L’émission de Press TV est une condamnation de la République Islamique !

15 12 2010

Communiqué du Comité International Contre la Lapidation et du Comité International Contre les Exécutions, 10 décembre 2010, à propos de l’émission de Press TV sur Sakineh :

Press TV, une station de télévision en langue anglaise parrainée par la République Islamique d’Iran, a diffusé une émission à propos de Sakineh Mohammadi Ashtiani le 10 décembre 2010. Cette émission est un document qui, pour tout être humain juste et décent et pour toute organisation ou institution qui respecte les droits humain et la dignité humaine, sert de base pour une claire condamnation de la République Islamique d’Iran. C’est un document qui démontre à quel point la propagande du régime est en faillite moral et désespérée dans ses tentatives de défendre ses crimes devant le reste du monde.

C’était un show contre une femme qui est en prison et qui devait être lapidée à mort, une condamnation à la lapidation qui a été stoppée par le soutien et la condamnation internationale, et qui est toujours menacée d’exécution par pendaison. C’est une femme qui est privée de tout contact et de toute communication avec le monde extérieur à la prison, dont le fils et l’avocat sont eux-mêmes détenus, qui n’a aucun soutien proche, et qui dans ces circonstances a été forcée d’apparaître devant les caméras de télévision pour s’accuser elle-même avec de faux aveux. Qui peut regarder ce show et ne pas voir la mascarade du régime de la République Islamique et ses fourbes intentions, ne pas être écœuré et en colère ?

Les experts judiciaires, le département du renseignement et les diplomates du régime, ainsi que les directeurs et producteurs de Press T, ont travaillé pendant des mois sur ce projet. Ils ont travaillé pour ”prouver” que Sakineh était complice d’un meurtre, une prostituée qui trompait son mari, pour présenter Mina Ahadi et son actuel mari comme des traitres et des terroristes, pour discréditer les avocats de Sakineh et remettre en cause la validité de leurs arguments, et tout cela dans une tentative de redorer le blason et de justifier leur propre système judiciaire discrédité et tombé en disgrâce. En fait, avec ce programme, la République Islamique d’Iran a carrément avoué comment elle fabrique des dossiers contre des prisonniers sans défense, sur quelles bases elle les exécute et les lapide. Ce programme a montré combien le régime nie les droits fondamentaux des femmes et à quel point ces lois pourries et à vomir travaillent contre elles. Il a affiché l’inhumain traitement des prisonniers. Ce document était une condamnation contre ce régime.

Il y a eu une autre émission de 90 minutes diffusée la nuit précédent la diffusion par Press TV par la télévision de la République Islamique en langue farsi, un autre effort désespéré du régime.

Voici plusieurs aspects importants du spectacle de Press TV :

1 – Le spectacle était un aveux d’un crime horrible commis par le régime dans les années 80. La République Islamique a admis avoir exécuté Esmail Yegane-Doost, le mari de Mina Ahadi. A cette époque, la République Islamique n’a pas seulement arrêté Esmail, mais aussi des centaines de milliers d’opposants. Des dizaines de milliers d’entre eux ont été torturés avec des méthodes moyen-âgeuse ou ”jugés” lors de procès de quelques minutes (1). Des femmes enceintes comme des adolescents de 14 ou 15 ans ont été exécutés par des escadrons de la mort qui avaient même l’audace de demander aux familles des victimes l’argent que le gouvernement avait dépensé pour les balles qui avaient tué leurs proches. Ils n’avaient ni d’avocat ni même commis un crime. La République Islamique les accusait de terroristes et d’ennemis de Dieu et les livrait aux escadrons de la mort. En conséquence, Mina Ahadi et des centaines de milliers d’autres ont fuit le pays ou se sont réfugiés dans les zones libres du Kurdistan pour continuer leur combat contre ce régime.

2 – Le gouvernement islamique a admis que Sakineh n’a pas d’avocat. Un de ses avocats a fuit le payer et l’autre avocat est maintenant en prison. Et alors qu’on lui interdit tout contact avec le monde extérieur, son seul plus grand soutien, son fils, est maintenant lui aussi en prison. Cela a démontré comment le régime l’a privée de son dossier pour manipuler et le reconstruire à son goût, et dans quelles circonstances Sakineh a été forcée d’avouer contre sa volonté. Ce spectacle a tenté de brosser le portait de Sakineh comme une tricheuse, une prostituée et la complice du meurtre de son mari, sans lui permettre d’avoir une défense juridique. Son fils, Sajjad, son avocat, Houtan, et les deux journalistes du journal ”Bild” n’ont eux aussi pas d’avocats pour les représenter légalement et les défendre.

3 – La reconstitution de la scène du meurtre était si boiteuse qu’elle aurait pu faire rire même un enfant de 10 ans. Dans le spectacle, un homme nommé Issa Taheri appelle Sakineh à la maison et dit qu’il viendra aujourd’hui tuer son mari. Il explique tout le plan du meurtre au téléphone et ensuite, avec l’aide de Sakineh, exécute son plan. Le spectacle ne montre aucune référence à l’action du principal assassin, Issa Taheri (2).

4 – Dans le cadre de la reconstitution de la scène du meurtre, Sajjad (le fils de Sakineh) est forcé de joué le rôle de son défunt père (cela en reconstituant la scène avec sa propre mère) ; elle injecte à son fils des anesthésiants que (selon ce que Sakineh est forcée à dire) lui a donnés Issa Taheri. Seuls les criminels du régime sont capables d’une mise en scène aussi inhumaine et dégoutante. Ces scènes ont été réalisées et produites pour apparaître devant un public européen. On peut alors imaginer ce que peut faire ce gouvernement avec d’autres prisonniers !

5 – Ce qui suit est ce qui constitue le crime selon le système judiciaire islamique :

Le crime de Sakineh : être une femme, avoir une relation ou une liaison extra-conjugale avec un autre homme et trompé son mari ce que le régime a considéré comme de la prostitution et c’est pour cela que Sakineh a été condamnée à 99 coups de fouet et à 10 ans de prison, puis condamnée à la plus ignoble des torture : la mort par lapidation et par être enterrée vivante. Ensuite, suite aux pressions internationales, lorsque le régime n’a pas pu appliquer la peine de lapidation (pour ce non-crime qu’est l’adultère), ils ont décidé de voler son dossier dans le bureau de son avocat afin de fabriquer des preuves pour pouvoir l’accuser de complicité de meurtre de son mari, ouvrant ainsi la possibilité de la condamner à mort par pendaison. Leur action montre clairement à quel point les femmes sont sans défense devant l’appareil judiciaire et à quel point le pouvoir de la loi sous la République Islamique est rétrograde et inhumain.

Le crime de Sajjad : Avoir contacté et avoir communiqué avec Mina Ahadi, trouver un avocat pour aider sa mère et essayer de sauver sa mère de la lapidation ou de l’exécution par pendaison.

Le crime d’Houtan : Avoir permis l’accès du dossier de Sakineh aux médias pour la sauver de la lapidation. Son crime a beaucoup mis la République Islamique pour modifier encore plus le dossier de Sakineh.

Les visages de Sajjad et de Houtan ont montré avec évidence que tous les deux ont été soumis à d’extrêmes pressions mentales et à des tortures physiques en prison.

Le crime des deux journalistes allemands : Voyager en Iran comme touristes et discuter avec Sajjad et Houtan pour aider à la libération de Sakineh. Quelques responsables du régime les accusaient d’espionnage, mais ils ont dû se rétracter. Puisque leur ”crime” est d’avoir contacté Mina Ahadi, Sajjad et Houtan, ces deux journalistes n’ont plus le droit de contacter quiquonque, y compris leurs familles. On leur a interdit les droits de visite, et, pour avoir commis leur ”crime”, ils ont été forcé de faire de faux aveux télévisés, ont été humiliés et détenus en prison sans la moindre accusation officielle portée à leur encontre.

6 – Finalement, ce spectacle est un aveux de la réalité que Press TV n’est pas un média indépendant mais une agence de publicité et une piéce montée pour la propagande du régime, en particulier de son système judiciaire et de son service de renseignement. Press TV est un partenaire pour les crimes de ces agences et est complice de tous les crimes commis par ces organismes. C’est une télévision parrainée par l’Etat et dot les journalistes sont en fait des accusateurs du système judiciaire, comme ceux des autres chaînes de télévision de la République Islamique.

Considérant ces faits mentionnés plus haut :

1 – Les Comités Internationaux Contre la Lapidation et les Exécutions condamnent fermement cette émission et encouragent tout le monde à la condamner.

2 – Le show de Press TV avait pour but de travailler contre Sakineh, Sajjad, l’avocat de Sakineh, Mina Ahadi, la campagne pour sauver Sakineh et les médias qui ont couvert cette campagne. Cependant, non seulement l’émission a échoué dans atteindre ses buts, mais elle a relevé le vrai visage inhumain de la République Islamique d’Iran aux gens à travers le monde, et cela dans des détails encore plus grands qu’avant. La République Islamique d’Iran n’a rien pu réalisé dans son intérêt avec ce show malgré tous ses efforts.

3 – Le show de Press TV offre une claire indication de l’innocence totale de Sajjad, Houtan et des deux journalistes allemands et l’absence de toute base dans le dossier contre Sakineh. Même sur la base des preuves présentées dans ce spectacle, et toutes les allégations avancées contre eux, tous les cinq sont innocents et doivent être libérés immédiatement et sans condition.

4 – Selon cette émission, ceux qui ont assassiné Esmail Yeganeh-Doost et des milliers d’autres prisonniers politiques sont les mêmes que ceux qui sont responsables de l’emprisonnement de Sakineh, des coups de fouet et du cauchemar de la mort par lapidation. Ils sont aussi responsables de l’emprisonnement et des tortures à l’encontre de Sajjad et Houtan et des abus et de l’emprisonnement des deux journalistes allemands. Ces assassins doivent être jugés et considérés comme responsables.

5 – Une fois encore, ce show révèle la nature inhumaine du système judiciaire de la République Islamique à tout le monde. La République Islamique, au long de ces 31 années de pouvoir, et sur la base d’un tel système, a emprisonné et/ou exécuté des milliers de gens et brutalement torturé des centaines de milliers d’autres. C’est sur la base d’un tel système qu’un grand nombre de militants de l’opposition, de militants ouvriers et étudiants, de défenseures des droits des femmes, d’avocats et de croyants d’autres religions, sont jetés en prison, torturé et privés de tout droit. L’émission de Press TV est une preuve absolue de la nécessité de renverser la République Islamique en tant que gouvernement terroriste et criminel.

Les Comités Internationaux Contre la Lapidation et les Exécutions et la Campagne pour Sauver Sakineh continuera la lutte de toutes ses forces. Le show de la télévision de Press TV est un document contre le scandaleux régime en Iran qui sera largement utilisé, le plus largement possible, pour renforcer nos efforts pour sauver Sakineh et les autres détenu(e)s, et pour abolir les peines brutales de la flagellation, de la lapidation et de l’exécution. Nous appelons les gens du monde entier à rejoindre la solidarité avec le peuple d’Iran dans sa lutte contre ce régime médiéval.

Comité International Contre la Lapidation
Comité International Contre les Exécutions
Porte-parole : Mina Ahadi minaahadi@aol.com 0049-177-569-2413

(1) Les procès de quelques minutes font référence à la procédure judiciaire qui se veut être un ”procès”, mais qui est en fait une mascarade de légitime audience judiciaire, et dont la preuve la plus claire est que ce processus ne dure pas plus d’une à deux minutes.

(2) Issa Taheri, qui a été condamné pour le meurtre du mari de Sakineh, vit maintenant libre parce que les enfants de Sakineh lui ont pardonné pour le crime d’avoir assassiné leur père.


Actions

Information

One response

2 01 2011
La condamnation à mort de Sakineh bientôt commuée ? « Révolution en Iran

[…] Le 10 décembre déjà, Press TV, la télévision officielle du régime en langue anglaise, avait fait une émission d’une heure sur Sakineh. Confronté à une vague de solidarité internationale avec Sakineh, la République Islamique […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :