Message d’ICO au congrès du PCOI

25 02 2012

Déclaration de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le VIIIème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI), 25 et 26 février 2012 :

Cher(e)s camarades,

Au nom de l’Initiative Communiste-Ouvrière nous apportons nos fraternelles salutations et nos meilleurs voeux de réussite au congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, nos meilleurs voeux de succès aussi à nos camarades iraniens, en exil ou de l’intérieur, dans leur lutte pour renverser le régime islamique, pour le socialisme et la liberté.

Depuis le précédent congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, en décembre 2009, bien des événements se sont passés à l’échelle internationale. En 2009, l’Iran était traversé par un formidable mouvement révolutionnaire pour en finir avec 30 ans de République Islamique. Depuis, des mouvements révolutionnaires ont surgi en Tunisie, en Egypte ou en Syrie, des explosions sociales ont touché l’Europe, comme la France, la Grèce, l’Espagne ou le Portugal, l’Amérique Latine comme le mouvement étudiant au Chili, des vagues de grèves se développent dans les bagnes industriels de Chine, même aux Etats-Unis et en Israël les mouvements de protestation se multiplient. Bref, face à la crise mondiale du capitalisme, qu’elle soit appelée « crise des subprimes » ou « crise de la dette publique », la classe ouvrière n’en peut plus, elle n’en peut plus des salaires qui ne permettent plus de vivre, y compris dans les pays les plus riches, elle n’en peut plus du chômage et des licenciements, elle n’en peut plus des répressions, des conditions de travail de plus en plus dégradées, de la hausse des prix, de la misère et de l’exploitation. Dans un pays riche comme la France, chaque jour un à deux salarié se suicide sur leurs lieux de travail. Dans un continent riche comme l’Europe, des centaines d’êtres humains sont morts de froid cet hivers faute de pouvoir se loger ou se chauffer. Pour accroître les profits d’une minorité, la bourgeoisie attaque nos droits sociaux, ferme nos usines, supprime des emplois et accroît la charge de travail des ouvriers qui restent. Alors, oui, face à cette situation, la classe ouvrière n’a pas d’autres choix que de se battre, de se révolter. Mais il lui manque aujourd’hui une perspective et un outil pour atteindre cette perspective : cette perspective c’est le renversement de tout l’ordre capitaliste, la prise du pouvoir par la classe ouvrière, en un mot le socialisme et l’outil le parti révolutionnaire pour permettre cette prise du pouvoir.

Le communisme-ouvrier n’est pas un mouvement iranien ou moyen-oriental. C’est un mouvement international, celui de la classe exploitée pour en finir avec le salariat et l’oppression. C’est pour cela qu’en août 2010, nous avons décidé de créer un petit groupe en France, l’Initiative Communiste-Ouvrière. Depuis notre petit groupe s’est étoffé, nous publions un bulletin mensuel et participons aux luttes quotidiennes de notre classe sociale contre l’exploitation.

Les luttes et explosions sociales récentes aux quatre coins du monde montrent la nécessité de faire vivre, partout, dans chaque continent, la perspective du socialisme ouvrier, la perspective de la révolution ouvrière pour balayer l’oppression, pour en finir avec la domination de la bourgeoisie et son monde qui n’est plus supportable pour la majorité de l’humanité.

Le capitalisme, sur quelqu’aspect qu’on veuille l’analyser, ce monde qui marche sur la tête, n’a plus d’avenir. Il est en faillite. Pour se maintenir, politiciens et idéologues à son service nous ressortent des poubelles de l’histoire les plus idéologies les plus réactionnaires comme le nationalisme, le racisme ou le fondamentalisme religieux. En France, comme dans toute l’Europe, c’est la chasse aux travailleurs sans-papiers, les campagnes racistes contre les immigrés organisées depuis le haut du gouvernement, les restrictions sur le droit d’asile, et de façon plus générale toute une politique pour diviser la classe ouvrière entre « français » et « étranger », salariés du secteur privé et salariés du public, salariés et chômeurs, travailleurs en bonne santé et malades, etc. Face aux politiques des gouvernements aux cris de haines de l’extrême-droite, aux nationalismes, de gauche comme de droite, il nous faut aussi réaffirmer que notre seule identité c’est l’humanité, que les combats de la classe ouvrière, qu’ils aient lieu en Iran, en Chine, aux Etats-Unis ou en France, sont un seul et même combat, celui des exploités pour la liberté et l’égalité. Et face à la crise du capitalisme, aux cris de haine nationalistes, racistes ou misogynes, à l’accroissement du militarisme, nous revenons à cette alternative : socialisme ou barbarie.

L’avenir n’est pas à la bourgeoisie. L’avenir est à la classe ouvrière, l’avenir est au communisme.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :