8 mars 2012 : Islamistes hors des lois et de l’Etat !

7 03 2012

Tract du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran pour le 8 mars 2012 :

En Egypte, Tunisie, Libye, Afghanistan comme ailleurs
Islamistes hors des lois et de l’Etat !

En Tunisie, Egypte, Iran et partout ailleurs, la révolution pour “le pain, la liberté et la dignité humaine” est liée à la lutte pour la libération des femmes. Dans ces révolutions, les femmes se lèvent en premières lignes dans la lutte contre la dictature. Et la lutte pour l’égalité des femmes est un élément important pour le succès de ces révolutions.

Le 8 mars cette année, nous exprimons notre révulsion à propos des Etats islamistes et des lois misogynes en Egypte, Tunisie, Libye et ailleurs. Faisons de la Journée Internationale des Femmes de cette année une lutte puissante contre les attaques de la réaction islamiste sur la vie des femmes.

Lire le reste de cette entrée »





Journée Internationale des Femmes 2012

5 03 2012

Appel du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran pour le 8 mars 2012 :

Journée Internationale des Femmes 2012
La libération des femmes est une partie cruciale du mouvement des 99%

Les revendications pour l’égalité du 8 mars, Journée Internationale des Femmes, sont la manifestation de la volonté des millions de personnes pour changer le monde. A aucun autre moment de l’histoire de la libération des femmes, qui est en fait “la mesure” de la libération de la société, la lutte pour la libération des femmes n’a été aussi urgent dans l’agenda du combat de l’humanité pour la liberté. La révolution pour “le pain, la liberté et la dignité humaine” est liée à la lutte pour la libération des femmes avec des héroïnes comme Neda Agha-Soltan en Iran, Alya Al-Mahdi en Egypte, etc. La lutte des femmes pour la liberté et l’égalité est une inspiration puissante dans les révolutions du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Dans le mouvement “Occupy” anti-capitaliste en Occident, de New York à Athènes, les femmes sont en premières lignes des protestations contre la dictature des banques et le règne des 1%.

Cette année, le mouvement du 8 mars sera lié avec les importantes batailles en cours contre la dictature, la discrimination et l’arrièration et avec la protestation anti-capitaliste des 99%. La lutte contre la vie insupportable que le capitalisme a imposé à l’humanité se renforce, et le combat pour la libération des femmes, pour l’égalité entre toutes et tous, est un des aspects les plus inspirants de cette lutte. L’humanité civilisée est plus que jamais déterminée pour se lever contre l’apartheid sexiste, la charria et toutes les lois misogynes. Un monde sans libération des femmes n’est pas un monde libre, et il ne le sera pas tant que ne sera pas mis fin à toutes les formes de discriminations politiques et économiques, religieuses, nationalistes et chauvinistes mâles à l’encontre des femmes, et que des régimes comme le régime islamique en Iran ne seront pas renversés.

Lire le reste de cette entrée »





Sakineh Mohammadi risque de nouveau d’être exécutée

13 01 2012

Appel d’Amnesty International, 12 janvier 2012 :

Fin décembre, la presse iranienne a, semble-t-il, commencé à relayer une nouvelle fois des informations selon lesquelles Sakineh Mohammadi Ashtiani, une femme risquant d’être exécutée en Iran, pourrait être pendue plutôt que lapidée. Ces articles récents indiquent que cette femme risque toujours d’être exécutée, et ce à tout moment.

Sakineh Mohammadi Ashtiani, âgée de 44 ans et mère de deux enfants, vit dans la province de l’Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l’Iran). Elle a été arrêtée en 2005 à la suite de l’homicide de son mari. À l’issue d’un procès inique, elle a été reconnue coupable d’«adultère en étant mariée» et de complicité de meurtre. Sa peine d’emprisonnement initiale pour ce dernier chef aurait été ramenée de 10 à cinq ans, auquel cas elle serait déjà arrivée à son terme.

Lire le reste de cette entrée »





Iran : l’horreur et la barbarie contre les femmes

12 01 2012

Article de Lutte Ouvrière, 6 janvier 2012

En 2006, Sakineh Mohammadi Ashtiani, 44 ans et mère de deux enfants, était condamnée à mort par lapidation pour adultère et complicité dans le meurtre de son mari, crime pour lequel elle a toujours clamé son innocence.

L’année suivante la peine pour complicité de meurtre était ramenée à dix ans de prison. Restait la peine de mort par jet de pierres pour adultère, une atrocité imposée aux femmes depuis que, en 1979, les religieux se sont emparés du pouvoir.

En 2010, face aux protestations internationales, le régime iranien annonçait la suspension de son exécution mais pas son abrogation.

Lire le reste de cette entrée »





Iran : Sakineh menacée de pendaison

27 12 2011

L’Humanité, 25 décembre 2011 :

Le combat en faveur de Sakineh encore et toujours d’actualité. La peine de mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani pourrait être transformée en pendaison, a déclaré ce dimanche Malek Ajdar Sharifi, chef de la justice de la provine iranienne de l’Azerbaïdjan orientale (nord-ouest), où elle est détenue, selon l’agence Fars.

« Mme Sakineh Mohammadi a commis deux délits: l’adultère pour lequel elle a été condamnée à la lapidation et la participation au meurtre de son mari pour lequel elle a été condamnée à dix ans de prison, a déclaré M. Sharifi. Nous n’avions pas les moyens d’appliquer la peine de lapidation (…) Le chef de l’autorité judicaire, l’ayatollah Sadegh Larijani, a estimé que dans la mesure où l’objectif est l’exécution de la condamnée, si on n’a pas les moyens d’appliquer la lapidation, on peut choisir la pendaison, mais il a ordonné qu’on demande l’avis d’autres juristes religieux », a-t-il ajouté.

« Nous ne sommes pas pressés… nous appliquerons la peine »

« Nous ne sommes pas pressés (…) Nous attendons de voir si on peut transformer la peine de lapidation en pendaison et dès qu’on aura la réponse, nous appliquerons la peine », a ajouté M. Sharifi.

Lire le reste de cette entrée »





Levez-vous pour sauver la vie de Sakineh

27 12 2011

Communiqué de presse du Comité International Contre la Lapidation, 26 décembre 2011 :

La République Islamique d’Iran étudie l’exécution de Sakineh Mohamadi Ashtiani. Cette menace nécessite une réponse internationale.

Malek Ajdar Sharifi, responsable du département de la justice de la province de l’Azerbaïdjan Oriental, a annoncé que la République Islamique d’Iran étudie la possibilité de transformer la peine de lapidation de Sakineh Mohamadi Ashtiani en peine de pendaison et dit qu’ils n’attendent que le feu vert du Ministère de la Justice pour exécuter Sakineh.

Il est clair que le régime n’a pas pu lapider Sakineh grâce aux protestations internationales. Le régime a arrêté son avocat et forcé Sakineh et son fils à « avouer » sur Press TV (NdT : télévision officielle du régime destinée à l’étranger) et de s’accuser eux-mêmes. On les a empêché tout contact avec des organisations internationales.

En prévoyant d’exécuter Sakineh, le régime islamique tente de montrer au monde que malgré les protestations de l’opinion publique, il continuera sa machine à exécuter afin d’assurer sa survie.

Lire le reste de cette entrée »





Le MRAP demande la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani

27 12 2011

Communiqué du MRAP, 26 décembre 2011 :

Le MRAP demande la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani

C’est avec horreur que le MRAP apprend que le régime des Mollahs d’Iran veut commuer la lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani en pendaison. Doutant des preuves de meurtre, le chef de la justice de la province iranienne renoncerait à la lapidation, c’est donc une innocente qu’il entend toujours faire exécuter au seul motif d’adultère.

La peine de mort est une barbarie que l’accusé soit coupable ou pas, mais la condamnation d’innocents ajoute un degré dans l’horreur.

Le sort tragique de Sakineh, s’inscrit dans les violations quotidiennes des droits de l’homme et plus encore des droits de la femme par le régime politique obscurantiste qui règne en Iran.

Le MRAP demande la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani

Paris le 26 décembre 2011





Sakineh risque d’être lapidée ou pendue

26 12 2011

Iran Solidarity, 25 décembre 2011 :

Aujourd’hui, le régime islamique d’Iran a annoncé que ses « experts » étudient si Sakineh Ashtiani peut être pendue au lieu d’être lapidée. Il ne fait aucun doute que cela entre dans une tentative du régime islamique d’affirmer son « autorité » face aux protestations mondiales et dans un règlement de compte face à l’Occident tout en trouvant la pendaison comme une solution « plus acceptable » pour assassiner Sakineh. Peut-être un moyen qui soulèvera moins de résistance dans le monde ? Le régime islamique pense-t-il que pendre Sakineh Ashtiani apparaitrait plus acceptable pour le monde qui a hurlé et protesté lors de sa condamnation à la lapidation ? Non, cela ne sera pas « plus acceptable ».

L’agence de presse ISNA a rapporté aujourd’hui que Malek Ajdar Sharifi, le responsable du département de la justice de la province de l’Azerbaïdjan Oriental, où Sakineh est emprisonnée, a déclaré : « Dès que le résultat (de l’étude) sera obtenu, nous appliquerons la peine ».

Le régime islamique tente d’assassiner maintenant une fois encore une femme innocente.

Il n’y a qu’une solution :  Sakineh Ashitiani doit être immédiatement libérée !





Sakineh, condamnée à la lapidation, pourrait être pendue

26 12 2011

Le Monde, 26 décembre 2011 :

La peine de mort par lapidation prononcée contre l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée pour adultère, pourrait être transformée en pendaison, rapporte dimanche 25 décembre l’agence de presse Isna.

Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à la lapidation en 2006 pour adultère et à dix ans de prison pour complicité dans le meurtre de son mari. Sa condamnation à mort a été suspendue l’année dernière après la vague d’indignation soulevée par son cas dans le monde entier.

Lire le reste de cette entrée »





Les étudiants iraniens se battent pour préserver la mixité dans les universités

27 11 2011

France 24, 24 novembre 2011 :

La mixité est en passe d’être interdite dans les universités iraniennes. À l’université d’Ispahan, dans le centre du pays, les étudiants manifestent pour tenter de faire reculer les autorités sur ce sujet.

Au début de l’été 2011, l’assemblée des Experts (Majlese Khobregan), constituée de religieux ultraconservateurs, a ordonné que soit interdite la mixité dans les universités iraniennes. Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a tenté de bloquer cette initiative qu’il avait qualifiée de « superficielle et non scientifique ». Mais son ministre des Sciences, également en charge des universités, Kamran Daneshjoo, a décidé de lui désobéir et de faire appliquer les décrets de l’instance religieuse. Plusieurs universités ont ainsi été réorganisées pour placer leurs étudiants dans des classes non mixtes. Des centaines de professeurs qui ne respectaient pas, ou pas assez strictement, la séparation hommes femmes, auraient déjà été licenciés ou forcés à prendre une retraite anticipée. Selon les médias locaux, le ministère des Sciences envisagerait même de créer des universités intégralement masculines ou féminines.

Lire le reste de cette entrée »