Les femmes en Iran demandent leurs droits sans faire de compromis

7 03 2013

Interview de Shiva Mahbobi, militante des droits des femmes, member du comité executive d’Equal Rights (Droits Egaux) et porte-parole de la Campagne pour la Libération des Prisonniers Politiques en Iran (CFPPI), publiée dans « We are the 99% », publication de l’Organisation de la Jeunesse Communiste (Organisation de jeunesse du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran) le 3 mars 2013.

Comme tu le sais, le 8 mars, Journée Internationale des Femmes, approche. Quels sont les principaux problèmes auxquels font face les femmes en Iran en 2013 ?

Je dirais le manque d’une organisation pour le mouvement des droits des femmes. Les femmes en Iran doivent généralement affronter chaque jour des problèmes sous la loi islamique et la répression systématique. Etre une femme en Iran signifie être sur un champ de bataille chaque jour de ta vie. Obéir au code d’habillement islamique (le hidjab), la couleur de tes habits, se promener dans la rue avec des amis, avoir un petit copain ou une petite copine, se marier et avec qui te marier, divorcer, la garde des enfants, choisir ton métier, voyager, tout cela n’est qu’une partie des problèmes que les femmes doivent affronter depuis plus de trois décennies. Si nous regardons en arrière, lorsque que le régime islamique à pris le pouvoir en 1979, sa première attaque a été contre les femmes. Ils disaient que selon la loi islamique les femmes doivent se voiler et obéir aux lois religieuses. Des milliers de femmes sont descendues dans les rues et ont revendiqué clairement et fortement qu’elles voulaient la liberté. Depuis le régime islamique n’a jamais cessé d’opprimer les femmes et les Iraniennes n’ont jamais arrêté de lutter pour leur liberté ; elles combattent le régime islamique chaque jour. La nouvelle génération a continué la lutte commencée plus de trente ans plus tôt. Ces luttes quotidiennes et le fait que les femmes en Iran défient le régime depuis des années est la raison principale pour laquelle le régime n’a pas pu imposé la totalité des lois islamiques. Je pense que les femmes d’Iran font partie des personnes les plus courageuses du monde, ni la torture, ni la prison, ni les agressions ne les ont fait reculer. Elles demandent leurs droits sans faire de compromis.

Comme je l’ai dit, des millions de femmes luttent pour leurs droits en Iran, mais actuellement il n’y a pas d’organisation pour les mobiliser, pour définir des tactiques et une stratégie au mouvement et les représenter en Iran et dans le monde. Il y a des organisations et des campagnes ça et là mais elles ne sont pas capables d’organiser les femmes sur une large échelle.
En plus, à la lumière du « printemps arabe » et des révolutions dans la région, nous voyons que de plus en plus de femmes de ces pays sortent dans la rue pour revendiquer leurs droits et luttent publiquement contre la Charria. Je pense que les femmes en Iran doivent regarder cela comme leur lute au-delà des frontières de l’Iran et avec leurs années de lute pour la liberté prendre le rôle d’avant-garde pour l’égalité dans la région. Quelques questions ou défis pour le mouvement du droit des femmes en Iran et ses militantes sont comment le mouvement pour le droit des femmes en Iran peut être lié aux mouvements dans la région ? Quelles étapes devons-nous construire pratiquement pour construire un front pour l’égalité entre hommes et femmes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ? En même temps, comment les femmes en Iran peuvent gagner le soutien de la communauté internationale et construire une solidarité internationale contre 34 années de crimes contre les femmes en Iran ? Je crois que la première étape pour répondre à ces questions est d’établir une organisation radicale en Iran pour les droits des femmes qui lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Quel est exactement la place des hommes dans la lute des femmes pour la liberté et l’égalité ?

Je pense que femmes et hommes doivent lutter ensemble pour l’égalité. Les hommes ne sont pas les ennemis des femmes, c’est les lois religieuses et le système capitaliste qui le sont. Malgré l’image générale, nous avons beaucoup d’hommes qui sont actifs dans le mouvement pour les droits des femmes en Iran et dans d’autres pays, ils luttent pour l’égalité. Par exemple, lors des célébrations du 8 mars, on peut voir de nombreux hommes qui y participent activement. La violence contre les femmes et sa reproduction s’arrêteront en changeant les lois et ainsi les mentalités et la culture de la société. En Iran, la première étape est de renverser le régime islamique qui a commencé sa dictature en réprimant les femmes. Je suis pour l’égalité entre les hommes et les femmes et pas pour le pouvoir des femmes sur les hommes parce que cela créerait une inégalité inversée. Nous avons besoin de rappeler que l’émancipation des femmes ce n’est pas seulement libérer toutes les femmes de l’oppression mais aussi donner les droits égaux et la liberté à chaque personne dans la société, y compris les hommes.

Qui sont les figures actuelles importantes dans la lute pour l’émancipation des femmes ?

Lorsqu’on pose cette question, on répond généralement des célébrités, des politiciennes, des leaders de partis politiques, etc. Je souhaite briser cette norme. La militante égyptienne Alia al-Mahdi, qui a publié publiquement sa photo nue en Egypte où les islamistes l’ont menacée plusieurs fois, est une figure importante. Elle a décrit ses photos et ses actions comme « un cri contre une société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d’hypocrisie ».

Alia al-Mahdi qui s’est levée contre les islamistes et défendu les droits des femmes est une des personnalités modernes importantes. Elles sont des milliers comme Alia al-Mahdi qui osent dire non aux lois et au mouvement islamistes et qui paient le prix pour lutter pour les droits des femmes et apparaître comme un exemple. J crois que c’est ce genre de figure qui peut inspirer des millions d’autres filles et leur montrer que oui, chacune d’entre nous peut commencer la lutte pour la liberté et l’égalité. L’acte de quelqu’un comme Alia peut aussi briser les tabous du relativisme culturel selon lesquels les femmes des pays sous lois islamiques ou influencés par elles choisissent d’être opprimées. Je pense que Alia al-Mahdi et des millions comme elle doivent être mises en avant.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :