Protestez contre contre la condamnation à mort de Habib et l’arrestation de sa famille

28 12 2010

Communiqué du Comité International Contre les Exécutions, 27 décembre 2010 :

Appel à des manifestations contre la condamnation à mort de Habibollah Latifi et l’arrestation de sa famille

Semaine de protestations
Du 27 décembre 2010 au 3 janvier 2011

Le Comité International Contre les Exécutions appelle à une semaine de manifestations du 27 décembre 2010 au 3 janvier 2011, pour protester contre la condamnation à mort de Habibollah Latifi et l’arrestation des membres de sa famille et de toutes celles et tous ceux qui ont été arrêtés ces derniers jours à Sanandaj (Iran). Nous appelons les honorables personnes d’Iran et du monde entier, tous ceux et toutes celles qui croient en la liberté inconditionnelle d’expression et d’opinion, toutes celles et tous ceux qui croient en la libération de tous les prisonniers politiques, tous ceux et toutes celles qui veulent que la condamnation à mort de Habib soit annulée et la libération des membres de sa famille et des autres personnes arrêtées à Sanandaj, et toutes celles et tous ceux qui dénoncent les crimes, les exécutions et la répression de la République Islamique, à protester de toutes vos forces à Sanandaj, au Kurdistan, en Iran et partout dans le monde contre ces atrocités commises par la République Islamique d’Iran contre le peuple d’Iran.

Voilà ce que vous pouvez faire : sortez et manifestez dans différents pays, signez des pétitions, envoyez des lettres de protestations (par exemple aux représentants du gouvernement ou à l’ONU), rassemblez vous devant la prison de Sanandaj où est détenu Habibollah Latifi, faites des graffitis dans les villes du Kurdistan et les autres villes d’Iran, montez sur les toits pendant la nuit et criez ”Libérez les prisonniers politiques !”, ou protestez par tous les autres moyens possibles.

Lire le reste de cette entrée »





Deux prisonniers politiques exécutés à Téhéran

28 12 2010

Freedom Messenger, 28 décembre 2010 :

Ali Saremi a été condamné à mort par la branche n°3 du Tribunal Islamique Révolutionnaire pour les accusations de propagande contre le régime, d’ennemi de Dieu et de lien avec les Moudjahdines du Peuple, accusations qu’il a toujours réfutées.

Selon son dossier, il avait été arrêté pour la première fois en décembre 1976 et avait été condamné à trois ans de prison, une peine qui a ensuite été augmentée pour cinq ans de prison.

Il avait été arrêté quatre fois pendant sa vie, deux fois après avoir rendu visite à son fils à Ashraf.

Sa dernière arrestation date d’août 2007 pour avoir participé à une célébration en mémoire des victimes de la répression des années 1980 et d’y avoir prononcé un discours.

Ali Saremi a été exécuté ce matin, 28 décembre 2010, avec un autre prisonnier politique, Ali Akbar Siadat.