Début de la suppression des subventions

19 12 2010

La suppression des subventions sur les produits énergétiques et de premières nécessités a officiellement commencé ce dimanche en Iran. Provoquant une hausse des prix, pour une population, en particulier les familles ouvrières, déjà particulièrement touchées par le chômage, les salaires impayés et les bas salaires, cette suppression des subventions est une nouvelle attaque de la bourgeoisie iranienne contre les travailleuses, les travailleurs et les classes populaires.

Queue devant une station service, Téhéran, 19 décembre

Dans une résolution sur la crise économique et la suppression des subventions, le Bureau Politique du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran appelle les militants ouvriers et progressistes d’Iran à intervenir sur cette question de la suppression des subventions selon le plan d’action suivant :

A- L’organisation de manifestations de masse contre la suppression des subventions, pour l’augmentation de ces subventions sur des produits de premières nécessités, la baisse des prix et l’organisation de refus collectifs de payer les factures d’électricité, de gaz ou de téléphone.

B- Alimenter une campagne de grande envergure sur la base du slogan « une vie décente est notre droit inaliénable », en avançant les revendications de hausses des salaires, une assurance-chômage adéquate, l’arrêt des licenciements et des contrats précaires et temporaires, et préparer les travailleurs à la mobilisation et à la grève pour les salaires et le bien-être de tous.

C- Dénoncer la République Islamique comme principale responsable de la suppression des subventions et lier la lutte économique des travailleurs contre la misère et la pauvreté à la lutte politique pour le renversement de la République Islamique.

D- Mettre en avant que les politiques d’austérité sont aujourd’hui la seule façon qu’a le capital pour se reproduire et développer la propagande pour le socialisme et pour une république socialiste.

Dépêche AFP du 19 décembre 2010 :

La plupart des Iraniens ont appris dimanche en se réveillant la forte hausse du prix des produits énergétiques, en particulier l’essence et le gazole, appliquée par le gouvernement dans le cadre d’un plan visant à supprimer les subventions directes.

Dimanche, des policiers étaient présents autour des stations d’essence pour éviter d’éventuelles violences comme cela avait été le cas en juin 2007 lors de l’annonce de quotas d’essence. Mais aucun incident n’a été signalé et la circulation était à son niveau habituel.

Samedi soir, le président Mahmoud Ahmadinejad a annoncé lors d’une intervention télévisée la mise en oeuvre du plan, qualifié de « chirurgie économique », en soulignant qu’il s’agissait du « plus grand et plus populaire plan économique du pays ».

Le gouvernement, qui a préparé l’opinion depuis plusieurs mois, a décidé d’appliquer ce plan pour rendre réels les prix des produits de première nécessité, malgré les mises en garde d’une partie des conservateurs contre les effets inflationnistes, l’augmentation du chômage et le risque d’éventuels troubles sociaux.

Mais dimanche, le président conservateur du Parlement Ali Larijani, qui a multiplié les critiques contre M. Ahmadinejad ces derniers mois, a déclaré que « l’application du plan avait besoin d’une volonté nationale et de la coopération de tous », selon l’agence Irna.

Avec ce plan, le prix de l’essence subventionné est multiplié par 4 et celui de l’essence non subventionné augmente de 75%.

Le prix du quota de 60 litres d’essence par mois accordé à chaque automobiliste est désormais de 0,40 dollar, contre 0,10 dollar auparavant. Au-delà de ce quota, les automobilistes devront payer le litre d’essence 0,70 dollar au lieu de 0,40 dollar précédemment.

Le prix du gazole est, lui, multiplié par 9, passant de 0,0165 dollar à 0,150 dollar.

Le gouvernement a précisé que le tarif du pain n’allait pas « augmenter pour le moment », mais une hausse pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

Les prix de l’électricité, de l’eau et du gaz vont, de leur côté, être multipliés entre trois et cinq, selon un système par palier tenant compte de la consommation des ménages.

« Ceux qui consommeront moins dépenseront moins », a déclaré Mohammad Reza Farzin, porte-parole du plan.

Les subventions directes coûtent à l’Etat quelque 100 milliards de dollars par an, selon les estimations officielles.

Dimanche, 175 députés sur un total de 290 ont remercié dans une lettre le président pour ce plan.

« L’application de cette loi, alors que les ennemis de la Révolution essaient de montrer que les sanctions (internationales) ont perturbé l’économie, prouve la stabilité économique » du pays, ont écrit les parlementaires.

Le principal quotidien économique Donaye Eghtessad a salué également ces mesures, dans un éditorial intitulé « Libération de la drogue protectionniste ».

« Libérer l’économie (du contrôle, ndlr) de l’Etat, des rentes, des subventions et des mesures protectionnistes sera à court terme difficile pour toutes les couches sociales, mais garantira dans le futur la prospérité » du pays, ajoute le journal.

Le gouvernement a pris des mesures depuis plusieurs semaines pour éviter tout dérapage des prix. Et pour compenser la hausse des tarifs, il a reversé une partie des économies attendues sous forme d’aide directe à la population.

Selon les chiffres officiels, quelque 60,5 millions d’Iraniens (sur 74 millions) reçoivent tous les deux mois 890.000 rials (89 dollars) sur leur compte bancaire, ce qui représente 2,5 milliards de dollars par mois pour le budget de l’Etat.

Publicités

Actions

Information

3 responses

19 12 2010
Mesures d’austérité et forces de répression contre les classes populaires « Révolution en Iran

[…] en place d’importantes forces de répression à Téhéran au cas où les mesures d’austérité liées à la suppressions des subventions provoqueraient des protestations populaires et accueil favorable de la part du Fond Monétaire […]

20 12 2010
Le régime menacé par un vent de révolte « Révolution en Iran

[…] pour faire face aux sanctions économiques internationales (*). Téhéran vient en effet de supprimer les subventions sur l’essence, provoquant une hausse de près de quatre fois du prix du litre. Les files d’attente sur les […]

3 01 2011
Das Regime im Iran läuft Amok « Entdinglichung

[…] gegen inhaftierte Feministinnen, etc. und zur hellen Freude des IWF kürzt das Regime die Subventionen auf Güter des täglichen Bedarfs… ein Regime, welches nur auf revolutionärem Wege gestürzt […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :