec deux journalistes allemands venant les interviewés avaient déjà montré la volonté du régime islamique de renforcer la pression sur Sakineh et celles et ceux qui la souteiennent en Iran. Très rapidement, une fois l’information de la possible exécution de Sakineh le 3 novembre, des milliers et des milliers de courriers de protestation sont allés vers les ambassades d’Iran, les autorités de la République Islamique, mais aussi les ministères des affaires étrangères d’Europe pour leur demander de faire pression pour empêcher l’exécution de Sakineh. Des rassemblements et des manifestations ont aussi été, dans l’urgence, organisé dès le 2 novembre à Paris, Berlin, Londres ou Washingtown. Des structures syndicales ont pris position et envoyé des courriers comme l’UL CGT Toulouse Sud, la CGT ADDSEA ou l’Union Syndicale SUD Solidaires en France. Le 3 novembre, en fin de matinée, nous avons appris avec soulagement que Sakineh n’avait pas été exécutée.

Mais la menace d’exécution plane toujours. Ainsi, le responsable du département de la justice d’Azerbaïdjan Oriental (province où se trouve la prison de Tabriz) a annoncé que le cas de Sakineh était en cours de « révision judiciaire ». Nous savons que pour la République Islamique, ce terme signifie que le régime attend le moment opportun pour appliquer une exécution. Un exemple célèbre est celui de la jeune Delara Darabi, condamnée à mort alors qu’elle avait 17 ans, et exécutée le vendredi 1er mai 2009 alors que son cas était « en révision judiciaire ».

La mobilisation internationale qui a jusque là permis de repousser l’exécution de Sakineh doit continuer, jusqu’à sa libération, et celle de son fils et de son avocat, et au-delà jusqu’à l’abolition définitive de la lapidation et de la peine de mort en Iran comme ailleurs.

Sur la base de différents communiqués du Comité International Contre la Lapidation
http://stopstonningnow.com/wpress/
Informations régulières sur l’Iran en français :
https://iranenlutte.wordpress.com/

Au sommaire de « Communisme-ouvrier n°3 » : La crise, c’est eux les capitalistes. La solution, c’est nous les travailleuses et les travailleurs – La campagne internationale pour libérer Sakineh continue – A propos de la lutte à Lyon et échos de Lille et Caen – Face à la stratégie répressive de l’Etat.

Cliquez ici pour lire et télécharger le bulletin en PDF


Actions

Information

One response

19 11 2010
20, 25 et 27 novembre : actions pour la libération de Sakineh, Shahla Jahed, Sajjad, Houtan et les avocats emprisonnés « Révolution en Iran

[…] Sakineh Mohammadi Astiani vit toujours avec le cauchemar de l’exécution et de la lapidation en prison. Son fils Sajjad et son avocat Houtan Kian ont été arrêtés et torturés. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :