Rassemblement de familles de prisonniers devant Evin

18 02 2011

Rassemblement de familles de prisonniers politiques arrêtés lors des manifestations du 14 février devant la prison Evin, Téhéran, le 18 février 2011. Les familles veulent des nouvelles de leurs proches arrêtés et dont elles n’ont aucune nouvelle.





Rassemblement à Lyon contre les exécutions en Iran

18 02 2011

Rassemblement à Lyon le samedi 26 février à 15 heures Place Bellecour contre les exécutions et pour la libération de tous les prisonniers politiques en Iran.


Tract d’appel :

En Iran comme ailleurs :
Libération de tous les prisonniers politiques !
Abolition de la peine de mort !

Depuis le 1er janvier 2011, ce sont déjà des dizaines de personnes qui ont été exécutées en Iran. L’AFP, dans une dépêche datée du 24 janvier, indiquait qu’il y avait, en moyenne, deux exécutions par jour depuis le début de l’année. On compte parmi ces victimes plusieurs prisonniers politiques comme Hossein Khezri pendu le 15 janvier ou Jafar Kazemi et Mohammad Ali Hajaghaei exécutés le 24 janvier.

Des dizaines de prisonniers politiques ont été condamnés à mort comme Habibollah Latifi et exécutés comme Zahra Bahrami le samedi 29 janvier. De nombreux prisonniers politiques ont eu de lourdes peines, comme l’avocate Nasrin Sotoudeh qui a été condamnée à 11 ans de prison et à 20 ans d’interdiction d’exercer et de quitter le pays, Behnam Ebrahimzadeh, militant ouvrier d’une usine de tuyaux en polyéthylène, condamné à 20 en prison et à 10 ans d’interdiction d’activités sociales, alors que, par exemple, Reza Rakhshan, dirigeant du syndicat des travailleurs de l’usine de sucre de canne d’Haft Tapeh, est emprisonné depuis décembre et que Mansoor Oussanlou, Ebrahim Madadi, Reza Shahabi et Gholamreza Gholamhosseini, militants du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran, sont toujours en prison.

Lire le reste de cette entrée »





Début d’un nouveau cycle de manifestations de masse

18 02 2011

Dans un communiqué publié le 15 février, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran indique que les manifestations de rue à grande échelle et les affrontements le 14 février à Téhéran et dans d’autres villes du pays, protestations directement influencées par les exemples des révolutions en Egypte et en Tunisie, montrent une nouvelle fois la haine de la population contre le régime de la république islamique et sa volonté de le renverser.

Selon ce communiqué, les manifestations de rue du 14 février sont une forme particulière de l’explosion sociale que les dirigeants du régime redoutent depuis longtemps et ont tenté d’empêcher. Avec la vague de la révolution, réapparaît l’immense espoir de renverser le dictateur Khamenei. Lors des manifestations du 14 février, le principal slogan était « à mort Khamenei » indiquant la volonté des masses d’abattre l’ensemble du système dont Khamenei est le symbole. La population d’Iran veut clairement renverser la République Islamique. La population veut la séparation de la religion de l’Etat, du système éducatif et de la société, elle veut que Khamenei et les représentants du régime soient jugés pour les crimes commis depuis plus de trente ans, la libération de tous les prisonniers politiques, la destruction de la machine et des organes de répression, la fin de l’humiliation et des discriminations contre les femmes, de la pauvreté, du chômage et de l’inflation, en un mot, la population veut une société libre, égalitaire, de bien-être et de progrès humain.

Lire le reste de cette entrée »





Nouvelles arrestations d’étudiants dans différentes villes en Iran

18 02 2011

Soliran Paris, sur la base d’un article de Freedom Messenger :

17 Février 2011 : Des centaines de familles et des parents de manifestants qui ont été arrêtés lors du soulèvement du 14 février 2011, se sont réunies courageusement, pour la troisième fois devant la prison d’Evin pour tenter de suivre, et de se mettre au courant de la situation de leurs enfants arrêtés.

Selon des témoins oculaires, un très grand nombre de manifestants et de personnes qui ont été arrêtées les 14 et 15 Février sont détenues à Evin.

Toutefois, les autorités du régime ont éludés méprisamment par la répression les questions des familles, et les ont de nouveau attaquées et chargées devant la prison d’Evin.

D’autres villes ont connues des arrestations

Au moins 16 étudiants de l’Université de Technologie Sharif sont parmi les personnes arrêtées.

Le 15 Février 2011, des agents du ministère du renseignement à la solde du régime ont arrêtés sept élèves dans le dortoir de l’université Amirkabir à Shahre Kord, à l’ouest de l’Iran.

Lire le reste de cette entrée »





Le frère et des camarades de classe de Saneh Jaleh arrêtés

18 02 2011

Article publié par HNS Infos le 18 février :

Ghaneh Jaleh, le frère de Saneh Jaleh est actuellement détenu pour avoir contredit les mensonges du régime sur son frère abattu par celui ci. Dans une interview qu’il a donnée et transmise au site de la radio Voa Ghaeh Jaleh, le frère de Saneh, ce jeune étudiant abattu le 14 février 2011 par les forces répressives du régime, avait contredit les déclarations mensongères des médias gérés par le gouvernement et a déclaré que son frère n’a jamais été un membre de la milice des Bassidj’is.

Ghaeh Jaleh a été arrêté peu après l’interview, et des agents du régime lui font subir actuellement des pressions afin de l’obliger à nier ses déclarations. Il a déclaré que sa famille subit actuellement elle aussi des pressions visant à l’obliger à dire ce que régime veut entendre d’elle

Saneh Jaleh était un résident kurde de la ville de Paveh qui a été tué pendant les manifestations du 14 février 2011.

Les médias gérés par le gouvernement avaient tenté de présenter une fausse image de son identité. Ghaneh Jaleh a refusé les mensonges de la dictature, c’est pour cela qu’il a décidé de ne pas se taire, en donnant malgré les risques cette interview. [1]

Lire le reste de cette entrée »