Un blogueur libéré mais un autre maintenu en prison

17 11 2010

IFEX, 17 novembre 2010 :

Reporters sans frontières a appris, le 12 novembre 2010, la libération du blogueur Mehdi Khazali, en attente de son procès, après avoir versé une caution de 200 millions de tomans (150 euros). Arrêté le 13 octobre 2010, à l’issue de sa convocation par la 4e chambre du parquet de Téhéran, il était depuis incarcéré dans la section 209 de la prison d’Evin. Mehdi Khazali est le fils de l’ayatollah Abolghasem Khazali, membre influent, depuis une trentaine d’années, du Conseil des gardiens de la Constitution iranienne.

Depuis un an, Mehdi Khazali critiquait sévèrement sur son site « Baran » ( http://www.drkhazali.com/ ) la politique gouvernementale et le chef de l’Etat Mahmoud Ahmadinejad. Il a été accusé d' »action contre la sécurité nationale » et de « publication de fausses informations destinées à troubler l’ordre public ».

Lire le reste de cette entrée »





Sakineh : « Confessions » télévisées de l’entourage

17 11 2010

Arrêt sur Image, 17 novembre 2010 :

Nouvelles confession télévisées pour Sakineh Mohammadi Ashtiani, Iranienne de 43 ans condamnée à la lapidation pour “relation illégale”. Pour la première fois, son fils Sajjad Ghaderzadeh, 22 ans, son avocat Javid Houtan Kian, ainsi que deux journalistes allemands, dont on n’avait plus aucune nouvelle depuis leur arrestation il y a un mois , ont également été contraint à des confessions télévisées. Armin Arefi, journaliste franco-iranien, décrypte sur son blog Dentelles et Tchador les images de cette émission.

Dans le reportage, Sakineh, dont le visage est flouté, s’accuse à nouveau d’avoir été “pécheresse”, et confesse à nouveau qu’elle a joué un rôle dans le meurtre de son mari. “Il m’a demandé de l’aider à tuer mon mari. Il m’a promis de m’offrir une vie plus libre, mais je me suis fait avoir”, confesse Sakineh.

« Soit les mêmes arguments avancés la semaine dernière par le procureur général de l’Iran, Gholam Hossein Mohseni Ejeie, en réponse à la vague de mobilisation internationale mise en œuvre suite à l‘annonce de l’exécution imminente de Sakineh par pendaison pour le 3 novembre dernier », analyse Arefi.

Lire le reste de cette entrée »