Ecrire à l’OIT pour demander la libération de militants ouvriers emprisonnés

22 01 2012

Mission Free Iran, 21 janvier 2012 :

Le 5 janvier 2012, Mozaffar Saleh Nia, un militant ouvrier connu et respecté, membre du Bureau Exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens, a pris contact avec les autorités du régime islamique à Sanandaj pour déposer une plainte concernant le fait qu’aucun service social n’est assuré aux gens qui, à cause de leur pauvreté extrême, sont forcés de vivre dans la rue avec une boîte en carton pour seul abri. Suite à cela, il a été arrêté.

A peine trois jours plus tard, le 8 janvier 2012, un autre militant ouvrier membre du bureau exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens, Sharif Saed Panah, a été arrêté.

En conséquence de ces scandaleuses arrestations de militants ouvriers et des droits humains respectés, il y a eu des protestations massives de leurs familles, de leurs amis et de l’honorable population de Sanandaj. Pourtant, le site du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens rapporte que le 16 janvier, Shith Amani, un autre dirigeant connu et respecté du mouvement ouvrier, a été arrêté après avoir déposé une plainte au nom des familles des militants ouvriers et syndicalistes arrêtés et de l’honorable peuple de Sanandaj.

Lire le reste de cette entrée »





Libérez les travailleurs emprisonnés en Iran !

22 01 2012

Free Them Now, Campagne pour la libération des travailleurs emprisonnés en Iran, 19 janvier 2012 :

Shis Amani : Membre du bureau exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens. Il a été arrêté le 16 janvier 2012 et est détenu dans la ville de Sanandaj.

Shahrokh Zamani : Membre du Comité de Suivi pour la Formation d’Organisations Ouvrières en Iran. Il a été arrêté en janvier 2012.

Mohammad Jarahi : Membre du Comité de Suivi pour la Formation d’Organisations Ouvrières en Iran. Mohammad a été arrêté en janvier 2012.

Lire le reste de cette entrée »





Sakineh Mohammadi risque de nouveau d’être exécutée

13 01 2012

Appel d’Amnesty International, 12 janvier 2012 :

Fin décembre, la presse iranienne a, semble-t-il, commencé à relayer une nouvelle fois des informations selon lesquelles Sakineh Mohammadi Ashtiani, une femme risquant d’être exécutée en Iran, pourrait être pendue plutôt que lapidée. Ces articles récents indiquent que cette femme risque toujours d’être exécutée, et ce à tout moment.

Sakineh Mohammadi Ashtiani, âgée de 44 ans et mère de deux enfants, vit dans la province de l’Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l’Iran). Elle a été arrêtée en 2005 à la suite de l’homicide de son mari. À l’issue d’un procès inique, elle a été reconnue coupable d’«adultère en étant mariée» et de complicité de meurtre. Sa peine d’emprisonnement initiale pour ce dernier chef aurait été ramenée de 10 à cinq ans, auquel cas elle serait déjà arrivée à son terme.

Lire le reste de cette entrée »





Iran : l’horreur et la barbarie contre les femmes

12 01 2012

Article de Lutte Ouvrière, 6 janvier 2012

En 2006, Sakineh Mohammadi Ashtiani, 44 ans et mère de deux enfants, était condamnée à mort par lapidation pour adultère et complicité dans le meurtre de son mari, crime pour lequel elle a toujours clamé son innocence.

L’année suivante la peine pour complicité de meurtre était ramenée à dix ans de prison. Restait la peine de mort par jet de pierres pour adultère, une atrocité imposée aux femmes depuis que, en 1979, les religieux se sont emparés du pouvoir.

En 2010, face aux protestations internationales, le régime iranien annonçait la suspension de son exécution mais pas son abrogation.

Lire le reste de cette entrée »





De plus en plus de syndicalistes arrêtés en Iran

9 01 2012

Appel de Free Them Now, 8 janvier 2012 :

A toutes les organisations syndicales et de défense des droits humains

Nous vous écrivons pour vous informer que ces deux dernières semaines, l’intensification des attaques de la République Islamique contre les militants ouvriers continue en Iran.

La dernière information est l’arrestation ce matin (NdT : 8 janvier) de Sharif Saed Panah (image), membre du Bureau Exécutif du Syndicat Libre des Ouvriers Iraniens. Cette arrestation fait suite à l’arrestation le 5 janvier du militant syndical Mozaffar Saleh Nia (image) dans la ville de Sanandaj, et deux semaine plus tôt de Mohammad Hosseini, militant ouvrier dans la ville de Damavand. Tous les trois ont été mis en détention pour leurs activités syndicales.

Lire le reste de cette entrée »





Huit prisonniers exécutés aujourd’hui en Iran, dont trois en public

5 01 2012

Iran Human Rights, le 5 janvier 2012 :

D’après l’agence de presse gouvernementale iranienne, huit prisonniers ont été pendus hier et aujourd’hui dans trois provinces iraniennes.

Selon les rapports officiels et officieux, au moins 33 personnes ont été exécutées ces cinq derniers jours de janvier 2012. Mahmood Amiry-Moghaddam, porte parole d’Iran Human Rights (IHR) a condamné sans réserve ces exécutions et demande que la communauté internationale proteste ces actes barbares.

Les hommes qui ont été pendus en public aujourd’hui dans l’ouest de l’Iran :

D’après l’agence de presse gouvernementale iranienne Fars, trois prisonniers ont été pendus en public sur la place Azadi (liberté) de Kermanshah, à l’ouest de l’Iran. La dépêche indique que les prisonniers ont été identifiés comme « Alireza Ahamdi » (48 ans), « Sadgeh Eskandari » (33 ans) et « Sasan Basami » (36 ans), ils avaient été condamnés pour le braquage à main armée d’une banque en août 2011.

Lire le reste de cette entrée »





Message du PCF à l’ambassade de la République Islamique

5 01 2012

Site du PCF :

Vous trouverez ci-dessous le courrier que Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF a adressé ce jour à Seyed Mehdi Miraboutalebi, ambassadeur de la République islamique d’Iran, à propos de Sakineh Mohammadi Ashtiani, cette femme iranienne condamnée à mort dans son pays.

« Je me suis adressé à vous le 3 novembre 2010 afin de vous faire part de l’indignation suscitée par la menace de condamnation à mort qui pesait sur Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani. Une condamnation prononcée alors même que des doutes entachaient déjà les circonstances judiciaires de cette douloureuse affaire.

J’avais souligné avec force que les autorités iraniennes doivent renoncer à cette exécution. Aujourd’hui, des informations convergentes prolongent sérieusement notre inquiétude: Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani ne serait plus menacée de lapidation mais… de pendaison.

Lire le reste de cette entrée »