Actualité du communisme-ouvrier

11 07 2012

Intervention du camarade Pascal, membre du Comité Central du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) et de l’Initiative Communiste-Ouvrière (ICO) lors de la cérémonie du 6 juillet à Stockholm à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de Mansour Hekmat.

Cher(e)s camarades,

En tant que travailleur de France, je voudrais dire quelques mots. Ne vous inquiétez pas, je ne serais pas long. Le communisme-ouvrier n’est pas seulement une voie, une alternative pour le Moyen-Orient ou pour l’Iran. La pensée de Mansour Hekmat, la pensée du marxisme pour le monde actuel, est une question, une voie et une réponse pour des milliards et des milliards de personnes qui souffrent du monde d’aujourd’hui, qui sont exploitées, qui sont soumises à l’oppression capitaliste.

Dans « Un monde meilleur », programme du PCOI, Mansour Hekmat dit : « Il est facile de constater que le monde capitaliste est un monde à l’envers. » Cela est clair dans chaque partie du monde. N’est pas « un monde à l’envers » quand des milliards de personnes crèvent de travailler trop quand d’autres milliards crèvent du chômage ? Pour vous donner un exemple de ma région, 600 travailleurs intérimaires ont été licencié à l’usine Peugeot Mulhouse alors qu’à 40 kilomètres de là, la direction forçait les ouvriers de l’usine Peugeot de Sochaux à travailler les samedis. N’est-ce pas « un monde à l’envers » lorsque, comme en France, chaque jour, un travailleur se suicide sur son lieu de travail ? N’est-ce pas un « monde à l’envers » quand des gens vivent dans la rue alors que de nombreux logements sont vides ? Un monde où, dans les hôpitaux, les gouvernements suppriment des emplois alors que les salariés sont déjà débordés de travail ? Un monde où on supprime des postes dans l’éducation alors que tant d’enfants sont privés de leur droit à l’éducation ? Un monde où, y compris en Europe, de nombreux travailleurs sont privés de leur droit à une vie décente et humaine ?

Comme le disait Mansour Hekmat, « Ce monde inversé doit être remis à l’endroit. C’est la tâche du communisme-ouvrier, c’est le but de la révolution communiste ouvrière. »

Partout dans le monde, les gens cherchent une vie meilleure et se battent pour elle. Des révolutions dans les pays arabes au mouvement des 99% aux États-Unis, de la grève des étudiants du Québec aux vagues de grèves en Chine, des luttes des mineurs espagnols à l’été de la population israélienne, nous, travailleurs et travailleuses, nous, « les damnées de la terre et forçats de la faim », nous avons besoin d’une alternative et nous avons le droit de nous battre pour cela. Nous avons le droit de lutter et de revendiquer une vie digne d’êtres humains.

Voilà pourquoi le futur n’appartient pas à la bourgeoisie. Le futur appartient à la classe ouvrière, au socialisme. Le futur appartient au communisme-ouvrier.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :