Images du 1er Mai au Kurdistan

4 05 2011

Sanandaj : Malgré les forces de répression, un rassemblement s’est tenu en ville (voir l’article).

Lire le reste de cette entrée »





Premier Mai au Khuzestan

4 05 2011

Selon un rapport des syndicats indépendants des ouvriers du Khuzestan, où se déroulent de nombreuses grèves dans la pétrochimie, les travailleurs ont manifesté dans plusieurs villes de la province à l’occasion du 1er Mai, journée internationale des travailleurs. Parmi les slogans des ouvriers « la grève est notre droit inaliénable ».

Des manifestations importantes ont eu lieu à Ahvaz, Andimeshk, Dezful, Shushtar, Masjed Soleiman, Mahshahr, et Bandar Imam.

A Ahvaz, 30.000 travailleurs qui ont voulu rejoindre le centre-ville ont été bloqués par les forces de répression et dispersé à coups de gaz lacrymogènes. Plusieurs manifestants ont été arrêtés par les forces de répression. A Andimeshk, c’est à coups de canons à eau et de matraques que les agents du régime ont tenté de disperser la manifestation. A Shushtar, ouvriers et jeunes chômeurs se sont violemment affrontés avec les pasdaran. A Mahshahr et Bandar Imam, les forces de répression ont tiré des grenades lacrymogènes sur les travailleurs du complexe pétrochimique qui manifestaient.





Déclaration des ouvriers d’Iran pour le 1er Mai 2011

4 05 2011

A l’occasion de la journée internationale des travailleurs le 1er Mai, sept organisations ouvrières iraniennes ont publié une déclaration dénonçant les les violations des droits les plus fondamentaux des travailleurs en Iran. « Alors qu’à travers le monde, les travailleurs lutteront avec joie et passion le 1er Mai et que les protestations de millions d’entre eux contre leurs conditions de vie secoueront le monde, les travailleurs iraniens ne sont pas seulement privés des droits sociaux d’établir leurs organisations et de manifester dans la rue, mais font en plus face aux attaques les plus violentes contre leurs vies et leurs conditions de vie », indique cette déclaration. La déclaration décrit brièvement la situation actuelle des ouvriers iraniens et met en avant les nombreux problèmes auxquels ils doivent faire face.

Ces sept organisations ouvrières sont le Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, le Syndicat Libre d’Iran, le Comité pour Reconstruire le Syndicat des Travailleurs de la Peinture et de la Décoration, le Comité pour Reconstruire le Syndicat des Ouvriers de la Mécanique et de la Métallurgie, le Centre de Défense des Travailleurs, le Comité pour Poursuivre la Construction de Coalitions Ouvrières et le Comité de Coordination pour Aider à la Construction d’Organisations Ouvrières.

Déclaration :

 » La réponse à toute critique ou revendication des droits des travailleurs est l’arrestation et la prison ; le soi-disant plan de « subventions ciblées » qui a été lancé par les capitalistes au pouvoir avec l’aide des organisations capitalistes internationales continue à détruire les vies et les conditions d’existences de millions de familles ouvrières, et personne n’a le droit d’exprimer librement son opinion à ce sujet; avec la hausse vertigineuse des prix de l’énergie et les fermetures d’usines, des centaines et des milliers d’ouvriers rejoignent chaque jour les millions de chômeurs, et en même temps les lois sur l’assurance-chômage sont changées au détriment des travailleurs ; les hôpitaux et les centres médicaux collectent prélèvent des travailleurs et de nouveaux obstacles sont mis en place pour bénéficier de la retraite ; l’assurance des ouvriers de la construction est rendue inefficace par le labyrinthe des couloirs de bureaux ; et alors qu’ils ont pris des mesures qui vont augmenter le prix des denrées de base à un rythme alarmant, ils ont de façon insultante augmenter le salaire minimum des travailleurs de 9% ». (…)

Lire le reste de cette entrée »