Attaque contre la maison du prisonnier politique Majid Tavakoli

10 01 2011

Iran Solidarité Paris, publié le 10 janvier par HNS Infos :

La pression sur la famille de Majid Tavakoli, un jeune prisonnier politique, a continué d’augmenter. Selon des rapports parvenus de Chiraz tôt ce matin du 5 janvier, un certain nombre d’agents du ministère du renseignement ont brutalement attaqué la résidence de Majid Tavakoli et de sa famille détruisant les meubles, confisquant tous les livres, brochures, des ordinateurs et des CD. Ces rapports indiquent que la famille a été violemment menacée et qu’une grande partie de leur biens personnels ont été détruits par les agents du ministère du renseignement.

Selon le site Daneshjoo News Ali Tavakoli, le frère de Majid Tavakoli, a également été convoqué au Bureau des enquêtes du ministère du Renseignement de Chiraz tôt ce matin du 5 janvier. Il a été libéré après quelques heures d’interrogatoire.

Majid Tavakoli, Bahareh Hedayat et mahdisme Golroo ont récemment été convoqués au bureau du procureur à Evin, de nouveaux dossiers ont été ouverts contre eux et ils ont été inculpés de « publication de mensonges ». Majid Tavakoli a déclaré avoir été mis sous une pression extrême par les autorités, le directeur et les matons de la prison où il est détenu qui veulent qu’il prenne position contre des dirigeants de mouvement réformateurs et qu’il démente et renie les lettres que ces dirigeants ont écrites pour le soutenir. Le tribunal qui l’a de nouveau jugé réclame désormais l’équivalent de 200 000 dollars U.S de caution s’il voulait bénéficier d’une libération conditionnelle.

Lire en anglais : http://freedomessenger.com/?p=20919





L’avocate Nasrin Sotoudeh condamnée à 11 ans de prison

10 01 2011

Dépêche AFP, 10 janvier 2011 :

L’avocate des droits de l’Homme Nasrin Sotoudeh, arrêtée en septembre, a été condamnée à 11 ans de prison et 20 ans d’interdiction d’exercer son métier pour « actions contre le régime iranien », a indiqué lundi son mari à l’AFP.

Les juges « ont dit hier à l’avocat de ma femme qu’elle avait été condamnée à 11 an de prison et à 20 ans d’interdiction d’exercer son métier d’avocate et de quitter le territoire iranien », a déclaré Reza Khandan à l’AFP.

Il a précisé que Nasrin Sotoudeh, arrêtée le 4 septembre, avait été reconnue coupable « d’actions contre la sécurité nationale, propagande contre le régime et appartenance au Centre des défenseurs de droits de l’Homme » iranien, un groupe de défense des droits de l’Homme fondé par le prix Nobel de la paix Shirin Ebadi.